Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Emilie Gomis salue la « dignité avec laquelle les otages ont été traités par le Hamas »

La présidente de l’Organisation Juive Européenne a porté plainte suite aux propos de la basketteuse qui multiplie les commentaires pour le moins controversés

Émilie Gomis, basketteuse française médaillée olympique, à Nantes, le 21 juin 2017. (Crédit : Loïc Venance/AFP)
Émilie Gomis, basketteuse française médaillée olympique, à Nantes, le 21 juin 2017. (Crédit : Loïc Venance/AFP)

L’ancienne basketteuse, Emilie Gomis, a publié jeudi matin une photo des quatre otages qui ont été sauvés le 8 juin par l’armée israélienne sur ses réseaux. Un post où on peut lire : “La dignité avec laquelle les otages ont été traités par le Hamas montre que l’humanité peut subsister même dans les moments les plus sombres, reflétant ainsi les valeurs de l’Islam. Une réalité que personne ne peut nier.” Un commentaire malvenu qui intervient le lendemain où Itay Pessah, médecin en charge du suivi médicale des otages libérés, alertait sur les conditions inhumaines de leur détention aux mains de familles palestiniennes complices du groupe terroriste palestinien.

Une sortie qui a suscité l’indignation chez certains mais qui a aussi été « likée » plus de 4 000 fois à l’heure de la rédaction de cet article.

“Présenter des actes terroristes sous un jour favorable peut constituer le délit d’apologie du terrorisme, nous déposons plainte pour ces propos,” a réagi Muriel Ouaknine-Melki présidente de l’Organisation Juive Européenne (OJE).

Ce n’est pas la première fois que la vice-championne olympique de basket déclenche une polémique sur les attaques terroristes du 7 octobre. Dès le 9 octobre, elle partageait une carte de France recouverte progressivement d’un drapeau d’Israël, avec cette question : “Que feriez-vous dans cette situation ?”. Un post rapidement supprimé, l’athlète étant alors ambassadrice des Jeux Olympiques de Paris 2024.

La polémique n’empêche pas L’Équipe, quotidien sportif de référence en France, de lui offrir une interview en majesté pour tenter de s’expliquer. Emilie Gomis y dénonce ce qu’elle appelle une chasse aux sorcières et répond encore colonisation quand on l’interroge sur les attentats du 7 octobre.

En janvier, elle est exclue du comité d’organisation des JO et en février elle est entendue en audition libre à Paris dans une enquête ouverte pour apologie du terrorisme.

Le 14 avril, alors qu’une pluie de drones et de missiles iranien visaient le territoire israélien, elle publie sur son compte X : “L’IRAN A LE DROIT DE SE DÉFENDRE”, flanqué d’un drapeau iranien. L’attaque en question a grièvement blessé une petite bédouine de 7 ans qui est toujours hospitalisée.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.