Rechercher

Effacement de la dette de Dead Sea Works : Adam Teva V’Din va faire appel

Le groupe de défense de l'environnement affirme que la décision de l'administration fiscale est illégale et que le paiement de la dette "aurait fait baisser le prix de l'eau"

Des randonneurs marchent à côté de dolines dans une zone de mer asséchée qui a exposé et créé une plaine salée, à environ 20 km au sud du kibboutz israélien Ein Gedi, dans la partie sud de la mer Morte, le 15 janvier 2021. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
Des randonneurs marchent à côté de dolines dans une zone de mer asséchée qui a exposé et créé une plaine salée, à environ 20 km au sud du kibboutz israélien Ein Gedi, dans la partie sud de la mer Morte, le 15 janvier 2021. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)

Un éminent groupe de défense de l’environnement a déclaré qu’il allait déposer une pétition contre les entreprises opérant sur la mer Morte ainsi que contre l’administration fiscale, après que cette dernière a déclaré qu’elle allait effacer une dette de 65 millions de shekels due à l’État.

Adam Teva V’Din affirme que la décision de l’administration fiscale est illégale.

« Cette décision est importante pour chacun d’entre nous, car le paiement aurait fait baisser le prix de l’eau », a déclaré le PDG de l’organisation, Amit Bracha.

Un responsable de l’administration fiscale a déclaré que les raisons de la décision resteraient confidentielles. Un précédent reportage télévisé indiquait que le ministère de la Justice craignait de perdre une bataille juridique contre la société Dead Sea Works devant les tribunaux.

La société affirme qu’elle n’a rien eu à payer de plus que l’accord initial que sa société mère, Israel Chemicals (ICL), a signé dans les années 1960.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...