Devant le musée d’Israël, des fans saluent le dévouement de Trump pour Israël
Rechercher

Devant le musée d’Israël, des fans saluent le dévouement de Trump pour Israël

Amanda Weiss, directrice du musée de la Terre de la Bible de Jérusalem qui avait accueilli Bush en 2008, apprécie le geste du président américain envers la culture et l’histoire

Des partisans du président américain Donald Trump venus du Missouri et du Texas, dont Susan Anderson, 2e à gauche, et Misty Frost, 3e à droite, devant le musée d'Israël où Trump a donné un discours, à Jérusalem, le 23 mai 2017. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israël)
Des partisans du président américain Donald Trump venus du Missouri et du Texas, dont Susan Anderson, 2e à gauche, et Misty Frost, 3e à droite, devant le musée d'Israël où Trump a donné un discours, à Jérusalem, le 23 mai 2017. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israël)

Alors que le président américain Donald Trump terminait sa visite en Israël par un discours au musée d’Israël, quelques dizaines de ses partisans se rassemblaient à l’entrée pour tenter d’apercevoir son cortège.

« En Amérique, habituellement, quand il y a quelque chose comme cela, vous voyez aussi des protestations, du coup c’est bizarre de voir une foule si calme », a dit Gordon Adelson, natif du New Jersey qui est en Israël pour sa première année à la yeshiva Torat Shraga.

Adelson, qui a voté pour Trump, séchait un évènement du Congrès mondial mizrahi au centre des conventions d’Israël avec deux de ses camarades pour voir s’ils pouvaient se faufiler dans le musée pour écouter le discours.

« J’imagine que j’ai sous-estimé la sécurité qu’il y aurait pour un président américain », a-t-il dit, alors qu’un mur de policiers bloquait l’entrée du musée. « Il n’y a quand même pas beaucoup de monde », a-t-il ajouté en voyant les quelques dizaines de personnes rassemblées devant le musée, dont cinq seulement avaient des drapeaux.

Susan Anderson et Misty Frost, toutes deux venues du Missouri, avaient apporté de petits drapeaux, mais le cortège est passé par derrière et pas devant le groupe de partisans. Anderson et Frost étaient en voyage avec des amis et de la famille, à une date choisie pour coïncider avec le 50e anniversaire de la guerre des Six Jours, qui est célébré cette semaine.

Des partisans du président américain Donald Trump devant le musée d'Israël où Trump a donné un discours, à Jérusalem, le 23 mai 2017. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israël)
Des partisans du président américain Donald Trump devant le musée d’Israël où Trump a donné un discours, à Jérusalem, le 23 mai 2017. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israël)

« Nous avons prévu ce voyage pour soutenir Israël avant que Trump ne vienne, mais maintenant c’est encore mieux », a dit Frost.

« Nous sommes des Américains pro-Israël, et nous voulons voir nos deux pays devenir encore plus amicaux », a dit Anderson.

Les deux femmes, qui soutiennent toutes les deux Trump, ont déclaré être heureuses d’être si proches de leur président, et que la visite n’avait pas modifié leur projet puisqu’elles sont arrivées lundi.

« Nous pensons que Jérusalem est la capitale d’Israël et nous voulons célébrer cela avec Israël, a ajouté Anderson. Nous voulons que les Israéliens sachent que nous aimons Israël, que des tonnes d’Américains aiment Israël, et sont avec eux, et nous sommes une minuscule représentation de ceux là. »

Le discours de Trump au musée d’Israël, qui a suivi directement le dépôt d’une gerbe de fleurs à Yad Vashem, était l’étape officielle finale d’une visite éclair de 28 heures en Israël et en Cisjordanie.

Amanda Weiss, directrice du musée de la Terre de la Bible de Jérusalem, situé en face du musée d’Israël, a déclaré qu’elle avait apprécié que Trump prononce son discours majeur devant un monument culturel en Israël. Le discours était initialement prévu à Massada, mais aurait été annulé parce que Trump ne pouvait pas faire atterrir son hélicoptère au sommet de la montagne, et ne voulait pas prendre le funiculaire.

Amanda Weiss, à gauche, guide le président américain George W Bush et son épouse Laura Bush pendant leur visite du musée de la Terre de la Bible à Jérusalem, le 16 mai 2008. (Crédit : Isaac Harari/Flash90)
Amanda Weiss, à gauche, guide le président américain George W Bush et son épouse Laura Bush pendant leur visite du musée de la Terre de la Bible à Jérusalem, le 16 mai 2008. (Crédit : Isaac Harari/Flash90)

Weiss avait accueilli le président George W. Bush et son épouse Laura en 2008, pendant la dernière visite du président à Jérusalem, et également pendant la dernière étape de leur voyage de deux jours. Cette visite ne devait durer qu’une demi-heure, mais s’était allongée à plus d’une heure en raison de l’enthousiasme de Bush pour le sujet, a raconté Weiss.

Elle a dit être ravie de voir que Trump faisait son discours devant l’histoire et la culture d’Israël.

Le président américain Barack Obama avait visité le musée d’Israël en 2013, mais sans y faire de discours. Son discours le plus important avait été prononcé au centre des conventions d’Israël.

« Le président reconnait l’importance de l’histoire, a dit Weiss au téléphone. La puissance de l’histoire de cette terre et sa connexion à notre futur ne peuvent pas être séparées, ne peuvent pas être vues depuis des avions différents. Si vous ne regardez pas notre histoire antique, notre situation actuelle et notre futur sur une ligne continue, alors vous ne comprenez pas les dynamiques de cette région. »

La collection du musée d’Israël comprend environ 500 000 objets datant de la préhistoire à nos jours. L’un des artefacts les plus populaires du musée sont les rouleaux de la mer Morte, la plus vieille copie de la Bible jamais retrouvée.

En l’honneur de la visite de Trump, l’équipe du musée a préparé une exposition temporaire sur l’art israélien dans la galerie où a été donné le discours, comprenant des œuvres des années 1950 à 1980 de célèbres artistes israéliens, ainsi qu’une grande installation de mosaïques de la période du deuxième Temple, traçant ainsi la connexion entre l’art contemporain et l’archéologie.

Jessica Steinberg a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...