Deux femmes kamikazes tuées dans le nord-est du Nigeria
Rechercher

Deux femmes kamikazes tuées dans le nord-est du Nigeria

Boko Haram, qui a fait allégeance à l'EI, mène depuis six ans de violentes opérations pour établir un califat islamique

Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a assuré être toujours en vie, réfutant l'annonce de sa mort par l'armée nigériane, et diriger un "califat islamique" dans les villes sous son contrôle dans le nord-est du Nigeria, dans une nouvelle vidéo de propagande obtenue jeudi 2 octobre 2014 par l'AFP  (Crédit : Capture d'écran YouTube/AFP)
Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a assuré être toujours en vie, réfutant l'annonce de sa mort par l'armée nigériane, et diriger un "califat islamique" dans les villes sous son contrôle dans le nord-est du Nigeria, dans une nouvelle vidéo de propagande obtenue jeudi 2 octobre 2014 par l'AFP (Crédit : Capture d'écran YouTube/AFP)

Une femme kamikaze s’est faite exploser sans faire de victimes et une autre a été tuée par l’armée vendredi près de Maiduguri (nord-est du Nigeria), où un double attentat-suicide dans une mosquée a causé la mort de 25 fidèles il y a une semaine, ont indiqué des milices d’auto-défense

Les deux femmes ont été repérées dans le quartier de Molai vers 1 heure du matin, par ces volontaires civils qui aident les militaires dans la lutte contre le groupe islamiste armé Boko Haram, a déclaré à l’AFP un de ses membres, Babakura Kolo.

« Quand les miliciens ont braqué leurs lampes torches sur elles et leur ont demandé de décliner leur identité, une des deux femmes a déclenché ses explosifs tandis que l’autre a pris la fuite pour se cacher dans un bâtiment abandonné », a-t-il raconté.

Des soldats ont accouru au moment de l’explosion avant de partir à la recherche de de la deuxième kamikaze avec des miliciens.

Quand ils l’ont trouvée, les militaires « ont tiré et l’ont tuée parce qu’elle voulait se faire exploser », a ajouté M. Kolo, dont les propos ont été confirmés par un autre membre des milices civiles, Musa Ari.

Molai, situé à 6 km du centre de Maiduguri, a été la cible d’attaques répétées de Boko Haram.

Le 16 mars deux femmes déguisées en hommes se sont fait exploser dans une mosquée de ce quartier pendant la prière du matin, tuant 25 personnes et en blessant au moins 32 autres.

Boko Haram, qui a fait allégeance à l’Etat islamique (EI), mène depuis six ans de violentes opérations et tente d’établir un califat islamique dans le nord du Nigeria, majoritairement musulman. Le groupe a multiplié de nombreux attentats-suicides utilisant des femmes et filles.

L’insurrection dans le nord-est du Nigeria a fait au moins 17 000 morts depuis 2009. Les violences ont fait fuir 2,6 millions de Nigérians de leurs foyers.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...