Gantz au sujet du procès de Netanyahu : personne n’est au-dessus de la loi
Rechercher

Gantz au sujet du procès de Netanyahu : personne n’est au-dessus de la loi

Le ministre de la Défense et de la Justice par intérim qualifie la comparution du Premier ministre de "dure et triste" journée ; Saar exhorte les politiciens à ne pas s'en mêler

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et ses avocats discutent dans la salle d'audience du tribunal de district de Jérusalem pour son procès pour corruption, le 8 février 2021. (Reuven Castro/Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et ses avocats discutent dans la salle d'audience du tribunal de district de Jérusalem pour son procès pour corruption, le 8 février 2021. (Reuven Castro/Pool)

Alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu comparaissait lundi au tribunal pour une audience dans son procès pour corruption, le ministre de la Défense Benny Gantz, qui est également ministre de la Justice par intérim, a déclaré que même si c’était un « jour dur et triste » pour le pays, cela montrait bien que personne n’est au-dessus de la loi.

Netanyahu a formellement nié les accusations portées contre lui dans trois affaires impliquant des accusations de corruption, d’escroquerie et d’abus de confiance.

« C’est un jour difficile et triste pour Israël et chaque citoyen se sent étouffé par cette situation, mais c’est aussi un jour important où chacun comprend que personne n’est au-dessus de la loi », a déclaré M. Gantz dans un message vidéo posté sur les médias sociaux.

« Nous sommes tous égaux devant la loi, y compris vous, Monsieur le Premier ministre », a déclaré Gantz, qui dirige le parti Kakhol lavan qui a formé avec le Likud de Netanyahu le gouvernement d’union finalement voué à l’échec.

Benny Gantz : « Une société fragmentée dont les membres se sentent aliénés et marginalisés est une société prête à s’attaquer à ceux qu’elle tient pour responsables de ses problèmes ». (Gili Yaari/Flash90)

« Pendant de longs mois, le système judiciaire a fait l’objet d’attaques sans précédent », a-t-il déclaré, faisant référence aux accusations de Netanyahu et de ses partisans selon lesquelles les poursuites engagées contre le Premier ministre sont infondées et constituent une tentative politiquement motivée de le chasser de son poste.

« C’est une menace pour la démocratie israélienne », a déclaré M. Gantz.

Gideon Saar, un ancien député du Likud qui est parti en décembre pour créer son propre parti « Tikva Hadasha » afin de défier directement Netanyahu lors des prochaines élections de mars, a demandé que la politique reste en dehors du procès.

« C’est un jour difficile pour nous tous et un jour difficile pour Israël », a déclaré M. Saar, s’adressant aux journalistes lors d’une tournée de campagne dans la ville de Raanana. « C’est une affaire dont les politiciens de tous bords ne devraient pas se mêler ».

Gideon Saar, chef du parti politique Tikva Hadasha, vu lors d’une tournée de campagne électorale à Raanana, le 8 février 2021. (Flash90)

« La procédure judiciaire doit pouvoir se dérouler sans aucune sorte de pression politique », a déclaré Saar qui, en quittant le Likud, a accusé Netanyahu d’utiliser le parti selon ses besoins personnels, notamment en ce qui concerne les poursuites pénales engagées contre lui.

Le chef de l’opposition, le député Yair Lapid du parti Yesh Atid, a déploré une fois encore que le gouvernement ne fonctionnait pas et qu’il était « occupé par les procédures judiciaires », entre autres fautes, dans un long message de campagne publié sur son compte Facebook.

Le Mouvement pour un gouvernement de qualité en Israël, un groupe de pression populaire indépendant qui soutient les manifestations hebdomadaires demandant à Netanyahu de démissionner, a déclaré que le procès était « une lumière au bout du tunnel ».

« L’État de droit tient bon et est la preuve de la force du pays », a écrit le groupe dans un communiqué. « Grâce aux milliers de personnes qui refusent d’accepter une réalité dans laquelle le Premier ministre se préoccupe d’échapper à la justice au lieu de diriger le pays, les feux de l’actualité continuent à être braqués sur le procès de Netanyahu ».

Des manifestants anti-Netanyahu devant le tribunal de district de Jérusalem, alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu arrive pour son procès au tribunal de district, le 08 février 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Moins de deux heures après avoir quitté la salle d’audience, Netanyahu a mis en ligne une photo de sa rencontre avec le ministre de la Santé, Yuli Edelstein. Il n’a fait aucune mention du procès, ni dans les heures précédant la séance du tribunal ni après.

Des membres du parti Likud de Netanyahu s’étaient préparés pour l’accompagner au tribunal, mais Netanyahu leur aurait dit de ne pas venir à l’audience, en raison de la recrudescence des infections à la COVID-19.

Cependant, certains membres du Likud ont manifesté leur soutien en ligne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...