Rechercher

Football: la Bundesliga allemande veut s’attaquer au problème de l’antisémitisme

Alors qu'une enquête montre que 66 % des athlètes juifs allemands sont discriminés sur le terrain, une conférence propose des méthodes et un engagement renouvelé face au problème

  • Les supporters de Dortmund allument des fusées de détresse au début du match de football de la Bundesliga allemande entre le Borussia Dortmund et le RB Leipzig à Dortmund, en Allemagne, le 2 avril 2022. (Crédit : Martin Meissner/AP)
    Les supporters de Dortmund allument des fusées de détresse au début du match de football de la Bundesliga allemande entre le Borussia Dortmund et le RB Leipzig à Dortmund, en Allemagne, le 2 avril 2022. (Crédit : Martin Meissner/AP)
  • Des joueurs allemands du Makkabi lors d'un match à Francfort, le 1er novembre 2009. (Crédit : Thorsten Wagner/Bongarts/Getty Images/JTA)
    Des joueurs allemands du Makkabi lors d'un match à Francfort, le 1er novembre 2009. (Crédit : Thorsten Wagner/Bongarts/Getty Images/JTA)
  • Plus de 100 représentants du football professionnel allemand et des leaders de la communauté juive ont participé à une conférence intitulée "Antisémitisme et football professionnel : Défis, opportunités et réseau" à Dortmund, Allemagne, le 30 mars 2022. (Crédit : Borussia Dortmund GmbH & Co. KGaA/JTA)
    Plus de 100 représentants du football professionnel allemand et des leaders de la communauté juive ont participé à une conférence intitulée "Antisémitisme et football professionnel : Défis, opportunités et réseau" à Dortmund, Allemagne, le 30 mars 2022. (Crédit : Borussia Dortmund GmbH & Co. KGaA/JTA)

BERLIN (JTA) – Lorsque des supporters de football allemands ont déclaré qu’ils « construisaient un train pour Auschwitz » pour leurs adversaires de l’équipe de jeunes juifs du Makkabi Deutschland en 2006, cela avait provoqué des réactions. Depuis lors, la culture des supporters s’est améliorée, selon certains observateurs.

Mais pas assez.

Fin mars, un supporter de 28 ans a fait le salut hitlérien – interdit en Allemagne – lors d’un match entre les équipes nationales d’Allemagne et d’Israël, dans la ville de Sinsheim, dans le sud-ouest de l’Allemagne. La police a ouvert une enquête sur cet incident.

Qu’il s’agisse de chants et d’insultes dans les stades ou de banderoles et d’autocollants à caractère offensif, l’antisémitisme est encore très répandu dans les stades de football européens, où – à l’image de la société en général – une frange de la droite assimile le mot « juif » à un « loser » et où tout ce qui a trait à Israël est diabolisé. Si le problème est plus prononcé dans la Premier League anglaise, où les adversaires (et certains supporters affectueux) de Tottenham Hotspur traitent régulièrement les supporters de l’équipe de « Yids », et où le milliardaire russe Roman Abramovich – qui vend son club de Chelsea en raison de ses liens avec Vladimir Poutine – a lancé une campagne très médiatisée pour combattre l’antisémitisme dans le football, le problème existe aussi dans la Bundesliga allemande, une des plus grandes ligues du monde.

Des experts et des dirigeants juifs se sont réunis début avril à Dortmund pour appeler à faire front commun contre l’antisémitisme dans la culture du football, et par extension dans toute la société.

Lors d’une conférence d’une journée intitulée « Antisémitisme et football professionnel : Défis, opportunités, réseau », organisée par le Conseil central des Juifs d’Allemagne, le Congrès juif mondial et la Deutsche Fußball Liga (DFL), les participants ont étudié les bonnes pratiques – de l’enseignement de l’Histoire à l’augmentation des rencontres avec les Juifs – et ont renouvelé leur engagement à s’attaquer au problème.

« L’antisémitisme était et est plus que jamais un danger ici et maintenant », a déclaré Carsten Cramer, directeur général de la célèbre équipe du Borussia Dortmund, lors de la conférence.

Grâce à la diversité de leurs supporters, les ligues de football « sont dans une position unique pour lancer des discussions qui profitent à la société dans son ensemble », a déclaré Maram Stern, vice-présidente exécutive du Congrès juif mondiale, dans une déclaration précédant l’événement. De nombreux clubs ont déjà lancé de bonnes initiatives, a déclaré Josef Schuster, président du Conseil central, en annonçant la conférence.

Le gardien de but israélien Ofir Marciano, à gauche, fait un arrêt devant l’Allemand Jamal Musiala, au centre, pendant le match amical international de football entre l’Allemagne et Israël à Sinsheim, en Allemagne, le 26 mars 2022. (Crédit : Michael Probst/AP)

L’année dernière, une enquête menée par Makkabi Deutschland – une association regroupant plus de 5 000 athlètes amateurs juifs allemands – a révélé que deux tiers des joueurs de football juifs avaient été victimes d’incidents antisémites sur le terrain. Un joueur de l’équipe Makkabi de Francfort, Noam Petry, a déclaré au site allemand Deutsche Welle qu’il entendait fréquemment des insultes telles que « sale juif de merde » ou « ils auraient dû te gazer », lors de matchs contre des clubs non-juifs. Les arbitres interviennent rarement, a-t-il noté, ajoutant qu’un arbitre a même menacé de jeter un joueur juif hors du terrain pour avoir utilisé le mot « nazi » pour décrire un adversaire qui lui avait lancé une insulte antisémite.

L’antisémitisme existe dans les grandes et petites ligues et à tous les niveaux, des supporters aux entraîneurs, en passant par les responsables de la sécurité et les joueurs, a déclaré Pavel Brunssen, un étudiant diplômé du Frankel Center for Judaic Studies de l’université du Michigan, qui a pris l’avion pour prendre la parole lors de la conférence.

Les supporters peuvent ajouter une étoile de David au symbole de l’autre club pour le « marquer » comme juif, a-t-il déclaré dans un courriel à la Jewish Telegraphic Agency. « Ou l’antisémitisme peut apparaître sous forme d’autocollants ou de graffitis dans les rues, ou sous forme de banderoles, de chants et de comportements violents dans les stades. »

Le problème « était endémique dans le football allemand dans les années 1980 et au début des années 1990 », a-t-il ajouté.

Des joueurs allemands du Makkabi lors d’un match à Francfort, le 1er novembre 2009. (Crédit : Thorsten Wagner/Bongarts/Getty Images/JTA)

À l’époque, il n’était pas rare d’entendre dans les stades allemands des chants tels que « Les Juifs au gaz » ou « Hitler vient vous chercher ! ».

« Aujourd’hui, le problème persiste, mais à un tout autre niveau. De nombreux supporters, joueurs et officiels ont lancé des campagnes au début des années 2000 », a déclaré Brunssen. « Malgré tous les efforts, l’antisémitisme reste un problème. »

Il a un impact sur les fans qui sont reconnaissables comme Juifs ou israéliens, a déclaré Schuster à JTA dans une interview par courriel.

« C’est arrivé par exemple l’année dernière lors d’un match entre Union Berlin et Haïfa. Parfois, les chansons des supporters ont un contenu antisémite. Les arbitres israéliens sont parfois insultés. Et récemment, lors d’un match national germano-israélien, il y a même eu des commentaires antisémites sur… Twitter et Instagram », a-t-il déclaré. « Bien que les associations de la ligue allemande aient fait des efforts pour combattre l’antisémitisme et le racisme, les incidents continuent d’arriver. »

« Puisque l’antisémitisme est en hausse dans la société dans son ensemble, il s’ensuit malheureusement qu’il surgit plus fréquemment dans les stades de football », a-t-il ajouté.

Des représentants des clubs de football de la Bundesliga et de la Bundesliga 2, des organisations et communautés juives et d’autres experts ont participé à la conférence. Parmi les intervenants figuraient Schuster, Felix Klein, commissaire allemand pour la vie juive en Allemagne et la lutte contre l’antisémitisme, et Mahmut Özdemir, secrétaire d’État parlementaire au ministère fédéral de l’intérieur.

Plus de 100 représentants du football professionnel allemand et des leaders de la communauté juive ont participé à une conférence intitulée « Antisémitisme et football professionnel : Défis, opportunités et réseau » à Dortmund, Allemagne, le 30 mars 2022. (Crédit : Borussia Dortmund GmbH & Co. KGaA/JTA)

De nombreux clubs de football allemands ont lancé des programmes sur l’histoire de la Shoah, en emmenant des groupes de supporters en voyage éducatif au mémorial d’Auschwitz en Pologne, par exemple, ou en rencontrant des survivants de la Shoah.

C’est important, mais les équipes peuvent faire plus, a déclaré Daniel Lörcher, responsable de la section « responsabilité d’entreprise »  du Borussia Dortmund. En septembre dernier, il a organisé une conférence sur l’antisémitisme dans le football intitulée Changing the Chants in Oswiecim, en Pologne, lieu de l’ancien camp de concentration, et il a également co-organisé l’événement à Dortmund.

Le programme éducatif du club a commencé en 2008, et ils ont fait leur premier voyage à Auschwitz en 2011.

« Mais quand on parlait au Borussia d’un incident [chez lui], il se contentait de dire : « Nous sommes ouverts à tout le monde ». Nous n’avons jamais identifié le problème », a déclaré Lörcher.

Cela a commencé à changer à partir de 2013, a expliqué Lörcher. Et en 2015, après que des supporters ont été entendus en train de chanter une chanson antisémite sur le chemin de la finale de la saison, « Nous en avons parlé publiquement et avons demandé aux supporters de se rendre à la police », a-t-il dit. « Cela nous a grandement aidés à créer une position claire et forte ».

Après l’incident de Sinsheim fin mars, un supporter a informé un agent du stade qui a signalé le salut hitlérien aux autorités. La Fédération allemande de football (DFB) a salué l’action du dénonciateur, la qualifiant « d’exemplaire », et a exhorté les autres supporters à en faire de même. Elle a également mis un numéro d’assistance téléphonique à la disposition des supporters.

Le Borussia Dortmund cherche à créer une « force positive dans le stade, en créant une atmosphère où le public se sent le bienvenu. [On peut même acheter un foulard contre l’antisémitisme dans notre boutique », a déclaré Lörcher : « Les recettes sont consacrées à notre travail sur l’antisémitisme ».

L’échange avec les communautés juives est essentiel, a-t-il ajouté.

« Lorsque j’ai commencé ce programme, je ne connaissais pas une seule personne juive, et maintenant j’ai des amis juifs dans le monde entier », a déclaré Lörcher. « Écouter les perspectives juives et en apprendre davantage des personnes qui sont directement touchées par l’antisémitisme est vraiment important. »

En fait, de nombreux Allemands non-juifs hésitent encore à franchir ce pas, et pas seulement dans le sport. C’est pourquoi le programme « Meet a Jew » du Conseil central est si populaire : il offre aux non-Juifs, dans divers domaines, la possibilité de rencontrer des pairs juifs et de leur demander « tout ce qu’ils ont toujours voulu savoir » – sans aucune restriction.

Le président du Conseil central, M. Schuster, a déclaré au JTA que ce programme s’adressait désormais au monde du football.

« Nous voulons nous pencher sur quelques-unes de leurs insécurités en matière de contact », a déclaré M. Schuster. « C’est fantastique que nous entreprenions cette coopération avec la DFL, l’un des principaux clubs de football au monde. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...