Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

En Israël, le patron d’OpenAI met en garde contre une « règlementation stricte » de l’IA

Sam Altman, dont l'entreprise a créé l'interface ChatGPT, a notamment échangé le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Isaac Herzog

Le fondateur et PDG de la société américaine d'intelligence artificielle OpenAI, Sam Altman, s'exprimant à l'Université de Tel Aviv, en Israël, le 5 juin 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Le fondateur et PDG de la société américaine d'intelligence artificielle OpenAI, Sam Altman, s'exprimant à l'Université de Tel Aviv, en Israël, le 5 juin 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Le patron d’OpenAI, Sam Altman, s’est prononcé lundi contre une « réglementation stricte » de l’intelligence artificielle (IA), qui risque d’entraver son développement, soulignant toutefois la nécessité d’une surveillance institutionnelle à long terme.

Le mois dernier, M. Altman, dont l’entreprise a créé l’interface ChatGPT, a estimé devant une commission parlementaire américaine que l’intervention des gouvernements pour réguler l’IA sera « cruciale » pour « limiter les risques » liés à cette technologie.

Le patron d’OpenAI, qui s’exprimait lundi à l’université de Tel Aviv, a souligné toutefois que son appel à une surveillance de l’IA ne concernait pas « les systèmes d’aujourd’hui ».

« Je pense que ce serait une erreur de réglementer strictement ce domaine ou d’essayer de ralentir cette incroyable innovation », a-t-il déclaré.

Mais le risque d’une « superintelligence » mal utilisée est réel, a-t-il reconnu. C’est « quelque chose que nous devrons peut-être affronter au cours de la prochaine décennie et cela ne laisse pas beaucoup de temps aux institutions du monde pour s’adapter ».

Il a de nouveau proposé la création d’une « organisation internationale », qui utiliserait « la puissance de calcul et (des outils) techniques » pour créer « un cadre (…) délivrant des licences à des interfaces d’intelligence artificielle, pour en vérifier leur système de sécurité et (leur) proposer des tests à passer ».

« Ce serait une façon de traiter le risque » d’avoir des intelligences artificielles dévoyées de leur usage initial, a-t-il dit, jugeant ce risque « très sérieux ».

« Nous faisons la même chose pour le nucléaire », a-t-il justifié, évoquant l’exemple de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Lors d’une rencontre avec le président israélien Isaac Herzog plus tôt dans la journée, M. Altman a souligné « l’importance et l’urgence de trouver les moyens de limiter ces risques considérables ». « Tout le monde veut trouver une solution », a-t-il affirmé.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a indiqué de son côté que M. Altman lui a dit, lors d’un entretien téléphonique, qu’Israël « pourrait devenir un acteur mondial majeur dans le domaine » de l’IA.

Dans un communiqué, M. Netanyahu a estimé que son pays – où le secteur des hautes technologies est déjà un poids lourd de l’économie –, doit « élaborer une politique nationale » en matière d’IA.

La visite en Israël de M. Altman s’inscrit dans le cadre d’une tournée internationale visant à rassurer sur l’usage d’OpenAI par le grand public et les entreprises.

Les IA génératives d’OpenAI, ChatGPT pour le texte et Dall-E pour l’image, ouvertes au grand public fin 2022 avec un succès fulgurant et dans un vide juridique, ont déclenché une avalanche de craintes, notamment en ce qui concerne la désinformation et l’éventuelle destruction d’emplois.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.