Des rabbins menacent de « mesures drastiques » si les yeshivot ne rouvrent pas
Rechercher

Des rabbins menacent de « mesures drastiques » si les yeshivot ne rouvrent pas

Cette déclaration des responsables religieux haredim, dénonçant le manque de volonté du gouvernement, intervient alors que l'on fait état d'une division sans précédent entre eux

Le chef de file du mouvement hassidique Gour le rabbin Yaakov Aryeh Alter, à droite et le rabbin Chaim Kanievsky lors d'un meeting de campagne de Yahadout HaTorah à Jérusalem le 15 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef de file du mouvement hassidique Gour le rabbin Yaakov Aryeh Alter, à droite et le rabbin Chaim Kanievsky lors d'un meeting de campagne de Yahadout HaTorah à Jérusalem le 15 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Deux des plus hauts responsables rabbins ultra-orthodoxes d’Israël ont publié mardi une déclaration commune dans laquelle ils avertissent que si le gouvernement ne trouve pas rapidement un moyen d’assouplir les restrictions sanitaires et de rouvrir les yeshivot, ils envisageront de prendre des « mesures drastiques ».

Cette déclaration des rabbins Chaim Kanievsky et Gershon Edelstein a fait suite à des informations selon lesquelles un désaccord sans précédent opposerait les deux hommes sur la réouverture des lieux d’enseignement religieux, qui ont été un vecteur majeur de contamination.

La Douzième chaîne a rapporté mardi que Chaim Kanievsky, considéré comme le leader le plus éminent de la communauté lituanienne ultra-orthodoxe en Israël avec des centaines de milliers d’adeptes, a signé une lettre lundi qui a été envoyée au journal Yated Ne’eman, affilié au parti Yahadout HaTorah, demandant la réouverture des salles d’étude des yeshivot.

Cependant, sous la direction de Gershon Edelstein, qui est à la tête de la prestigieuse yeshiva Ponevezh et est un éminent dirigeant de la communauté, le journal a choisi de ne pas publier la lettre, d’après la Douzième chaîne, qualifiant cette décision « [d’]étape sans précédent » dans le monde ultra-orthodoxe.

Le Rabbi Gershon Edelstein, directeur de la yeshiva Ponovitz, chez lui après avoir allumé les bougies le quatrième soir de Hanoukka, à Bnei Brak, le 5 décembre 2018. (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)

Le reportage télévisé indique que Gershon Edelstein a assumé le rôle de « l’adulte responsable » et insisté fermement pour que la communauté se conforme à toutes les réglementations sur les coronavirus.

Cependant, plusieurs heures après la diffusion, les deux rabbins ont publié une déclaration commune qualifiant celui-ci de « mensonges sans fondement », et affirmé que Gershon Edelstein avait seulement retardé la publication parce qu’il voulait « éclaircir certaines questions marginales » avant qu’il ne soit mis sous presse.

La déclaration indique que les deux dirigeants sont « peinés par l’arrêt de l’étude de la Torah » et désireux qu’elle reprenne dès que possible, conformément aux règles sanitaires.

La déclaration a indiqué qu’une équipe de rabbins se coordonnait avec les responsables politiques de Yahadout HaTorah (dont le numéro un, Yaakov Litzman, est ministre de la Santé) pour travailler avec les ministères concernés afin de trouver un moyen « d’ouvrir les établissements dès que possible ».

Les deux rabbins y concluent en avertissant « que s’il n’y a pas de réponse, et que les autorités continuent de traîner des pieds sans faire de réel progrès, les grands sages de la Torah envisageront des mesures drastiques ».

Ils n’ont pas élaboré ce point.

L’avertissement fait suite à plusieurs manifestations parfois violentes au sein des communautés haredim contre les restrictions liées au coronavirus qui ont entraîné la fermeture des synagogues, des écoles et des yeshivot et l’interdiction des quorums de prière. La colère s’est également généralisée après que des fermetures strictes ont été imposées à la ville de Bnei Brak, principalement ultra-orthodoxe, et aux quartiers haredim de Jérusalem, qui ont été les plus touchés par le virus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...