Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Mariam Abou Daqqa, membre du FPLP, assignée à résidence dans les Bouches-du-Rhône

Mariam Abou Daqqa. (Crédit : capture d’écran YouTube / Ivan Marin)
Mariam Abou Daqqa. (Crédit : capture d’écran YouTube / Ivan Marin)

Mariam Abou Daqqa, membre du Front populaire de Libération de la Palestine (FPLP), organisation classée terroriste par l’Union européenne, a indiqué lundi être assignée à résidence dans les Bouches-du-Rhône après un arrêté d’expulsion du ministère de l’Intérieur qui ne peut être exécuté immédiatement.

Le ministère de l’Intérieur motive sa décision en invoquant « la menace qu’elle représente pour l’ordre public dans le contexte de vives tensions » liées à la guerre entre Israël et le Hamas déclenchée après l’attaque sanglante contre le territoire israélien par le groupe terroriste palestinien, selon cet arrêté daté de dimanche, notifiée à l’intéressée lundi et dont l’AFP a pu obtenir une copie.

Cet arrêté d’expulsion n’est pas applicable immédiatement car « il est nécessaire de prévoir l’organisation matérielle du départ » de Mariam Abou Daqqa compte tenu notamment du « document de voyage » qu’elle détient actuellement. En conséquence, elle est assignée à résidence dans les Bouches-du-Rhône 45 jours, jusqu’à fin novembre, avec obligation de « se maintenir dans les locaux où elle réside à Marseille de 22h à 7h du matin » et pointer tous les jours à 12h30 au commissariat du centre-ville, détaille encore l’arrêté.

Mme Abou Daqqa a obtenu début août des services consulaires français à Jérusalem un visa de 50 jours pour se rendre en France où elle devait participer à diverses conférences sur le conflit israélo-palestinien. Le 9 octobre, la présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet avait décidé d’interdire la venue de cette militante à l’Assemblée, invitée selon la présidence par la députée Ersilia Soudais (LFI) pour intervenir « à l’occasion de la projection d’un documentaire ‘Yallah Gaza' », le 9 novembre. La participation de Mariam Abou Daqqa à une conférence à l’Université Lyon-II avait aussi créé une polémique et elle était ces derniers jours dans la région de Marseille, invité entre autres à un colloque sur « 30 ans après les accords d’Oslo, où en sommes-nous ? ». Un rassemblement prévu en sa présence à Martigues (Bouches-du-Rhône) avait été interdit par la préfecture de police.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.