Deux habitants de Bnei Brak inculpés pour agression raciste d’un Arabe israélien
Rechercher

Deux habitants de Bnei Brak inculpés pour agression raciste d’un Arabe israélien

Les deux hommes sont accusés d'avoir frappé la victime, de lui avoir jeté des pierres ainsi que sur son véhicule, en lui disant que les Arabes ne méritent pas le respect

Capture écran d'une vidéo d'un chauffeur de taxi arabe israélien, Ismail Basis, qui affirme avoir été agressé par deux hommes de Bnei Brak en raison de ses origines. (Ynet)
Capture écran d'une vidéo d'un chauffeur de taxi arabe israélien, Ismail Basis, qui affirme avoir été agressé par deux hommes de Bnei Brak en raison de ses origines. (Ynet)

Deux résidents de Bnei Brak ont été mis en examen dimanche pour avoir agressé un chauffeur de taxi arabe israélien au début de l’année, parce qu’il était arabe.

Selon l’acte d’accusation déposé au tribunal de Tel-Aviv, les deux hommes auraient frappé la victime, lui auraient jeté des pierres ainsi que sur son véhicule et volé son téléphone portable, a rapporté le site d’information Ynet.

L’un des accusés aurait dit à Ismail Basis, un résident de la ville arabe israélienne de Tira, dans le centre du pays, qu’étant donné qu’il était arabe, il ne méritait aucun respect.

Ismail Basis a expliqué à Ynet qu’il s’était méfié de ses passagers dès le début de la course.

« Dès qu’ils sont montés dans le taxi, ils ont commencé à me poser des questions étranges, et j’ai senti qu’ils avaient l’intention de me faire du mal », a-t-il déclaré à Ynet. « Ils m’ont attaqué parce que je suis un Arabe. Je regardais presque la mort en face. C’est une bonne chose que j’ai réussi à leur échapper, sinon je ne serais plus en vie. Je ne m’attendais pas à ce qu’ils soient un jour mis en examen, mais c’est bien qu’ils soient punis ».

L’incident a commencé lorsque le chauffeur a pris trois passagers le 24 janvier à la jonction des rues Jabotinsky et Arlozorov à Ramat Gan, la ville voisine de Bnei Brak, à prédominance ultra-orthodoxe. Selon l’acte d’accusation, ils étaient tous les trois ivres à ce moment-là.

Un des passagers a fait des commentaires désobligeants sur le fait qu’Ismail Basis était arabe, mais lorsqu’il leur a demandé de faire preuve d’un peu de respect, un autre passager a dit qu’il n’en méritait pas et a commencé à lui bousculer l’épaule.

Il a essayé de photographier les passagers, mais l’un d’eux a pris son téléphone et l’a jeté par terre dans le véhicule. Puis ils ont commencé à le frapper, alors il a arrêté la voiture et leur a demandé de sortir. Lorsqu’ils ont refusé, il a quitté la voiture et s’est éloigné, selon l’acte d’inculpation. Les accusés auraient alors commencé à jeter des pierres sur le véhicule et lorsqu’Ismail Basis est revenu pour les arrêter, il a commencé à lui lancer des pierres, le blessant au nez.

Il a alors alerté la police qui est arrivée et a arrêté deux des hommes. Le troisième n’a pas été identifié, selon les informations de Ynet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...