Duma: un suspect refuse de regarder les femmes au tribunal, sa requête rejetée
Rechercher

Duma: un suspect refuse de regarder les femmes au tribunal, sa requête rejetée

A l'audience, le juge dit regretter d'avoir proposé des solutions pour permettre à Amiram Ben-Uliel de participer à une procédure conformément à ses convictions extrémistes

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Amiram Ben-Uliel, suspect d'une attaque terroriste à Duma, au tribunal de district de Lod le 26 juin 2019. (Capture d'écran/YouTube)
Amiram Ben-Uliel, suspect d'une attaque terroriste à Duma, au tribunal de district de Lod le 26 juin 2019. (Capture d'écran/YouTube)

Le tribunal du district de Lod a rejeté une requête déposée par le principal suspect de l’attaque terroriste de Duma mercredi, après que ce dernier a refusé de lever la tête et de coopérer à la procédure en raison de la présence de femmes dans les locaux.

Amiram Ben Uliel, qui est soupçonné d’avoir lancé un cocktail Molotov sur une maison du village de Duma en Cisjordanie en juillet 2015, tuant trois membres de la famille Dawabsha qui dormaient à l’intérieur, avait déposé une requête à la cour contre le projet de l’administration pénitentiaire israélienne de le transférer dans une autre prison.

Dans sa décision de rejeter d’emblée la demande de Ben-Uliel, le juge Ido Dorian-Gamliel a écrit que l’accusé avait refusé plusieurs offres qui lui auraient permis d’éviter de se mettre en contact visuel avec la greffière et l’avocate qui se trouvaient dans la salle d’audience.

« Je regrette d’avoir proposé de telles options qui auraient exclu les femmes », a écrit Dorian-Gamliel. « Aujourd’hui, on exile les femmes dans le coin arrière de la salle d’audience, demain le requérant demandera que l’État ne soit représenté que par un homme. »

« Ce manque de respect pour un tribunal ne peut pas passer sous silence », a-t-il ajouté.

L’avocat de Ben-Uliel, Hay Haber de l’organisation d’aide juridique Honenu, a déclaré que son client avait proposé de lire sa requête à haute voix, les yeux fermés, mais que le juge avait refusé.

L’avocat a reconnu la nature extrême des convictions de Ben-Uliel mais a déclaré que le tribunal n’aurait pas dû retenir cela contre lui pour prendre sa décision.

En juin, Ben-Uliel avait renoncé à son droit de témoigner devant le tribunal mercredi, déclarant dans un communiqué lu par son avocat qu’il ne collaborerait pas à cette « injustice » dans le cadre des débats.

« C’est l’expression du sentiment d’injustice qui lui a été fait lors de l’audience préliminaire au cours de laquelle le tribunal n’a rejeté que certains de ses aveux », avait déclaré l’avocat d’Amiram Ben-Uliel, Yitzhak Bam, à propos de la décision du tribunal de district de Lod en juillet dernier dans laquelle plusieurs des aveux faits par son client ont été infirmés car ils avaient été obtenus par des enquêteurs du Shin Bet, qui avaient utilisé des méthodes dites « améliorées ».

Toutefois, le tribunal a statué à l’époque que les autres aveux de culpabilité, qui n’avaient pas été faits sous la contrainte, pouvaient être utilisés dans l’affaire contre lui, même s’ils avaient été faits après avoir été torturé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...