Dries van Agt : le criminel de guerre Netanyahu devrait être poursuivi à La Haye
Rechercher

Dries van Agt : le criminel de guerre Netanyahu devrait être poursuivi à La Haye

L'ancien Premier ministre hollandais et militant pro-palestinien de longue date

Dries van Agt, ancien Premier ministre des Pays-Bas (Crédit : Heden en verleden in het Torentje/CC BY/WikiCommons)
Dries van Agt, ancien Premier ministre des Pays-Bas (Crédit : Heden en verleden in het Torentje/CC BY/WikiCommons)

Dries van Agt, qui en 2012 a dit que les Juifs auraient dû avoir un état en Allemagne et non en Israël et qui en 2008 a parlé au rassemblement à Rotterdam durant lequel le Premier ministre du Hamas Ismail Haniyeh avait fait un discours via satellite, a évoqué lundi la visite du Premier ministre israélien lors d’une interview avec la chaîne de télévision publique NPO 1.

« Il y a un criminel de guerre qui va venir dans ce pays », a déclaré van Agt, 85 ans, qui a occupé le mandat de Premier ministre néerlandais pendant cinq ans jusqu’en 1982 en tant que membre du parti centriste chrétien-démocrate.

« Les bâtiments de l’occupation et de l’expansion … des colonies de peuplement, un territoire occupé, cela est selon le Traité de Rome, qui est … la loi sur laquelle la Cour pénale internationale (CPI) est fondée, en tant de mots, un crime de guerre, » a déclaré van Agt dans une interview télévisée décousue.

« Alors, pourquoi devrions-nous recevoir quelqu’un qui continue de pareilles choses, nous aurions pu l’envoyer tout de suite à la Cour pénale internationale (CPI), cela aurait été mieux, » a-t-il dit à propos de Netanyahu.

Van Agt a repoussé les accusations selon lesquelles il était antisémite après qu’il a dit en 1972, alors qu’il servait en tant que ministre de la Justice : « Je ne suis qu’un aryen » en parlant à un journaliste au sujet de son intention de demander la libération de prisonniers nazis pour des raisons de santé.

Plus tard, il a dit qu’il voulait dire que la libération serait difficile à réaliser parce que son prédécesseur juif avait, selon Van Agt, essayé et échoué.

Il a également été accusé d’hypocrisie en critiquant ce qu’il considère être une utilisation excessive de la force par Israël à la lumière de son vote prépondérant lors d’une réunion du cabinet en 1977 en faveur d’une prise de contrôle armée d’un train que des terroristes avaient détourné comme monnaie d’échange pour la négociation des droits des Indonésiens qui ont collaboré avec les autorités colonialistes hollandais. Six d’entre eux sont morts, ainsi que deux otages dans la prise de contrôle.

Ces controverses et ses fréquents discours contre Israël ont incité les dirigeants de son parti et d’autres politiciens à se distancer de lui. L’ancien chef du parti Maxime Verhagen lors d’une interview en 2008 a répondu avec un rictus aux propos de Van Agt, et a ajouté : « Dries van Agt représente l’opinion d’un seul homme : Dries Van Agt. »

Likoed Nederland, un groupe pro-israélien, a déclaré lundi dans un communiqué : « van Agt ne mérite pas de podium sérieux. »

Lors de son voyage, Netanyahu dont la dernière visite aux Pays-Bas remonte à 2011, rencontrera le Premier ministre néerlandais Mark Rutte et le roi Willem Alexander.

Dimanche, Manfred Gerstenfeld, le président émérite du Centre de Jérusalem pour les affaires publiques et un expert des liens néerlandais-israéliens, a révélé dans une tribune publiée dans les colonnes du Jerusalem Post que le seul groupe juif qui a été invité par la Royal Dutch House à un dîner que le roi Willem Alexander accueillait en 2013 pour le président israélien Shimon Peres était l’association EAJG d’extrême gauche qui favorise l’application de sanctions contre Israël pour ses implantations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...