Exporter les prouesses de la technologie agricole israélienne
Rechercher

Exporter les prouesses de la technologie agricole israélienne

L’entreprise de transfert de technologie de l’Université hébraïque doit commercialiser des technologies agricoles innovantes

David Shamah édite notre section « Start-Up Israel ». Spécialiste depuis plus de dix ans en technologies et en informatique, il est un expert reconnu des start-up israéliennes, de la high-tech, des biotechnologies et des solutions environnementales.

Une serre de tabac CollPlant, utilisée pour le collagène humain. La technologie de Collplant a été développée à l'Université hébraïque et commercialisée par Yissum (Crédit : autorisation)
Une serre de tabac CollPlant, utilisée pour le collagène humain. La technologie de Collplant a été développée à l'Université hébraïque et commercialisée par Yissum (Crédit : autorisation)

Un film comestible et biodégradable prolongeant la durée de conservation des produits frais est parmi les premières innonvations qu’Aggrinnonation, un nouveau fonds d’investissement dirigé par une compagnie de transfert de technologie de l’Université hébraïque, espère apporter sur le marché.

Le film biologique, qui est conçu pour les récoltes comme le poivron, les aubergines, les tomates, les pommes, les nectarines, les prunes, les citrouilles et les cerises, tout comme des gousses d’ail ou d’oignon stockées, est développé par le professeur Amos Nussinovitch, de l’Institut de Biochimie, Nourriture, Science et Nutrition de l’Université Hébraïque, le professeur Haim David Rabinovitch et le Dr. Yonatan Elkind, tous les deux de l’Institut des Plants Scientifiques et Génétiques en Agriculture.

Nussinovitch étudie les films biologiques depuis plus de 20 ans, et au cours de nombreux tests, lui et son équipe ont ralenti la détérioration d’une grande variété de fruits et de légumes en utilisant des formules basées sur le chewing-gum.

En plus de réduire le gâchis lors du stockage, la nouvelle protection améliore l’éclat du produit, les propriétés mécaniques de manipulation, et la rétention des éléments volatiles, a déclaré l’Université Hébraïque.

Le biofilm est un exemple des technologies qu’Yissum espère commercialer dans les années à venir, a déclaré Yaacov Michlin, le PDG de Yissum et le président du conseil d’administration d’Agrinnovation.

« Le département d’Agriculture de l’Université hébraïque est la source d’un nombre impressionnant de succès commerciaux, et permet à Israël d’être à la pointe dans ce domaine ».

Agrinnovation, dirigée par le Dr. Ido Schechter, financera des technologies appliquées prometteuses originaires du département d’Agriculture de l’Université Hébraïque pour laquelle travaillent plus de 100 chercheurs sur des nouvelles inventions dans divers domaines comme l’agriculture, la nourriture, la nutrition, la médecine vétérinaire et les technologies propres.

Chaque année, le fonds investira environ dans cinq projets extraordinaires à un stade précoce, à la fois un partenaire stratégique, avec l’objectif de leur apporter une preuve de la réussite du concept. Les projets conduiront ensuite à la fondation d’entreprises pour le développement futur et la commercialisation des produits de haute technologie.

Avec l’annonce de l’ouverture du fonds, Yissum a également annoncé qu’Agrinnovation avait reçu 4 millions de dollars d’un autre financement par le Groupe Victor Smorgon d’Australie.

D’autres investisseurs incluent Yissum et le Fonds Provident des Employés de l’Université Hébraïque de Jérusalem. Dans les jours à venir, Yissum a déclaré espérer que le montant atteigne les 6 millions de dollars alors qu’un groupe d’investisseurs sino-israéliens doit rejoindre le projet.

D’autres projets qu’Agrinnovation financera dès le début sont des technologies développées par les professeurs Michael Friedman et Amnon Hoffman de l’Ecolde Pharmacie, l’Institut pour la Recherche des Drogues, et le professeur Eran Lavy de l’Ecole de Médecine Vétérinaire pour la mise sur le marché contrôlée des médicaments pour les fermes animales.

La technologie, lorsqu’elle sera totalement développée, remplacera le besoin des injections récurrentes pour des antibiotiques et des analgésiques avec une injection unique de la substance active pour la durée du traitement.

Eviter des injections récurrentes élimine la douleur inutile et l’inconfort de l’animal tout en économisant du temps et de l’argent pour le vétérinaire et le fermier.

Une autre technologie devant être financée, qui a été développéer par le professeur Hanokh Czosnek de l’Institut des Plants Scientifiques et Génétiques dans l’Agriculture, élimine les insectes agricoles par un moyen électronique, au lieu de recourir à des produits chimiques. La technologie aide les fermiers à réduire au minimum l’utilisation de pesticides afin de protéger les récoltes et le bétail.

Si le passé constitue une sorte d’indicateur, le nouveau fonds devrait être un énorme succès comme les projets d’Yissum l’ont été dans le passé. Les produits commercialisés par Yissum génèrent actuellement 2 milliards de dollars de ventes annuelles.

Classé parmi les meilleures compagnies de transfert technologique dans le monde, Yissum a déposé 9 125 brevets couvrant 2 500 inventions, l’entreprise a fait sortir plus de 750 technologies et a soutenu plus de 110 entreprises y compris Mobileye, BriefCam, CollPlant et Qlight Nanotech.

Les partenaires commerciaux de Yissum incluent des entreprises mondiales comme Syngenta, Monsanto, Roche, Novertis, Microsoft, Johnson & Johnson, Merck, Intel et Teva.

Avec un fonds pour la technologie agricole, Yissum se lance dans un nouveau domaine qui promet de grandes innovations, tout comme beaucoup de bénéfices pour tous, a déclaré Michlin.

« Agrinnovation est un vecteur efficace d’investissement dans la prochaine génération d’innovation révolutionnaire qui permettra finalement de développer des produits de technologie agricole », a-t-il ajouté

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...