Egypte : deux civils dont un enfant tués dans un attentat dans le Sinaï
Rechercher

Egypte : deux civils dont un enfant tués dans un attentat dans le Sinaï

Les attentats se sont multipliés en Egypte depuis que l'armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en 2013

La police égyptienne contrôle les voitures dans le nord du Sinaï dans le cadre de la lutte contre les terroristes, le 31 janvier 2015. Illustration. (Crédit :  STR/AFP)
La police égyptienne contrôle les voitures dans le nord du Sinaï dans le cadre de la lutte contre les terroristes, le 31 janvier 2015. Illustration. (Crédit : STR/AFP)

Une femme et un enfant ont été tués vendredi en Egypte dans l’explosion d’une voiture piégée dans le nord de la péninsule du Sinaï, où l’armée combat une insurrection djihadiste, a annoncé le porte-parole militaire.

Les attentats se sont multipliés en Egypte depuis que l’armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en 2013. Ils visent essentiellement les policiers et les soldats qui ont été tués par centaines notamment dans le Sinaï, dans le nord-est du pays.

Des civils sont parfois tués dans ce genre d’attaques ou dans la chute d’obus lors d’affrontements entre militaires et djihadistes.

L’explosion de vendredi s’est produite à Rafah, à la frontière avec la bande de Gaza palestinienne, durant une opération de ratissage de l’armée, a indiqué dans un communiqué le porte-parole militaire, qui a dit que des « éléments djihadistes ». étaient derrière l’attaque.

L’armée dit avoir tué 134 djihadistes dans une vaste opération militaire lancée lundi pour contrer l’insurrection. Au moins deux soldats ont été tués depuis le début de l’opération.

Elle affirme avoir tué plus d’un millier de djihadistes depuis 2013, mais il est impossible de vérifier ces bilans de sources indépendantes.

Le nord du Sinaï est le bastion du groupe djihadiste « Province du Sinaï », autrefois appelé Ansar Beït al-Maqdess mais qui s’est rebaptisé pour marquer son allégeance au « califat » auto-proclamé par le groupe Etat islamique (EI) sur une partie de l’Irak et de la Syrie.

Ce groupe radical a mené la plupart des attentats les plus meurtriers de ces derniers mois.

Les djihadistes disent agir en représailles à la sanglante répression qui s’est abattue sur les pro-Morsi et dans laquelle plus de 1 400 personnes ont été tuées et des dizaines de milliers emprisonnées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...