Gabriel Barshi s’est vu remettre son diplôme de doctorat à … 89 ans
Rechercher

Gabriel Barshi s’est vu remettre son diplôme de doctorat à … 89 ans

L’homme, qui a servi durant 40 ans dans la brigade Golani, unité d’élite de l’armée israélienne, est devenu ce lundi le doctorant le plus âgé du pays

Le doctorant Gabriel Barshi, 89 ans, avec ses proches, lors de la cérémonie de remise des diplômes de l’université de Haïfa. (Crédit photo : capture d’écran Ynet / Porte-parole de l'université de Haïfa)
Le doctorant Gabriel Barshi, 89 ans, avec ses proches, lors de la cérémonie de remise des diplômes de l’université de Haïfa. (Crédit photo : capture d’écran Ynet / Porte-parole de l'université de Haïfa)

Ce 27 mai, le doctorant Gabriel Barshi s’est vu remettre son diplôme de fin d’études en compagnie de 180 autres étudiants de l’université de Haïfa – 111 femmes et 69 hommes –, a rapporté le site du quotidien israélien Yediot Aharonot.

Si l’homme s’est démarqué par sa bonne humeur, il détonnait également par son âge : 89 ans ! Il est ainsi devenu le doctorant le plus âgé de l’université, mais aussi du pays. Le sujet de sa thèse : « Un challenge : nouvelle méditation sur l’individualité des psaumes », dans la discipline de l’exégèse moderne.

« Au fil des années, j’avais recueilli énormément de matériel de recherche sur ce sujet. Lorsque je me suis adressé à un professeur d’université pour voir avec lui ce qu’on pouvait en faire, il m’a proposé de passer ma thèse », rapporte-t-il.

Accompagné de ses proches, le Dr. Barshi a été vivement sollicité par les journalistes et les caméras lors de la cérémonie.

Né en 1930, Gabriel Barshi a grandi à Tel Aviv. Il réside à Pardes Hanna-Karkur et a servi durant 40 ans dans la brigade Golani, unité d’élite de l’armée israélienne. Il a quitté ses fonctions avec le garde de colonel.

Dans le cadre de ses recherches de doctorat, il a appris l’allemand et l’akkadien. Père de trois enfants et grand-père de trois petits-enfants, il affirme être passionné de sport, de photo et de culture.

Signe de son âge, il explique : « Lorsque nous avons présenté notre thèse à la classe, tous les étudiants ont recouru aux méthodes modernes [d’informatique, notamment], mais moi j’ai déclaré que je venais d’une époque différente et que je me bornerais à lire ma thèse, ce qui a arraché un large sourire à mes condisciples. »

Suite à sa thèse, il s’est vu proposer une fonction de post-doctorat – qu’il a refusée, préférant s’atteler à l’écriture d’un livre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...