El Al déposera cette semaine une offre publique de souscription d’actions
Rechercher

El Al déposera cette semaine une offre publique de souscription d’actions

La compagnie aérienne d'Israël veut lever 146 M$ en actions dans le cadre d'un plan de sauvetage de 400 M$ ; dans le même temps, trois concurrents veulent devenir majoritaire

Des avions d'El Al sont stationnés à l'aéroport international Ben Gurion de Lod, en Israël, le 3 août 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Des avions d'El Al sont stationnés à l'aéroport international Ben Gurion de Lod, en Israël, le 3 août 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

El Al Israel Airlines a demandé à l’Autorité israélienne des valeurs mobilières un permis pour émettre une annonce préalable de vente d’actions pour un total de 505 millions de NIS cette semaine, a déclaré dans un communiqué publié dimanche la compagnie aérienne en difficulté.

La publication du prospectus de vente des actions est soumise à l’approbation de plusieurs organismes, dont le conseil d’administration d’El Al, la Bourse de Tel Aviv et le gouvernement, qui doit approuver une proposition de participation à l’offre d’actions si les investisseurs n’achètent pas toutes les actions proposées.

L’émission d’actions fait partie d’un plan de sauvetage de 400 millions de dollars formulé par le ministère des Finances, consistant en des prêts garantis par le gouvernement pour un total de 250 millions de dollars avec des garanties pour 75 % du prêt en cas de défaillance ; l’offre d’actions à la Bourse de Tel Aviv à un prix minimum de 0,671 NIS par action pour aider à soutenir le capital de l’entreprise, qui a plus de 2 milliards de dollars de dette nette ; et des mesures d’efficacité, y compris la suppression de 2 000 postes de salariés.

Dans le cadre d’un accord actualisé du 4 septembre, le ministère des Finances s’est engagé à acheter des actions de l’entreprise pour un montant total de 264,2 millions de NIS, soit l’équivalent d’environ 40 % des parts de l’entreprise, ce qui en ferait le principal actionnaire, si les investisseurs ne s’en emparent pas pendant l’offre. Le gouvernement s’est engagé à transférer les actions qu’il obtiendra dans les 24 mois suivant l’offre, et n’utilisera pas les droits de vote liés à ces actions.

L’offre d’actions et le plan de sauvetage interviennent alors que l’entreprise a été clouée au sol par la pandémie de coronavirus, ce qui l’a amenée à mettre 80 % de ses 6 303 salariés en congé sans solde, à réduire de 20 % les salaires des cadres et des directeurs, à stopper les investissements et à signer des accords de vente et de cession-bail de trois Boeing 737-800. L’entreprise doit quelque 350 millions de dollars aux passagers dont les vols ont été annulés en raison de la pandémie.

Entre-temps, trois groupes ont exprimé leur intérêt pour une prise de participation dans El Al. Eli Rozenberg, le fils du propriétaire américain de la chaîne de maisons de retraite Kenny Rozenberg ; David Sapir, un homme d’affaires russo-israélien opérant dans le secteur du tourisme et des télécommunications en Russie, qui a offert de payer 51 millions de dollars pour 190 millions de nouvelles actions dans El Al, selon un dossier réglementaire de El Al ; et apparemment Meir Gurvitz, un homme d’affaires anglo-israélien qui a des activités immobilières au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Les recettes de la compagnie aérienne pour le deuxième trimestre de l’année ont chuté de 74 %, à 152 millions de dollars, la compagnie enregistrant une perte nette de quelque 105 millions de dollars pour le trimestre, contre un bénéfice net de 100 000 dollars pour le même trimestre en 2019. Au cours du premier semestre de l’année, le chiffre d’affaires a chuté de 53 %, passant de 1,01 milliard de dollars au premier semestre 2019 à 472 millions de dollars, a déclaré la société. La perte nette au premier semestre 2020 s’est accrue de 344 %, passant de 55 millions de dollars au premier semestre 2019 à 244 millions de dollars.

Knafaim Holdings Ltd. détient 38 % des parts de l’entreprise, le groupe Ginsburg 8 % et le public 54 %, selon une présentation de l’entreprise déposée à la bourse de Tel Aviv. En septembre, la compagnie aérienne disposait d’une flotte de 45 avions, dont 27 lui appartiennent et 18 sont loués. L’âge moyen de ses avions est de 9,4 ans, contre 13,7 ans en 2017.

La compagnie aérienne phare du pays a transporté 5,8 millions de passagers et 74 500 tonnes de fret en 2019, selon la présentation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...