Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Ersilia Soudais soutient Ahed Tamimi après son message appelant au meurtre

La députée LFI, qui a justifié l'attaque du Hamas, nourrit depuis longtemps une obsession nocive et malveillante à l’égard d’Israël, multipliant les prises de position haineuses

La députée LFI Ersilia Soudais (2e à droite) « commémorant la Nakba » dans la ville de Mitry Mory, le 12 mai 2023. (Crédit : Ersilia Soudais / Twitter)
La députée LFI Ersilia Soudais (2e à droite) « commémorant la Nakba » dans la ville de Mitry Mory, le 12 mai 2023. (Crédit : Ersilia Soudais / Twitter)

Dans la foulée de l’arrestation d’Ahed Tamimi, la députée la France insoumise Ersilia Soudais, connue pour son positionnement anti-Israël virulent et dangereux, a affirmé lundi matin sur X son soutien à l’activiste palestinienne auteure d’un message à caractère néo-nazi.

« Il faut que cessent les arrestations massives de Palestiniens en Cisjordanie ! », a écrit la députée d’extrême gauche, ajoutant les hashtags « #FreeThemAll » et « #AhedTamimi » et accompagnant son message d’un article biographie d’Ahed Tamimi par le HuffPost.

Ahed Tamimi, une activiste palestinienne, a été arrêtée tôt ce lundi par les forces israéliennes pour incitation au terrorisme après avoir écrit sur Instagram que les Palestiniens allaient « abattre » les résidents d’implantations et qu’ils « boiraient [leur] sang ».

« Le message que nous avons à transmettre aux hordes de résidents d’implantations, c’est que nous vous attendons dans toutes les villes de Cisjordanie, de Hébron à Jénine », a écrit Tamimi la semaine dernière. « Nous allons vous abattre et vous vous direz que ce que vous a fait Hitler, c’était une plaisanterie ; nous boirons votre sang et nous vous mangerons le crâne. Venez, on vous attend », a-t-elle ajouté.

« Non, non et non !! », a réagi sur X la députée Renaissance Constance Le Grip suite au message de sa collègue.

« Vous ne pouvez, Ersilia Soudais, continuer de vous prévaloir d’être ‘vice-présidente’ du groupe d’étude de l’Assemblée nationale sur l’antisémitisme, tout en témoignant votre soutien à une personne arrêtée pour incitation au terrorisme et qui a posté un message de haine et de violence absolues contre des Juifs. Je vous demande solennellement de cesser de vous afficher comme ‘vice-présidente’ de ce groupe ! Assez de complaisance, de collusion et d’ambiguïté ! »

Il y a quelques jours, au sujet du rôle d’Ersilia Soudais en tant que « vice-présidente du groupe d’études sur l’antisémitisme à l’Assemblée nationale », la députée Renaissance Caroline Yadan avait elle écrit sur X : « Mettons les choses au clair. Non, Ersilia Soudais, vous ne représentez pas et ne représenterez jamais notre groupe d’études sur l’antisémitisme au sein duquel vous vous êtes auto désignée car l’ensemble de vos propos et de vos actes constituent précisément des vecteurs de diffusion de l’antisémitisme en France et de la haine des Juifs. L’équivalence entre un groupe terroriste barbare et l’État démocratique victime de cette barbarie met une cible dans le dos des Juifs de France et pour cela vous devrez répondre de l’ensemble de vos actes devant la représentation nationale. Vous êtes décidément assise sur un strapontin pour le pire. »

Samedi 4 novembre, Ersilia Soudais a participé à une manifestation anti-Israël à Paris, qui aurait rassemblé 19 000 personnes selon la Préfecture. Lors de cet évènement, elle a été filmée dans la foule écoutant un discours prônant la fin de l’État d’Israël. « Israël n’a pas le droit de se défendre », « Quand un homme [métaphore pour Israël] viole une femme [métaphore pour Gaza] et qu’elle le griffe, l’homme [Israël] a-t-il le droit de se défendre ? », « C’est grave de dire que la résistance du peuple palestinien serait du terrorisme », a notamment déclaré l’individu à la tribune. Ce n’est que lorsque la députée a semblé remarquer qu’elle était filmée pendant ce discours haineux qu’elle s’est retirée (à 3mn12 sur la vidéo ci-dessous).

Fin octobre, la députée avait reçu un tract sur un bébé otage à Gaza, affiché à la porte de son bureau à l’Assemblée nationale. En retour, sans s’émouvoir du sort des plus de 240 otages capturés en Israël et maintenant aux mains du Hamas, elle s’était plaint d’un « harcèlement de cinglé ».

La députée d’extrême gauche nourrit depuis longtemps une obsession nocive et malveillante à l’égard d’Israël, multipliant les prises de position haineuses. Elle est ainsi proche de mouvances palestiniennes radicales et a récemment voulu inviter à l’Assemblée Mariam Abou Daqqa, membre du Front populaire de Libération de la Palestine (FPLP), organisation classée terroriste par l’Union européenne.

« Ses multiples provocations, ses propos ignobles sur la Shoah, son soutien [au terroriste] Salah Hamouri, son hommage à Godard, son absence de solidarité pour les Français du sud d’Israël sous les missiles palestiniens… autant de raisons qui rappellent pourquoi la députée Soudais n’a pas sa place sur le territoire israélien », écrivait d’elle le « Collectif des Français d’Israël contre la venue de la députée LFI Ersilia Soudais », alors qu’elle voulait se rendre dans le pays en début d’été 2023 – un séjour ajourné, alors qu’aucun officiel israélien n’avait accepté de rencontrer sa délégation française en raison de la présence de cette femme en son sein.

Le 7 octobre, au moment même où le Hamas poursuivait ses massacres dans le sud d’Israël, la députée extrémiste et son collègue Louis Boyard avaient justifié en des termes explicites l’attaque terroriste.

« Gaza est une prison à ciel ouvert depuis bien longtemps, dans l’indifférence générale ! La haine attire la haine, et certains semblent découvrir que ce sont toujours les civils qui payent le prix de la guerre », avait-elle écrit, sans jamais revenir sur ses propos, et sans recevoir de sanctions de la part de l’Assemblée, demandées par d’autres députés. « Plus que des paroles, il faut de la justice pour faire la paix », avait-elle tout de même ajouté.

Contactée par le Times of Israel à plusieurs reprises au sujet des polémiques causées par ses positions haineuses, Ersilia Soudais n’a jamais répondu, et n’a par ailleurs jamais assumé ses opinions face à ses contradicteurs, les gardant uniquement pour des foules déjà acquises.

Professeure de français dans un collège de Bussy-Saint-Georges, Ersilia Soudais a fait, à 34 ans, son entrée à l’Assemblée nationale l’an dernier grâce à sa victoire dans la 7e circonscription de Seine-et-Marne, après avoir baigné dans la politique « depuis toute petite ».

Fille du journaliste politique Michel Soudais, l’un des responsables de l’hebdomadaire de gauche Politis, Ersilia Soudais est née et a grandi à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), où elle a habité jusqu’à l’âge de 22 ans.

Le parti La France insoumise, fondateur de la Nupes, a à plusieurs reprises été accusé de laxisme face à l’antisémitisme, encore récemment avec l’invitation du rappeur Médine à son université d’été, alors qu’il avait été reconnu par des responsables de gauche que l’homme avait tenu des propos antisémites, ou encore avec l’accueil à Paris par Danièle Obono et Danielle Simonnet, devenues députées, de Jeremy Corbyn, ex-patron du Parti travailliste britannique exclu de son groupe parlementaire pour laxisme face à l’antisémitisme.

Auparavant, le chef du parti, Jean-Luc Mélenchon, ou encore le militant d’extrême gauche Taha Bouhafs, condamné pour racisme l’an dernier et accusé d’agression sexuelle, avaient eux aussi été accusés d’accointances avec l’antisémitisme (ce dernier a, ce week-end, appelé à la création d’une milice pour la « défense » des musulmans de France).

Ces positions extrêmes sont actuellement en train de causer le démantèlement de leur alliance de gauche, la NUPES, alors que les éléments plus modérés, notamment les Socialistes, ont exprimé le souhait de la quitter, choqués des réactions des députés LFI suite à l’attaque du Hamas, qui ont décrit le groupe terroriste comme un « mouvement de résistance » ou rejeté le qualificatif de « terroriste », sans avoir d’empathie pour les victimes, à l’exception de quelques responsables.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.