Facebook supprime une page anti-vax pour violation des règles sur les infox
Rechercher

Facebook supprime une page anti-vax pour violation des règles sur les infox

Les membres du groupe concerné publiaient des appels à prendre des rendez-vous pour se faire vacciner sans s'y présenter - gaspillant des doses précieuses

Un homme se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de Holon, le 4 février 2021. (Crédit : Chen Leopold/Flash90)
Un homme se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de Holon, le 4 février 2021. (Crédit : Chen Leopold/Flash90)

Facebook a supprimé un groupe privé qui faisait la promotion de théories du complot au sujet des vaccins contre le coronavirus. Ces dernières semaines, le groupe avait vivement recommandé à ses milliers de membres de prendre rendez-vous pour se faire administrer le vaccin, des rendez-vous annulés ensuite à la dernière minute, obligeant les caisses d’assurance-santé à jeter les doses inutilisées, a expliqué la firme dimanche.

Ce groupe en hébreu s’appelait « Non au passeport vert », en référence à un document qui permettrait aux personnes vaccinées de se rendre dans certains lieux publics et d’assister à divers événements ainsi qu’à partir potentiellement à l’étranger sans quatorzaine.

Un grand nombre des 14 000 abonnés avaient utilisé le groupe pour affirmer, sans preuves, que le vaccin était dangereux.

Facebook a indiqué que la communauté avait violé ses règles concernant les infox.

Illustration un homme devant un écran de Facebook au Gamescom à Cologne, en Allemagne, le 20 août 2019. (Crédit : AP Photo/Martin Meissner)

Dans un post rendu public, la semaine dernière, par la Treizième chaîne, un membre du groupe avait écrit que « si tout ceux qui ne prévoient pas de se faire vacciner prennent un rendez-vous mais qu’ils ne se présentent pas, on réussira à envoyer très rapidement les stocks à la poubelle. Je dis ça, je dis rien ».

La suppression du groupe est survenue après la demande présumée du ministère de la Santé auprès des autorités de Facebook d’enlever les posts des anti-vax qui se vantaient de leurs exploits. Le géant des réseaux sociaux a promis, dans le passé, de bannir les anti-vax et les personnes transmettant des infox au sujet de la vaccination de sa plateforme, mais il a été dans l’incapacité de le faire jusqu’à présent.

Vendredi, un responsable du système judiciaire a déclaré devant les caméras de la Douzième chaîne que la police envisageait d’ouvrir une enquête criminelle sur les anti-vax qui ont pu prendre des rendez-vous pour se faire vacciner avec l’intention de les annuler au dernier moment.

Il y a plusieurs dizaines d’activistes anti-vax qui ont mené une campagne sur les réseaux sociaux encourageant d’autres à ne pas se faire immuniser contre la maladie, a constaté la Douzième chaîne.

Yuli Edelstein, le ministre de la Santé, a estimé la semaine dernière que le phénomène était limité mais que ceux qui tentaient de perturber la campagne de vaccination formaient « un groupe dangereux à l’idéologie opposée à la nôtre, avec les caractéristiques d’un culte ».

Une éminente responsable de la plus importante caisse d’assurance-maladie du pays a pour sa part indiqué dimanche que le rythme des vaccinations avait ralenti de manière spectaculaire, et elle a mis en cause les infox postées sur internet qui encouragent au scepticisme.

« Au début de la campagne de vaccination, nous vaccinions entre 100 000 et 120 000 personnes par jour et au cours des derniers jours, nous avons atteint à peine la moitié de ces chiffres », a déploré Kalanit Kaye, qui s’occupe de la campagne au sein de la Clalit, des propos repris par le site Ynet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...