Israël en guerre - Jour 149

Rechercher

Des réservistes mécontents des liens avec les US manifestent au domicile de Netanyahu

Le rassemblement a dénoncé "la destruction" des liens avec les États-Unis ; le Premier ministre n'a toujours pas été invité à Washington ; il y a eu deux arrestations

Les manifestants contre le plan de refonte du système judiciaire israélien aux abords de la résidence de Netanyahu à Jérusalem, le 25 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Les manifestants contre le plan de refonte du système judiciaire israélien aux abords de la résidence de Netanyahu à Jérusalem, le 25 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un groupe de protestation représentant les soldats réservistes s’est rassemblé, jeudi matin, aux abords de la résidence du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, affirmant que le chef de gouvernement est en train de « détruire » la relation stratégique déterminante unissant Israël et les États-Unis.

La police israélienne a indiqué avoir repoussé plusieurs centaines de manifestants appartenant au groupe Frères d’armes après leur entrée dans la zone-tampon qui a été installée autour de la résidence, rue Gaza, alors qu’ils ignoraient l’ordre donné de se disperser.

Deux protestataires ont été arrêtés en vue d’un interrogatoire.

Les participants ont brandi des drapeaux israéliens et américains en affirmant que Netanyahu éloignait le pays de son meilleur allié alors que l’Iran continue sa course vers l’arme atomique.

Washington n’a toujours pas invité Netanyahu en visite officielle depuis que ce dernier a formé sa coalition de droite, religieuse et d’extrême-droite à la fin de l’année dernière. Washington a fait part de ses inquiétudes suite à des propos tenus par des éléments extrémistes et face au plan de réforme du système judiciaire israélien qui est avancé par le gouvernement, et qui a entraîné un mouvement de protestation massif, faisant descendre dans les rues les Israéliens chaque semaine depuis des mois – et notamment les membres du groupe Frères d’armes.

Le gouvernement déclare que le plan de refonte du système de la justice israélien est nécessaire pour freiner une Haute-cour qui, selon lui, outrepasse les limites de son autorité. Les critiques, de leur côté, disent que le projet ôtera aux juges leur capacité à servir de contre-pouvoir à la Knesset, ce qui portera gravement atteinte au caractère démocratique d’Israël.

Si Netanyahu a mis en pause les législations de la refonte judiciaire au mois de mars et que des négociations avec les partis de l’opposition, des pourparlers qui visent à trouver un compromis, sont actuellement en cours, le Premier ministre a annoncé mercredi, après l’adoption du budget de l’État à la Knesset, que l’enveloppe des réformes judiciaires reviendrait dorénavant au premier plan.

« Les États-Unis boycottent Netanyahu et l’Iran est dans sa course vers la bombe nucléaire à cause d’un coup d’État qui détruira la démocratie », a dit le groupe dans un communiqué, évoquant la refonte du système judiciaire. Netanyahu, a-t-il ajouté, « a perdu notre meilleur ami et il tente de nous endormir avec des ‘gels’ et avec des propos mensongers. Netanyahu doit maintenant faire un choix – un Israël fort et démocratique ou une bombe iranienne qui nous mettra tous en péril ».

Les manifestants contre le plan de refonte du système judiciaire israélien aux abords de la résidence de Netanyahu à Jérusalem, le 25 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un bus transportant les protestataires a été arrêté alors qu’il se dirigeait vers le lieu de rassemblement, a expliqué la Douzième chaîne. Il a été stoppé à environ deux kilomètres de la résidence et les passagers ont dû descendre. Il leur a été ensuite impossible de se rendre à la manifestation.

La police avait amené un canon à eau mais la majorité des protestataires s’étaient déjà dispersés lorsqu’il a été utilisé.

Mardi, le chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi, a mis en garde contre « des développements négatifs potentiels » concernant le programme nucléaire iranien et ses travaux d’enrichissement de l’uranium – qui seraient susceptibles de faire réagir Israël.

« Sans entrer dans les détails, il y a des développements négatifs possibles qui apparaissent à l’horizon et qui pourraient rapidement nécessiter un passage à l’action », a commenté Halevi.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirigeant une réunion de sa faction, le Likud, à la Knesset, le 15 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Au début du mois, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, John Kirby, avait déclaré penser que Netanyahu finirait par être invité à la Maison Blanche mais qu’aucun déplacement de ce type n’était prévu pour le moment.

Lundi, la ministre des Renseignements, Gila Gamliel, a dit que Netanyahu recevrait dans un proche avenir une invitation de l’administration américaine du précédent Joe Biden le conviant à Washington.

S’exprimant devant le public réuni à l’occasion de la conférence de Herzliya, la membre du Likud a affirmé que pendant son propre déplacement aux États-Unis, au début du mois, elle avait reçu l’information sans équivoque que l’invitation allait arriver à court-terme.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.