Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

France : les correcteurs du bac reçoivent des directives pour prévenir des propos antisémites et pro-jihadistes

"Consigne de l’inspection générale d’histoire-géographie aux correcteurs : faire remonter les propos antisémites, racistes et djihadistes trouvés dans les copies."

Des lycéens de Jérusalem pendant leurs examens finaux de mathématiques. Illustration. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Des lycéens de Jérusalem pendant leurs examens finaux de mathématiques. Illustration. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Dans un tweet datant du 22 mai dernier, la SNES-FSU, syndicat national des enseignements de second degré, indiquait avoir reçu des consignes précises de l’inspection générale d’histoire-géographie.

« Consigne de l’inspection générale d’histoire-géographie aux correcteurs : faire remonter les propos antisémites, racistes et djihadistes trouvés dans les copies. »

Ce premier tweet était suivi d’un autre déclarant que « les enseignants sont des fonctionnaires responsables et compétents qui n’ont pas besoin d’appel à la délation pour accomplir leur travail. »

Sur fond de polémique concernant les problématiques sécuritaires de la France, les sujets d’histoire-géographie abordés ont parfois surpris.

Les étudiants du Bac S ont pu disserter sur « Le Proche et Moyen Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale », les étudiants du Bac ES et L se sont vus proposer un sujet concernant « L’historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France », ou « Médias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l’Affaire Dreyfus », entres autres sujets.

Après la diffusion des sujets, l’historien Benoït Falaize déclarait que « Tous les sujets sensibles – nos sujets de société – se sont rencontrés cette année ».

Contacté par Le Monde, le ministère de l’Éducation aurait répondu que les inspecteurs pédagogiques auraient « peut-être péché par excès de zèle, faisant preuve de maladresse dans leurs conseils ».

« L’inquiétude sociale vis-à-vis des phénomènes de radicalisation de certains jeunes se reporte, comme d’habitude, sur les enseignants », a souligné Amélie Hart-Hutasse, coresponsable du groupe histoire-géographie au SNES-FSU.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.