Des tracts en yiddish qualifient un rabbin londonien de « menace »
Rechercher

Des tracts en yiddish qualifient un rabbin londonien de « menace »

Avraham Pinter est décrit comme un "rodef" [menace] après avoir dénoncé le Parti travailliste britannique et son inaction face aux problèmes d'antisémitisme dans ses rangs

De jeunes juifs ultra-orthodoxes dans le quartier londonien de Stamford Hill, le 17 janvier 2015. Illustration. (Crédit : Rob Stothard/Getty Images via JTA)
De jeunes juifs ultra-orthodoxes dans le quartier londonien de Stamford Hill, le 17 janvier 2015. Illustration. (Crédit : Rob Stothard/Getty Images via JTA)

LONDRES (JTA) – Un rabbin ultra-orthodoxe de Londres a été taxé de « menace » par des membres de sa communauté pour s’être exprimé contre le problème d’antisémitisme au sein du Parti travailliste britannique.

Avraham Pinter de Stamford Hill, dans le nord de Londres, a été qualifié de « rodef » dans des tracts en yiddish distribués la semaine dernière dans un quartier ultra-orthodoxe, a rapporté Metro. « Rodef » signifie « persécuteur » en hébreu et se traduit souvent par « menace pour la société ».

Certains l’interprètent comme signifiant que l’on peut se défendre contre et blesser la personne en question, voire la tuer, bien qu’il s’agisse d’une interprétation contestée.

Ces tracts surviennent à la suite d’une série de critiques du rabbin à l’égard du Labour et de son manque de mesures pour lutter contre la prolifération des incidents antisémite dans ses rangs depuis l’élection de Jeremy Corbyn à sa direction en 2015.

Le chef du Parti travailliste d’opposition britannique Jeremy Corbyn quitte sa résidence dans le nord de Londres, le 28 octobre 2019. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

Shraga Stern, un militant ultra-orthodoxe pro-Corbyn, avait qualifié Avraham Pinter de « kapo » plus tôt cette année pour les mêmes raisons.

Peu avant la diffusion de ces tracts, le rabbin avait contesté les commentaires de Diane Abbott, une proche alliée de Corbyn, qui suggéraient que la communauté juive de Stamford Hill ne partageait pas les mêmes inquiétudes concernant l’antisémitisme que les organisations communautaires juives dominantes.

Avraham Pinter estime que celle-ci était « déconnectée de la réalité » avec ses propos.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...