Rechercher

Gantz lance la procédure pour nommer le nouveau chef de Tsahal et choisit 3 généraux

Eyal Zamir, Herzi Halevi et Yoel Strick ont été retenus ; le ministre de la Défense souhaite choisir le successeur d'Aviv Kohavi avant l’effondrement probable du gouvernement

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

(De gauche à droite) Les généraux de division Eyal Zamir, Herzi Halevi et Yoel Strick sont vus sur des photos officielles non datées. (Crédit : Tsahal)
(De gauche à droite) Les généraux de division Eyal Zamir, Herzi Halevi et Yoel Strick sont vus sur des photos officielles non datées. (Crédit : Tsahal)

Lançant la procédure plus tôt que prévu, le ministre de la Défense Benny Gantz a informé lundi trois généraux israéliens supérieurs qu’ils avaient été retenus comme candidats pour succéder au poste de commandant des forces de l’armée israélienne.

Le mandat de l’actuel chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Aviv Kohavi, devrait se terminer en janvier 2023. Le poste est confié pour une durée de trois ans, mais peut être prolongé d’un an, ou en de rares occasions, de deux ans. La plupart des chefs d’état-major servent pendant quatre ans.

Kohavi a été nommé chef de Tsahal en octobre 2018, trois mois avant son entrée en fonction. Avant lui, Gadi Eizenkot avait été désigné comme le prochain chef en novembre 2015, également trois mois avant d’entrer en fonction.

Les généraux qui ont été nommés sont Eyal Zamir, un ancien chef d’état-major adjoint de Tsahal qui travaille actuellement comme chercheur dans un think tank à Washington ; Herzi Halevi, l’actuel chef d’état-major adjoint ; et Yoel Strick, un ancien commandant des forces terrestres de l’armée, qui travaille lui aussi comme chercheur dans un autre think tank à Washington.

Le bureau de Gantz a déclaré qu’il s’entretiendrait avec les trois généraux au cours des prochaines semaines afin de « vérifier leur volonté de se présenter, et d’entendre leur point de vue sur leur vision de Tsahal dans les années à venir et du rôle de chef d’état-major ».

Il semblerait que cette annonce faite plus tôt que d’habitude soit liée à l’instabilité manifeste du gouvernement israélien, qui a perdu lundi un autre membre de la coalition. Selon la chaîne publique Kan, Gantz devrait nommer un successeur à Kohavi dans les trois semaines, s’assurant ainsi qu’en cas d’effondrement du gouvernement, il aurait déjà sécurisé le poste de prochain chef militaire.

Le chef d’État-major Aviv Kohavi, à gauche, et le ministre de la Défense Benny Gantz, à droite. (Crédit : Ariel Hermoni/ministre de la Défense)

Selon le bureau de Gantz, le ministre de la Défense a informé le Premier ministre Naftali Bennett de cette décision et a tenu une réunion avec Kohavi « dans le but de coordonner la procédure. »

Selon la loi, les candidats au poste de chef d’état-major, ainsi qu’à d’autres postes de haut niveau tels que ceux de commissaire de police et de gouverneur de la Banque d’Israël, doivent être examinés par la commission consultative de nomination des hauts fonctionnaires. Après cela, un candidat est confirmé par un vote du cabinet.

Selon les rumeurs, Zamir serait un candidat de seconde zone, tandis que Halevi est considéré comme le favori. Halevi et Kohavi ont commencé leur carrière militaire dans la même unité de parachutistes, et ont ensuite tous deux été chefs de la direction du renseignement militaire de Tsahal.

Avant d’occuper le poste de chef d’état-major adjoint, Halevi, 54 ans, était le commandant du Commandement du Sud de Tsahal, supervisant plusieurs rounds de combats entre Israël et les terroristes de la bande de Gaza en 2018 et 2019.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...