Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

Exposition : Portraits de 90 survivants de la Shoah à la vie longue et bien remplie

Les photographies reflètent la reconnaissance par toutes les personnes impliquées du fait que les survivants représentés sur les photos sont tous proches de la fin de leur vie

Werner Reich, survivant de la Shoah et magicien, posant pour "Invited to Life". (Crédit : B.A. Van Sise/Design par Grace Yagel)
Werner Reich, survivant de la Shoah et magicien, posant pour "Invited to Life". (Crédit : B.A. Van Sise/Design par Grace Yagel)

(JTA) – Werner Reich avait préparé sa phrase d’introduction lorsqu’il s’est assis pour que B.A. Van Sise tire son portrait.

« Avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, il a dit ‘tout le monde vient me voir et veut que je parle de la Shoah. Que suis-je censé dire ? Je suis allé à Auschwitz. C’était nul' », a déclaré Van Sise, se souvenant que le commentaire de Reich ressemblait à une blague et non à une lamentation.

Mais au lieu de s’attarder sur les horreurs du camp de concentration nazi, les deux hommes ont parlé de magie, un refuge pour Reich, adolescent juif qui tentait de survivre. Le portrait qui en résulte montre un homme de 90 ans portant des lunettes rétro, un nuage de fumée flottant à quelques centimètres au-dessus de sa paume ouverte, dans une image vibrante de vie et d’enchantement.

Le portrait de Reich par Van Sise est le premier de la série « Invited to Life : Finding Hope After the Holocaust » (« Invité à la vie : Trouver l’espoir après la Shoah »), sa nouvelle collection de portraits de 90 survivants de la Shoah. La légende qui l’accompagne reconnaît l’expérience de Reich à Auschwitz, mais se concentre davantage sur la vie de Reich après la guerre et sur sa longue carrière dans la magie – un équilibre qui, selon Van Sise, est au cœur de son projet.

« Ce n’est pas quelque chose dont les gens sont enclins à parler parce que ce n’est pas toujours grandiloquent. Ce n’est pas la partie pour laquelle on vend des billets de cinéma », a déclaré Van Sise. « Vous pouvez faire, et les gens ont fait, une centaine de films sur les Juifs emprisonnés, torturés et réduits en esclavage. Pourquoi personne ne parle de leur prospérité par la suite ? »

Sam Silberberg, survivant de la Shoah et passionné de randonnée, posant pour « Invited to Life ». (Crédit : B.A. Van Sise/Design par Grace Yagel)

B.A. Van Sise est loin d’être le premier photographe à saisir les visages des survivants depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les célèbres photographes portraitistes, Martin Schoeller et Mark Seliger, tous deux connus pour leurs portraits emblématiques de célébrités – Schoeller pour ses gros plans uniformes et stylisés et Seliger en tant que photographe de magazine qui a aussi récemment photographié Jerry Seinfeld lors d’une séance de photos de mode – ont également braqué leur appareil devant des survivants de la Shoah. D’innombrables autres photographes ont fait de même. Mais ce qui, selon Van Sise, fait parfois défaut dans les photographies de survivants, c’est l’accent mis sur la vie d’après-guerre, souvent joyeuse, que les sujets ont menée au cours des 70 dernières années.

« Je soupçonne qu’une personne pourrait voir ces gens et voir des victimes », a déclaré Van Sise. « Mais moi, je les vois comme des survivants. »

Arthur Schneier, survivant de la Shoah et rabbin de la synagogue Park East, posant pour « Invited to Life ». (Crédit : B.A. Van Sise/Design par Grace Yagel)

« Invited to Life » a été inspirée par une mission photographique de 2015 à laquelle Van Sise a participé pour le Village Voice. Motivé par la rhétorique anti-immigrés et anti-réfugiés du candidat à la présidence de l’époque, Donald Trump, il a réalisé qu’une cohorte particulièrement cohésive de réfugiés était arrivée aux États-Unis il y a plus de 75 ans, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et qu’une rétrospective photographique sur leur vie en Amérique pourrait être un projet précieux. Il s’est adressé au Museum of Jewish Heritage de New York pour être mis en contact avec une douzaine de survivants pour ce projet. Il a fini par prendre plus de 30 portraits. Lorsque l’hebdomadaire a cessé de paraître en 2017 (il a été relancé en 2021) avant qu’il ait pu publier les photos, le musée a invité Van Sise à transformer les portraits en une exposition solo, dans ce qui est devenu la toute première installation d’art public du musée.

Puis la pandémie est arrivée, et comme de nombreux photographes dont le travail quotidien nécessitait des déplacements, Van Sise s’est retrouvé au chômage.

« Cela n’avait jamais été un projet phare pour moi », a déclaré Van Sise, qui est juif mais n’a aucun lien familial avec la Shoah. « Je n’arrêtais pas de revenir et de penser à eux, et au fait que ces gens avaient traversé le pire qui soit, le pire qu’il y ait jamais eu, le pire qu’il pourrait même y avoir. »

Le survivant de la Shoah et peintre Fred Terna posant pour « Invited to Life ». (Crédit : B.A. Van Sise/Design par Grace Yagel)

B. A. Van Sise a passé la majeure partie de l’année 2020 à parcourir les États-Unis en voiture, se faisant faire des tests antigéniques tous les trois jours afin de pouvoir photographier en toute sécurité 140 survivants âgés, dont 90 ont fini dans le livre. (Il a insisté auprès de son éditeur pour que le nombre final de portraits dans le livre soit un multiple de 18, le symbole numérique juif pour « la vie »).

Les photos sont toutes en noir et blanc, mais au-delà de cela, elles sont aussi diverses que les sujets de Van Sise. Certaines comportent des arrière-plans, d’autres sont des portraits en solo ; certaines sont sérieuses, d’autres loufoques ; certaines incluent des enfants, des petits-enfants, des maris, des femmes, des accessoires ; certaines sont de profil, d’autres sont prises de face. Les sujets sont des chimistes lauréats du prix Nobel et des femmes au foyer, des pilotes et des psychologues, des merceries et des enseignants, des rabbins célèbres et des partisans devenus escrocs.

Tous, dit Van Sise, ont été photographiés avec un sens profond de la générosité.

« Une personne qui voudrait me critiquer – et je n’ai rien contre – pourrait dire que je suis trop charitable », dit Van Sise à propos de son propre travail, reconnaissant qu’aucun photographe ne peut éviter complètement les préjugés lorsqu’il est derrière son appareil. (Le fait que de nombreux survivants qu’il a photographiés étaient prêts à lui donner des biscuits ne l’a pas aidé, comme il le rappelle souvent).

Depuis que Van Sise a commencé à photographier les sujets de son livre, il y a près de trois ans, il n’a pas échappé à la réalité du travail avec plus de 100 personnes âgées. Plusieurs de ces survivants, dont René Slotkin, éducateur spécialiste de la Shoah, Kathy Griesz, secrétaire juridique née à Budapest, et Reich, sont morts avant d’avoir pu tenir un exemplaire du livre entre leurs mains, au grand dam de Van Sise.

« En tant qu’écrivain, vous les portez avec vous », a-t-il déclaré. « Donc pour moi, il y en a eu quelques-uns pour lesquels j’ai été assez secoué ».

René Slotkin, éducateur et survivant de la Shoah, posant pour « Invited to Life ». (Crédit : B.A. Van Sise/Design par Grace Yagel)

Les photographies reflètent la reconnaissance par toutes les personnes impliquées du fait que les survivants représentés sur les photos sont tous proches de la fin de leur vie. Nombre de ses sujets ont choisi d’inclure leurs enfants, petits-enfants ou arrière-petits-enfants dans leurs portraits, et le photographe a délibérément conclu le livre avec un portrait d’Irving Roth, éducateur de longue date sur la Shoah, avec son arrière-petite-fille Addie, âgée de 3 ans, assise sur ses genoux. Dans le texte, Roth fait des remarques sur les origines de son nom hébraïque, Shmuel Meïr, qui lui vient de son arrière-grand-père, et imagine ce que sera la vie d’Addie lorsqu’elle aura 103 ans, et ce dont elle se souviendra de lui.

Roth est décédé en février 2021, à l’âge de 91 ans.

« Ces histoires ne se terminent pas en 1945 », a déclaré Van Sise. « Ces personnes ont vécu pendant 77 ans depuis lors et ont fait beaucoup de choses de ces années. Et cela vaut la peine d’être exploré, car c’est la partie sur laquelle ils ont le contrôle. »

Réfléchissant aux différents styles de portraits de survivants de la Shoah lors d’une discussion au musée de l’héritage juif, qui a accueilli les portraits de Van Sise, le photographe allemand Martin Schoeller a fait remarquer sa propre préférence pour les images de visages plus âgés.

Le survivant de la Shoah et éducateur Irving Roth et son arrière-petite-fille Addie posant ensemble pour « Invited to Life ». (Crédit : B.A. Van Sise/Design par Grace Yagel)

« Ils ont énormément de vie en eux. Vous voyez les rides et vous sentez qu’il y a plus à découvrir sur le visage, sur un vieux visage. On a donc presque l’impression qu’ils racontent l’histoire de la souffrance de la Shoah de manière plus visuelle, parce que ce sont des visages plus âgés », a déclaré Schoeller.

« Mais cela fait 75 ans que la guerre est terminée », a-t-il ajouté. Ces personnes ont donc vécu 75 ans. Dire ‘maintenant, je vois l’horreur sur le visage de ce vieil homme’, c’est un peu comme dire ‘je ne sais pas si c’est vraiment vrai’. »

« Je laisse le soin aux personnes qui regardent les photos de le faire. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.