Des tests indiens renforcent le projet israélien de test COVID par la voix
Rechercher

Des tests indiens renforcent le projet israélien de test COVID par la voix

Avec 20 000 données recueillies à Delhi, des ingénieurs ont élaboré un algorithme pouvant détecter le virus grâce à de minuscules changements dans la façon dont les gens parlent

Des volontaires de la santé indiens enregistrent les personnes participant au camp de test Raid non invasif du COVID-19 de l’Inde et d’Israël, dans un hôpital gouvernemental de New Delhi, le vendredi 31 juillet 2020. (AP Photo/Manish Swarup)
Des volontaires de la santé indiens enregistrent les personnes participant au camp de test Raid non invasif du COVID-19 de l’Inde et d’Israël, dans un hôpital gouvernemental de New Delhi, le vendredi 31 juillet 2020. (AP Photo/Manish Swarup)

Un ingénieur israélien travaille sur un système qui, selon lui, peut utiliser la détection vocale pour dépister les porteurs potentiels du coronavirus, bien que la technologie reste expérimentale et à plusieurs mois d’un éventuel lancement.

La mise au point du système, qui est en cours depuis des mois, a récemment reçu un coup de pouce grâce à des équipes israéliennes qui ont collecté des dizaines de milliers d’échantillons de voix de patients atteints de COVID-19 en Inde, un élément clé pour enseigner à l’intelligence artificielle comment détecter les éventuelles signatures de la maladie cachées dans un discours par ailleurs normal.

Ami Moyal a déclaré qu’une fois mis en place, ce système de détection vocale pourrait être installé à l’entrée des écoles, ou à tout autre endroit utilisant actuellement des méthodes de contrôle plus primitives comme la vérification de la température ou les déclarations sous serment. Les gens seraient invités à parler dans un microphone, leur voix serait analysée par un algorithme basé sur le cloud, et une alerte instantanée serait générée si quelqu’un est suspecté d’être porteur du coronavirus.

Comme les contrôles de température actuels, le système ne déterminera pas réellement si une personne est atteinte du coronavirus, ce qui nécessitera quand même des tests par écouvillonnage. M. Moyal a déclaré qu’il agirait plutôt comme un dépistage préalable, en signalant toute personne potentiellement malade et en la tenant à l’écart d’autres personnes qui pourraient être infectées si elles sont effectivement porteuses du virus.

« Notre technologie est destinée à donner des résultats rapides qui permettent de savoir si une personne est susceptible d’être atteinte du coronavirus », a déclaré M. Moyal, président de l’école supérieure d’ingénieurs Afeka de Tel Aviv, au Times of Israël.

M. Moyal a déclaré que sa technologie pourrait être particulièrement efficace à l’entrée des écoles, qui ont été désignées comme l’un des principaux moteurs de la deuxième vague d’infections en Israël.

Des écoliers israéliens qui entreront en école primaire lors de la prochaine rentrée scolaire, le 06 août 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Il est important de noter que la technologie vocale n’a pas encore fait ses preuves en tant que méthode de détection efficace. Mais les scientifiques s’intéressent de plus en plus à l’impact que le coronavirus peut avoir sur la voix, et d’autres efforts sont faits pour créer des algorithmes permettant de détecter les signes auditifs indiquant que les gens sont porteurs.

Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology [MIT] ont rapporté des preuves de ce qu’ils appellent des « biomarqueurs vocaux » de la maladie. Ils ont récemment noté que lorsque les symptômes du coronavirus se manifestent, les gens ont généralement des difficultés à respirer, et l’inflammation du système respiratoire affecte souvent l’intensité avec laquelle l’air est expiré lorsqu’une personne parle.

Dans un article publié dans l’IEEE Open Journal of Engineering in Medicine and Biology, ils suggèrent que cela a un impact sur l’intensité sonore, la hauteur, la stabilité et la résonance de la voix.

« Un système de détection intégré dans une application mobile pourrait détecter les infections à un stade précoce, avant que les gens ne se sentent malades ou, surtout, pour ces sous-ensembles de personnes qui ne se sentent jamais malades ou ne présentent pas de symptômes », a déclaré Jeffrey Palmer, chef du groupe de recherche du MIT, qui aurait travaillé le mois dernier sur une telle application.

Ami Moyal, président de Afeka Tel-Aviv Academic College of Engineering. (Autorisation de Afeka)

Moyal a essayé de développer son système de détection du coronavirus par la voix depuis le début de la pandémie. Mais ses efforts se sont heurtés à un mur car Israël n’avait pas assez de personnes atteintes du virus pour apprendre à son algorithme les nuances que peuvent présenter les personnes positives au COVID.

Le projet, initié dans le cadre d’un programme du ministère de la Défense visant à encourager l’innovation en matière de coronavirus, a maintenant démarré, et une version du système de tests vocaux pourrait être disponible dans les deux mois, a affirmé M. Moyal.

Ce nouvel élan fait suite à la collecte d’enregistrements vocaux de 20 000 patients atteints de coronavirus à New Delhi, en Inde. La mission du ministère de la Défense a également collecté trois autres types d’échantillons qui serviront à mettre au point d’autres méthodes de dépistage express du coronavirus : écouvillons, salive et haleine.

Un patient du COVID-19 fournit des échantillons à un médecin participant à la mission israélienne du coronavirus en Inde. (Bureau du porte-parole du ministère israélien de la Défense)

« Nous avons besoin de milliers de locuteurs, et lorsque nous avons collecté des échantillons en Israël, il semblait que cela nous prendrait plusieurs mois, voire des années, pour obtenir les données, mais maintenant, nous avons soudainement toutes les données dont nous avons besoin », a déclaré M. Moyal, en citant les données indiennes. « En fait, il n’existe aucune ressource au monde comme celle que nous avons obtenue de l’Inde : des milliers de personnes atteintes de coronavirus parlent, conformément aux protocoles de données scientifiques. »

Chacun des patients indiens qui ont fourni des échantillons sur les sites de drive-in à New Delhi a été enregistré en train de lire un court paragraphe, de tousser et de respirer profondément. « Les sons ‘v’ et ‘s’ sont particulièrement importants, car ils passent par la gorge, et nous essayons de voir comment le coronavirus affecte les sons provenant de la gorge », a déclaré M. Moyal.

Selon lui, peu importe les langues dans lesquelles les échantillons sont enregistrés. Une fois prête, la technologie pourra être mise à disposition dans le monde entier, quelle que soit la langue parlée.

« La technique que nous utilisons est indépendante de la langue », a déclaré M. Moyal. « Nous recherchons des caractéristiques dans la voix qui indiquent un coronavirus. La langue qu’ils parlent n’a pas d’importance tant que les gens parlent dans leur langue maternelle. »

Il a toutefois averti que les défauts d’élocution pourraient polluer les données, bien que cela dépende en fin de compte des caractéristiques que l’algorithme détecte.

Moyal a déclaré qu’en plus des écoles, son système pouvait être utilisé dans d’autres établissements, y compris les bâtiments publics et les lieux de travail. Dans la deuxième phase de développement, il prévoit de créer une application pour smartphone qui indiquera à toute personne qui parlera si elle est susceptible d’être atteinte du coronavirus.

Il a déclaré que les écoles et autres utilisateurs potentiels n’étaient pas encore invités à s’inscrire, car il faudra un mois pour traiter les échantillons de voix qui serviront à former l’algorithme, et un mois pour le calibrer et le tester. Mais la technologie pourra être déployée très rapidement une fois qu’elle sera prête, a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...