Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Ester Rada, Gili Yalo et Tom Cohen vous proposent du jazz et de la pop éthiopiens

Le Jerusalem Orchestra East West de Tom Cohen ajoute des cordes, une batterie et des claviers aux interprètes qui chantent en amharique et en anglais

Gili Yalo (à gauche) et Ester Rada (à droite) se produisent dans "Tazeta" ("Nostalgie" en amharique), un concert mêlant les sons jazz et pop de la musique éthiopienne, avec le chef d'orchestre Tom Cohen et son East-West Orchestra, le 10 juillet 2023 (Crédit : Israeli Opera)
Gili Yalo (à gauche) et Ester Rada (à droite) se produisent dans "Tazeta" ("Nostalgie" en amharique), un concert mêlant les sons jazz et pop de la musique éthiopienne, avec le chef d'orchestre Tom Cohen et son East-West Orchestra, le 10 juillet 2023 (Crédit : Israeli Opera)

Tom Cohen, chef d’orchestre, n’a jamais raté une occasion de collaborer avec des amis et des collègues musiciens.

Il y a eu le livre musical pour enfants avec Etgar Keret et Shira Geffen, le thème musical de « Zaguria Imperia » pour son ami d’enfance Maor Zagori, et d’autres projets avec Omer Adam, Ninet Tayeb et Ehud Banaï.

Cette semaine, c’est « Tezeta » (« Nostalgie » en amharit), un concert qui mêle les sons du jazz et de la pop éthiopiens, et qui réunit Ester Rada et Gili Yalo, deux des chanteurs les plus connus d’Israël, avec Cohen et son Jerusalem Orchestra East West.

Le spectacle a été présenté lundi à l’Opéra israélien de Tel Aviv dans le cadre de la série Est-Ouest, mais Cohen nourrit l’espoir d’une tournée mondiale avec ce concert tant attendu.

« Cela fait longtemps que nous caressons cette idée », explique M. Cohen, « mais jamais au bon moment, ni auprès du bon public, ni au bon endroit ».

« On a l’impression que la musique de la communauté éthiopienne est passée entre les mailles du filet », a-t-il déclaré. « C’est une musique étonnante, riche de tant d’influences, venues d’Afrique, de pays arabophones et d’Amérique, mais personne ne s’y adonne ».

Gili Yalo (à gauche) et Ester Rada (au milieu) avec Tom Cohen (à droite) dans « Tazeta » (« Nostalgie » en amharit), un concert mêlant les sons jazz et pop de la musique éthiopienne, avec le chef d’orchestre Cohen et son Jerusalem Orchestra East West, le 10 juillet 2023 (Crédit : Israeli Opera)

Jusqu’à présent…

La majeure partie du concert est chantée en amharique, Rada et Yalo représentant l’âme de la musique éthiopienne en Israël. Des classiques éthiopiens ont été inclus dans le concert, ainsi que des morceaux de leurs propres spectacles solo, avec du jazz soul et du funk, et dans d’autres langues, pour créer un flux musical différent.

Les deux artistes ont chanté ensemble « Adebayewosh » au début, ainsi que « Dera« , puis « Tenesh » et « Ashkeru » à la fin. Yalo a interprété « Sew Lesew« , « Salem » et « Sab Sam« , tandis que Rada a chanté « Out« , « Sorries » et « Life Happens« , ainsi que « Nana Ney« , parmi les 15 chansons sur la playlist.

« Je leur ai beaucoup demandé, beaucoup d’idées », a précisé Cohen, qui a choisi les morceaux qu’il allait interpréter avec eux, en recherchant des sonorités du passé et du présent.

« Cela ressemble à beaucoup de choses que nous jouons déjà », a-t-il déclaré à propos de son orchestre. « C’est comme jouer la musique des Afro-Américains, mais avec des touches venues d’Afrique, comme le Maroc et la Mauritanie ».

L’orchestre et les chanteurs terminaient la deuxième des deux répétitions de six heures prévues dimanche soir, dans une salle de répétition située à l’arrière de l’opéra.

Cohen se tenait à l’avant, en tee-shirt blanc et baskets en cuir blanc, une stature petite mais imposante pour un orchestre qui fait la part belle aux cordes, avec un violoncelle, trois contrebasses et au moins 15 violonistes, ainsi que deux guitaristes électriques, deux percussionnistes et plusieurs claviéristes.

Rada, vêtue d’un jean coupé, ses longs cheveux bouclés lâchés dans le dos, était assise à côté de son ex-mari Yalo, qui n’a pas quitté ses lunettes de soleil aviateur  une minute. Les deux se consultaient parfois en silence, mais restaient assis la plupart du temps jusqu’à ce que ce soit leur tour d’entonner les airs jazzy et funk, chantés en anglais ou en amharique.

Rada, 38 ans, est née en Israël de parents éthiopiens. Yalo, 42 ans, a fait le périlleux voyage de Gondar avec sa famille à l’âge de cinq ans. Ils ont été ensemble pendant sept ans, et mariés pendant trois ans. Leur relation est désormais terminée, mais « la chaleur et la connexion entre eux sont toujours là », a déclaré Cohen. « Vous le sentez aussi ? »

D’ailleurs, ici, ce qui compte, c’est la musique. Par moments, la répétition ressemblait à une salle de classe bruyante du lycée, comme en témoigne la remarque d’une des contrebassistes qui s’est plainte que les batteurs étaient si bruyants qu’elle n’entendait pas Rada chanter.

Mais sous la baguette de Cohen, tout le monde s’est remis au travail, apportant chacun un son différent dans cette fusion de l’Orient et de l’Occident, ou les violonistes tiraient leur archet sur les cordes pour obtenir un son « swoosh » et frappaient des mains dans une autre chanson.

« Je suis très fière de cette performance », a déclaré Cohen lors d’une pause. « Je ne me serais pas investi dans tout cela si je n’étais pas certain qu’il y aura une suite à tout cela ».

Gili Yalo (à gauche) et Ester Rada (à droite) dans « Tazeta » (« Nostalgie » en amharit), un concert mêlant les sons jazz et pop de la musique éthiopienne, avec le chef d’orchestre Tom Cohen et son East-West Orchestra, le 10 juillet 2023 (Courtesy Israeli Opera)

Il est reconnaissant à l’Opéra d’Israël d’avoir accueilli « Tezeta » dans le cadre du programme Est-Ouest, tout en reconnaissant que ce n’était pas le programme le plus facile à vendre.

« Il aurait été plus facile de vendre des billets pour une pop star interprétant ses chansons, mais c’est une décision artistique », a-t-il déclaré.

Bien que la représentation de lundi soir soit la seule prévue pour l’instant, Cohen envisage de commercialiser le programme avec un enregistrement du concert, afin de pouvoir expliquer ce qui se passe sur scène dans ce mélange d’hébreu, d’amharique et d’anglais.

« C’est difficile de se faire une idée de ce que c’est », reconnaît-il. « Ester et Gili sont des noms connus, mais le public ne sait pas ce qu’il va entendre, jusqu’à ce qu’il l’entende ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.