Rechercher

Entreprises israéliennes de technologie climatique: 2,2 milliards $ récoltés en 2021

Les investissements annuels ont augmenté de 57 % par rapport au 1,4 milliard de dollars en 2020, selon l'organisation israélienne PLANETech

A titre d'illustration : le réchauffement climatique. (Crédit : Chonticha Wat ; iStock par Getty Images)
A titre d'illustration : le réchauffement climatique. (Crédit : Chonticha Wat ; iStock par Getty Images)

Les entreprises israéliennes de technologie climatique ont attiré plus de 2,2 milliards de dollars d’investissements au cours de l’année 2021, soit 57 % de plus qu’en 2020, selon PLANETech, une communauté d’innovation israélienne à but non lucratif axée sur les technologies du changement climatique.

Cette semaine, l’organisation a déclaré que les entreprises israéliennes spécialisées dans les technologies climatiques concluaient une année record en matière d’investissements dans le secteur, dans la lignée des investissements records globaux dans les entreprises israéliennes en 2021.

« À la fin de 2021, les investissements annuels dans les entreprises israéliennes de technologie climatique ont atteint 2,2 milliards de dollars, dépassant de 57 % le record de collecte de fonds de 1,4 milliard de dollars de l’année dernière », a déclaré mardi Uriel Klar, directeur de PLANETech.

Le terme « climate tech » est un terme générique qui englobe les technologies d’énergie propre, de transport, de traitement de l’eau, de fabrication d’aliments, de réduction des déchets et d’amélioration de la chaîne d’approvisionnement.

Uriel Klar a déclaré au Times of Israel que les chiffres pour 2021 étaient « plutôt enthousiasmants » et que le monde assistait à un « mouvement global vers les technologies climatiques ».

Il a cité un récent rapport de la multinationale de conseil PwC qui montre que les investissements de capital-risque et de capital-investissement dans les entreprises mondiales de technologies climatiques ont atteint 87,5 milliards de dollars entre juin 2020 et juin 2021, soit une augmentation de 210 % par rapport à la même période de l’année précédente, où 28,4 milliards de dollars ont été investis dans le secteur.

PLANETech a publié en octobre un rapport complet sur le paysage israélien de la climate tech, identifiant 637 entreprises du secteur, dont la majorité a été fondée au cours des sept dernières années. Le rapport indique qu’Israël dispose d’un secteur de la technologie climatique dynamique et en pleine croissance, mais que les entreprises de ce secteur sont confrontées à des défis importants tels que les barrières réglementaires et les obstacles au financement à risque.

Uriel Klar a expliqué que, depuis la fin octobre, lorsque le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré aux dirigeants du monde entier, lors de la conférence des Nations unies sur le climat COP26 à Glasgow, qu’Israël canaliserait ses efforts pour lutter contre le changement climatique en tirant parti de sa créativité technologique, le secteur local a connu quelques mois exceptionnels.

La conférence COP26, considérée comme l’un des sommets sur le climat les plus importants de l’histoire, s’est déroulée dans un contexte de conditions météorologiques de plus en plus sévères dans le monde et d’avertissements alarmants sur l’avenir de la planète.

Uriel Klar a cité d’importants développements récents, tels que l’entreprise israélienne de technologie alimentaire Future Meat, qui développe de la viande de poulet, d’agneaux et de bœufs cultivés, qui a levé plus de 300 millions de dollars la semaine dernière – le plus gros investissement individuel dans le secteur de la viande cultivée – et l’entreprise de technologie propre UBQ Materials, qui fabrique des produits biosourcés convertis à partir de déchets, qui a obtenu un investissement de 170 millions de dollars pour construire une installation de conversion à grande échelle aux Pays-Bas l’année prochaine. Il s’agit là aussi de l’un des plus gros investissements réalisés à ce jour dans le secteur des technologies propres.

« Outre les deux investissements dans Future Meat et UBQ Materials […], SolarEdge est devenue la première entreprise israélienne à entrer dans l’indice S&P 500 et [la plateforme météorologique] Tomorrow.io [anciennement ClimaCell] entre en bourse au Nasdaq avec une valorisation de 1,2 milliard de dollars », a déclaré Uriel Klar dans un communiqué.

À Glasgow le mois dernier, Naftali Bennett et Bill Gates, cofondateur de Microsoft, ont convenu de créer un groupe de travail entre l’État d’Israël et la Fondation Gates dans le domaine de l’innovation en matière de changement climatique, à la suite d’une réunion qu’ils ont eue en marge de la conférence COP26.

« Israël est connu comme la nation des startups, et je pense qu’il est temps de pivoter et de canaliser notre énergie nationale – qui est l’énergie du peuple, la matière grise – vers la lutte contre le changement climatique », a déclaré Bennett à Gates lors de la réunion. « Nous allons prendre cela comme une mission nationale. »

Uriel Klar a déclaré qu’il était encourageant pour le secteur que le gouvernement israélien semble être à bord et que « nous ne verrons les résultats de la COP26 que dans les mois à venir ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...