Elkin fustigé par la branche du Likud à Jérusalem pour le scrutin municipal
Rechercher

Elkin fustigé par la branche du Likud à Jérusalem pour le scrutin municipal

Malgré l'aval de Netanyahu, le parti reste critique du ministre des Affaires de Jérusalem, qui se présente au poste de maire en tant que candidat indépendant

Zeev Elkin arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 14 février 2016. (Crédit : Olivier Fitoussi/Pool)
Zeev Elkin arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 14 février 2016. (Crédit : Olivier Fitoussi/Pool)

La branche locale de Jérusalem du parti du Likud a snobé de manière visible le ministre des Affaires de Jérusalem et du patrimoine Zeev Elkin, qui se présente dans la course à la mairie avec le soutien du Premier ministre Benjamin Netanyahu, ont rapporté mardi les médias en hébreu.

Lors d’un événement de lancement de la liste officielle des candidats du Likud au conseil de Jérusalem, Elisha Peleg, tête de liste, a émis des critiques à peine voilées du ministre qui se présente dans la course contre la volonté des membres locaux de la formation politique.

« Malheureusement, certains membres du mouvement ont choisi d’empiéter sur les plates bandes des autres », a-t-il expliqué. « J’appelle les électeurs de Jérusalem à accorder leur confiance à l’original, pas à la copie, et à ne placer que des bulletins du Likud dans les urnes parce que nous sommes la liste qui représente véritablement le Likud dans la ville ».

Même si Elkin appartient au Likud, à la Knesset, il se présente à la mairie en tant qu’indépendant, sous un ticket appelé « Jérusalem réussira ». La branche locale du Likud présente une liste distincte pour le conseil municipal.

Plusieurs ministres et députés issus du parti auraient assisté à cet événement, notamment le ministre des Transports Israel Katz, le ministre de l’Egalité sociale Gila Gamliel, le vice-ministre Yaron Mazuz, et le chef de la coalition David Amsalem.

Amsalem a indiqué qu’il soutiendrait Elkin parce qu’il est soutenu par Netanyahu mais il a exprimé sa déception que le ministre n’apporte pas son appui aux membres locaux du Likud.

« J’aurais espéré que le candidat du Likud soutienne le Likud », a-t-il expliqué. « Un véritable membre du Likud voterait pour le Likud ».

Mazuz a tenté de minimiser les critiques dures d’Elkin, suggérant un compromis.

« Nous avons Elkin, notre ministre du Likud », a-t-il dit. « Je suggère que vous combiniez vos votes – que vous choisissiez Elkin par un vote, et que vous consacriez le second à la liste du Likud ».

Il a été néanmoins immédiatement rabroué par le chef de la branche de Jérusalem, Ilan Gordo, qui a riposté que « personne ne peut se parachuter comme maire ».

La résidence principale d’Elkin, jusqu’à une date récente, n’était pas Jérusalem mais une implantation située à proximité, même s’il a déménagé chez un membre de sa famille pour la campagne électorale.

Dans un communiqué, Elkin a répondu aux critiques en soulignant que le parti entier, au niveau national, se réunissait autour de sa candidature, « suivant le soutien du Premier ministre Netanyahu et des ministres et députés du Likud ».

Il a ajouté se présenter sous une étiquette indépendante pour attirer une base de soutien plus large au sein de la municipalité, comme l’ont déjà fait de nombreux maires à travers Israël.

« Il n’y a aucun doute sur le fait que pour tous ceux pour qui le Likud est important, il est essentiel que ce soit une personnalité du Likud qui soit à la tête de Jérusalem pour les années à venir », a-t-il poursuivi.

Le maire sortant Nir Barkat, qui a dirigé la ville pendant une décennie, a accordé son soutien à Elkin au mois de mai. Barkat avait annoncé en mars qu’il ne se représenterait pas pour un troisième mandat et qu’il se présenterait plutôt à la Knesset sous l’étiquette du Likud.

Lorsqu’il avait annoncé sa candidature, Elkin avait souligné le sacrifice qu’il consentirait s’il était élu maire.

« J’ai la volonté de renoncer à un poste de haut-ministre et de membre du cabinet de sécurité pour me mettre au service de Jérusalem parce que Jérusalem est un défi au niveau national de la plus grande importance », avait déclaré Elkin, qui est également ministre de la Protection environnementale.

Lors du scrutin municipal de Jérusalem, le 30 octobre, Elkin devra affronter une demi-douzaine au moins de candidats, notamment le député Moshe Lion, lui aussi du Likud, l’ex-adjointe au maire de Jérusalem et membre de la Knesset issue des rangs du parti Koulanou Rachel Azaria, le militant politique et conseiller Ofer Berkovich, l’activiste de droite et conseiller municipal de Jérusalem Aryeh King, et l’adjoint au maire ultra-orthodoxe Yossi Deitch.

Raoul Wootliff a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...