Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Diversité juive : L’antisémitisme post-7 octobre pousse deux amies à partager les récits d’otages et de victimes

Angelica Gottlieb et Ariella Goodman, désillusionnées par les stéréotypes sur les Juifs et des sionistes sur les réseaux sociaux, ont cocréé Our Shared Jewish History sur Instagram

Des dégâts causés par les terroristes du Hamas, au kibboutz Nir Oz, le 19 octobre 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90/Dossier)
Des dégâts causés par les terroristes du Hamas, au kibboutz Nir Oz, le 19 octobre 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90/Dossier)

Le 7 octobre, lorsque le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas a envahi le sud d’Israël, les collègues d’Angelica Gottlieb de la startup pour laquelle elle travaillait à Londres ont commencé à publier des contenus ouvertement pro-Hamas sur les réseaux sociaux, alors même que l’on apprenait que l’organisation terroriste avait tué quelque 1 200 personnes et pris 253 otages.

« J’ai remarqué que les Juifs et les Israéliens étaient présentés comme des colonisateurs blancs qui ont tous la même apparence, la même voix et font les mêmes choses », a-t-elle déclaré à propos de leurs messages.

Cinq mois plus tard, Gottlieb et son amie Ariella Goodman se servent de cette expérience et d’autres semblables pour sensibiliser au sionisme et à l’Histoire juive sur leur page Instagram, Our Shared Jewish History, lancée début mars.

Goodman et Gottlieb ont expliqué qu’en relayant les histoires des personnes tuées ou prises en otage le 7 octobre, ainsi que des aperçus sur leurs communautés et leurs origines, la page met en avant la nature très diversifiée de l’histoire juive et israélienne et « sur ce qui, en fin de compte, nous lie » malgré ces différences.

« Nous devons donner une voix à ceux qui n’en ont pas », ont-elles déclaré.

Gottlieb et Goodman se sont rencontrées en 2020, lorsqu’elles étaient toutes deux inscrites à un programme de consolidation de la paix israélo-palestinienne basé aux Pays-Bas, appelé Youth Peace Initiative.

Angelica Gottlieb (gauche) et Ariella Goodman (droite). (Autorisation)

Elles ont rapidement découvert que leurs propres histoires juives étaient liées – leurs grands-mères s’étaient rencontrées au Congrès mondial juif à Prague en 1948 et, comme Gottlieb et Goodman en 2020, étaient devenues des amies très proches.

Cependant, tout au long de leur séjour au sein de la Youth Peace Initiative, les deux jeunes femmes ont pris conscience que leur statut d’immigrantes israéliennes anglophones était subtilement utilisé contre elles pour invalider l’héritage juif-israélien.

Gottlieb, diplômée de l’université de Tel-Aviv et impliquée dans la justice sociale et à la technologie, et Goodman, ancienne soldate de Tsahal et spécialiste de l’Histoire, impliquée dans le dialogue culturel arabo-juif, ont fréquemment discuté de l’indigénéité israélienne et palestinienne de la terre tout au long de l’émission.

« Je suis la Juive new-yorkaise la plus classique, Jelly est une Juive britannique », a déclaré Goodman au Times of Israel dimanche.

Leurs pairs palestiniens vivaient sur la même parcelle de terre que leurs grands-parents et arrière-grands-parents.

« Cela a souvent été utilisé contre nous dans les échanges », a précisé Goodman.

Même après avoir quitté le programme, elles ont constaté que leur identité en tant que juives israéliennes était remise en question dans les espaces gauchistes « woke ». Ce fut un choc pour elles, qui venaient de milieux sionistes largement libéraux ; soudain, elles ont découvert que les termes « libéral » et « sioniste » étaient apparemment en contradiction.

Des manifestants pro-palestiniens lors d’un rassemblement intitulé « Inondez Manhattan pour Gaza » devant le Radio City Music Hall où le président américain Joe Biden participe à une collecte de fonds pour sa campagne de réélection, à New York, le 28 mars 2024. (Crédit : Leonardo Munoz/AFP)

Ce type de rhétorique, particulièrement présent sur les plateformes de réseaux sociaux de gauche depuis le 7 octobre, promeut l’idée que les Juifs d’Israël sont tous des colonisateurs européens qui ont volé la terre des Palestiniens et que le sionisme est un mouvement intrinsèquement colonialiste.

C’est à cette rhétorique que Gottlieb s’est retrouvée confrontée de la part de ses collègues lorsque la guerre entre Israël et le Hamas a commencé en octobre.

« Il éradiquait complètement la diversité, non seulement de la société et de l’histoire juives, mais aussi de la société israélienne [qui englobe] de multiples religions différentes… et cela se traduisait par une haine pure et simple », a-t-elle déclaré.

Elle a fini par quitter cette société et, début mars, elle a lancé, avec Goodman, Our Shared Jewish Experience (Notre expérience juive commune) pour combattre le stéréotype anti-sioniste selon lequel tous les Juifs israéliens sont des colonisateurs européens.

Ils ont commencé par dresser le profil d’Alex Dancyg, 75 ans, un grand-père israélo-polonais du kibboutz Nir Oz, qui a été enlevé le 7 octobre et est toujours aux mains du Hamas et de ses complices. Dans une série de diapositives d’un seul post Instagram, Gottlieb et Goodman racontent la vie de Dancyg et soulignent son dévouement à la justice sociale et aux idéaux de gauche, montrant aux lecteurs qu’être sioniste n’exclut pas d’être un libéral convaincu.

À l’occasion de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, Our Shared Jewish History a publié un article sur Tamar Kedem Siman Tov, une artiste qui briguait également le poste de maire de la région d’Eshkol et qui a été assassinée avec son mari et ses enfants le 7 octobre dans le kibboutz Nir Oz.

Depuis cette première semaine, la page a mis en ligne 11 articles, chacun d’entre eux étant le fruit de plusieurs heures de recherche. La plupart d’entre eux mettent en avant des personnes qui ont été tuées ou enlevées pendant la guerre, mais la page propose également des recommandations de livres et de films, et prévoit d’aborder d’autres aspects de l’histoire et de la culture juives.

Plus récemment, le compte a partagé un message sur Eitan et Yair Horn, deux frères argentino-israéliens actuellement retenus en otage à Gaza. Le message souligne l’amour des frères pour les choses simples de la vie et les trous béants laissés dans leurs communautés en leur absence.

La famille Kedem Siman Tov, assassinée dans leur chambre forte au kibboutz Nir Oz le 7 octobre 2023. (Crédit : Facebook)

Bien que la page n’en soit qu’à ses débuts, elle a eu une grande portée, interagissant et collaborant avec des comptes dédiés à la commémoration de victimes spécifiques du 7 octobre ou au rapatriement d’otages spécifiques.

Les créatrices de contenu ont expliqué que les publications concernant des personnes plus jeunes ont tendance à obtenir plus d’engagement que les autres. Selon elles, cela s’explique probablement par le fait que la base d’utilisateurs d’Instagram est assez jeune et que les gens sont plus enclins à s’intéresser à des contenus qui leur semblent refléter une partie d’eux-mêmes.

Goodman et Gottlieb attendent beaucoup de Our Shared Jewish History, et espèrent que la page Instagram puisse devenir un outil permettant aux Juifs d’engager en toute confiance des conversations sur Israël et sur la diversité des populations juives et israéliennes, en s’opposant au stéréotype du « colonisateur blanc ».

« C’est un moyen d’avoir ces conversations et de pouvoir dire : ‘Regardez à quel point [la communauté juive] est spéciale' », a expliqué Gottlieb. « Mais aussi, presque toutes les personnes dont nous avons parlé jusqu’à présent ont été persécutées d’une manière ou d’une autre. Leurs familles ont vécu un pogrom ou un massacre sur deux générations. C’est ce que nous soulignons ».

Les deux créatrices ont convenu que Our Shared Jewish History ne changera pas à elle seule l’opinion mondiale sur l’État d’Israël. Ils ne revendiquent même pas l’étiquette de « hasbara », le terme hébreu donné aux efforts de défense pro-israéliens.

Au contraire, la page peut sensibiliser les membres de la communauté juive qui ne sont pas versés dans l’histoire de leur peuple. Goodman et Gottlieb affirment que de nombreux curieux ont déjà trouvé leur page et se sont intéressés à son contenu.

« On ne peut pas faire changer les gens d’avis », a déclaré Goodman. « Mais on peut réveiller sa propre communauté. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.