Fureur politique après le comportement du député arabe sur le mont du Temple
Rechercher

Fureur politique après le comportement du député arabe sur le mont du Temple

La Liste arabe unie soutient Jamal Zahalka, affirmant que les Palestiniens sont prêts à défendre al-Aqsa "même si nous saignons pour elle"

Le député Jamal Zahalka sorti de la Knesset après avoir sifflé de manière répété pendant un discours du Premier ministre, Benjamin Netanyahu, le jeudi 14 mai 2015 (Crédit : Porte-parole de la Knesset)
Le député Jamal Zahalka sorti de la Knesset après avoir sifflé de manière répété pendant un discours du Premier ministre, Benjamin Netanyahu, le jeudi 14 mai 2015 (Crédit : Porte-parole de la Knesset)

La vidéo d’un député arabe israélien prenant à partie mardi les visiteurs juifs au mont du Temple, a indigné des élus juifs, qui ont exigé qu’une action officielle soit prise contre le président du parti Balad et membre de la Liste arabe unie Jamal Zahalka en raison de son emportement.
 
Au milieu d’une nouvelle vague d’affrontements entre les forces de sécurité israéliennes et les Palestiniens, Zahalka s’est rendu mardi matin au mont du Temple à Jérusalem pour s’affronter aux visiteurs juifs sur le site, qui est vénéré par les Musulmans et par les Juifs.

Quelques heures après l’incident dans lequel Zahalka a été vu en criant « Ce n’est pas à vous, sortez d’ici, rentrez chez vous, vous n’êtes pas les bienvenus » aux visiteurs juifs, des politiciens israéliens indignés ont accusé le député d’ajouter de l’huile sur le feu, et ont exhorté les autorités de l’expulser ou de le poursuivre.

La ministre de la Culture et des Sports, Miri Regev (Likud) a appelé le président de la Liste arabe unie Ayman Odeh à exclure Zahalka et deux de ses collègues de la formation, qui est une alliance politique forgée avant les élections générales de mars dernier entre les quatre partis dominés par les Arabes d’Israël.

Regev a affirmé que Zahalka et les deux autres députés de Balad « n’ont pas leur place dans la Knesset israélienne, » « ne servent pas le public qui les a élus » et « causent des dommages. »

Des Palestiniens manifestent sur le mont du Temple après des affrontements entre les lanceurs de pierres palestiniens et les forces de l'ordre israéliennes sur le site le 27 septembre 2015 (Crédit photo: Ahmad Gharabli / AFP)
Des Palestiniens manifestent sur le mont du Temple après des affrontements entre les lanceurs de pierres palestiniens et les forces de l’ordre israéliennes sur le site le 27 septembre 2015 (Crédit photo: Ahmad Gharabli / AFP)

Le député Avigdor Liberman a appelé le procureur général Yehuda Weinstein à inculper Zahalka pour incitation à la violence.

Le ministre de l’Agriculture Uri Ariel (HaBayit HaYehudi), un partisan de la prière juive sur le mont du Temple, a appelé le Premier ministre et le ministre de la Sécurité intérieure, à interdire l’entrée des députés arabes sur le complexe pour cause d’incitation.

La députée Anat Berko du Likud a appelé le Commmission d’éthique de la Knesset d’ouvrir une enquête sur Zahalka pour ses propos.

Zahalka a publié un communiqué en réponse disant qu’il était conscient que ses actions « rendraient furieux les racistes, » ce qui l’encourage à poursuivre dans sa campagne.

« [La mosquée] Al-Aqsa est en territoire occupé, et résister à cette occupation est à la fois un droit et une obligation morale, » a-t-il déclaré dans un communiqué mardi. «Défendre sa sainteté est également un droit et une obligation morale, » a-t-il ajouté.

« Nous allons manifester – je l’ai dit à plusieurs reprises au gouvernement israélien – nous allons protéger al-Aqsa, même si nous saignons pour cela », écrit-il.

Zahalka a déclaré qu’il avait l’intention de déposer une plainte à la police pour les centaines de messages de menaces violentes qu’il a reçus depuis l’incident de mardi matin.

Le chef de file de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, dirige la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire à la Knesset, à Jérusalem, le 22 juin 2015. (Yonatan Sindel / Flash90)
Le chef de file de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, dirige la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire à la Knesset, à Jérusalem, le 22 juin 2015. (Yonatan Sindel / Flash90)

Odeh a publié un communiqué soutenant fermement son collègue député arabe, et a déclaré que les propos de Zahalka reflètaient la position de la Liste arabe unie sur la question du mont du Temple.

« La mosquée al-Aqsa appartient aux Musulmans, et la seule façon de la défendre est de continuer notre lutte pour la fin de l’occupation et l’établissement d’un Etat palestinien dans les frontières de 1967 dont la capitale est à Jérusalem-Est», a écrit Odeh.

« C’est le gouvernement d’Israël qui viole le statu quo, qui continue à agir au service des colons dans ce qui ressemble à une tentative consciente d’inciter et d’enflammer toute la région dans une guerre religieuse », a-t-il ajouté.

Dans le même temps, la députée de la Liste arabe unie Hanin Zoabi a déclaré dans une interview à la radio que la résistance palestinienne aux visites juifs au mont du Temple ne diminuerait pas dans un proche avenir, et a comparé la politique israélienne à celle de l’Allemagne nazie.

« Il est odieux de comparer la demande musulmane de protéger le droit de prier à leur site au régime nazi, » a affirmé Zoabi dans une interview conjointe avec le député du Likud Zeev Elkin sur la radio de l’armée.

« Tout le monde sait qui est le plus proche au régime nazi – la députée Hanin Zoabi ou l’Etat d’Israël et le ministre Elkin, » a-t-elle accusé. « Tant qu’il y est une invasion – et ceci est une invasion et non un droit – de colons extrémistes, et de la police, il y aura une résistance », a déclaré Zoabi.

En réaction, Elkin a fustigé les remarques de Zoabi, disant que son idéologie n’était pas différente de la doctrine nazie definissant des zones interdites aux Juifs, qui, selon lui est devenue de plus en plus monnaie courante. « Si, à Dieu ne plaise, quand des Juifs visitent le mont du Temple, cela provoque une émeute, [et] si la police monte pour rétablir l’ordre, alors ce sont eux les coupables, » a-t-il dit.

Il y a quelques jours, la police avait accusé Zoabi d’enflammer les tensions sur le site en tenant des propos trompeurs sur la mosquée al-Aqsa.

Selon la police, Zoabi avait faussement prétendu que la mosquée serait fermée aux Musulmans dimanche et l’avait qualifié de « déclaration de guerre. »

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...