Rechercher

Orbach quitte la coalition mais ne votera pas pour la dissolution de Knesset

Selon le député, qui juge la coalition prise en otage par Ghanayem et Zoabi, de nouvelles élections ne contribueraient pas à la stabilité politique

Le député Nir Orbach réagit lors d'une session plénière dans la salle de réunion du parlement israélien sur la loi sur l'électricité reliant les villes arabes et bédouines,  à Jérusalem, le 5 janvier 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
Le député Nir Orbach réagit lors d'une session plénière dans la salle de réunion du parlement israélien sur la loi sur l'électricité reliant les villes arabes et bédouines, à Jérusalem, le 5 janvier 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Le député de Yamina Nir Orbach a annoncé lundi qu’il avait dit au Premier ministre Naftali Bennett qu’il quittait la coalition, mettant en difficulté les membres du gouvernement de Bennett qui se retrouvent en minorité à la Knesset, avec seulement 59 sièges.

Il a affirmé que la coalition n’a pas tenu ses promesses, rejetant la faute sur les membres de gauche et arabes de la Knesset, à savoir Mazen Ghanayem, député Raam et Ghaida Rinawie Zoabi du Meretz.

« Des acteurs extrémistes et antisionistes comme les députés Ghanayem et Zoabi ont entraîné la coalition dans des directions problématiques. Ils l’ont tenue en otage depuis le début », a-t-il dit.

« J’ai dit au Premier ministre ce matin qu’au regard de la situation actuelle, je ne ferai plus partie de la coalition », a-t-il spécifié dans un message envoyé par son bureau.

Si Orbach, un allié de longue date de Bennett, a déclaré que la coalition avait échoué dans sa mission principale, qui était de « remonter le moral [des Israéliens] », il a précisé qu’il ne voterait pas la semaine prochaine pour dissoudre la Knesset et organiser des élections anticipées, disant qu’il ne pense pas qu’un autre cycle électoral contribuera à la stabilité politique.

Au lieu de cela, il a promis d’œuvrer à la formation d’une coalition alternative avec un « esprit patriotique » au sein du Parlement actuel – un défi de taille étant donné que la Knesset semble toujours contenir une majorité de députés qui refusent de rejoindre une coalition avec le président de l’opposition Benjamin Netanyahu.

Peu après qu’Orbach a annoncé qu’il quittait la coalition, Bennett a reconnu à la Knesset que le gouvernement pourrait s’effondrer dans « une semaine ou deux », à moins que les députés déserteurs ne reviennent au gouvernement.

« S’ils ne le font pas, « alors nous ne pouvons pas [continuer] », a-t-il dit.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett s’adresse à la Knesset le 13 juin 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)

« Les uns après les autres, ils abandonnent un navire en plein naufrage », a rétorqué le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu. « Votre gouvernement d’extorsion et de protection est en train de s’effondrer. »

Orbach était considéré comme l’un des maillons les plus faibles de la coalition depuis un mois, mais cette perception s’est intensifiée la semaine dernière lorsque le bloc au pouvoir n’a pas réussi à adopter une loi étendant les dispositions légales israéliennes aux Israéliens vivant en Cisjordanie.

En quittant la coalition, Orbach devient le troisième député Yamina à déserter Bennett, qui se retrouve avec seulement quatre membres du parti dans la coalition. Chikli est parti avant même que le gouvernement n’ait prêté serment, en raison de l’inclusion de partis de gauche. Silman, qui était présidente de la coalition, l’a quittée en avril, affirmant qu’elle érodait le caractère juif de l’État. Si Chikli a régulièrement voté contre la coalition depuis, Silman a toutefois été plus prudente, dans un effort apparent pour éviter d’être désignée comme une transfuge et d’être frappé de sanctions. La déclaration d’Orbach a laissé entendre qu’il suivra la voie de sa consœur. Mais contrairement à Silman, il a informé Bennett de sa décision à l’avance.

L’ancienne cheffe de la coalition et députée Yamina Idit Silman parle avec le président de faction du Likud député Yariv Levin lors de l’audience de la commission de la Chambre de la Knesset sur la demande de Yamina de déclarer député Amichai Chikli comme « transfuge » du parti, le 25 avril 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

« Après une semaine de réunions avec le Premier ministre et d’autres personnes, je suis arrivé à la conclusion que la coalition ne peut pas continuer à fonctionner comme elle le fait actuellement », a-t-il dit.

« Il y a environ un an, mes amis et moi pensions qu’il était possible et nécessaire de sortir Israël du [cycle des élections]. Nous avons formé une coalition basée sur des lignes directrices très claires », a-t-il poursuivi. « Malheureusement, la coalition ne remplit pas aujourd’hui sa mission.

Étant donné que le gouvernement n’a pratiquement pas détenu de majorité à la Knesset depuis sa création, des informations ont régulièrement fait surface selon lesquelles des membres étaient en contact avec certains députés du parti d’opposition majoritairement arabe, la Liste arabe unie, afin d’obtenir leur soutien pour éviter que le gouvernement ne tombe. Orbach a déclaré lundi qu’il ne permettrait pas au gouvernement de dépendre de la Liste arabe unie pour sa survie, mais a reconnu que « nous sommes au bord d’une pente glissante qui pourrait nous y conduire ».

Raam a été légitimé en tant que partenaire de coalition par les membres du gouvernement en raison de sa volonté de se concentrer presque exclusivement sur les questions civiles affectant les Arabes israéliens, mais la Liste arabe unie continue de placer la question palestinienne en tête de son agenda et adopte des positions plus radicales sur les questions diplomatiques, ce qui a fait de ses membres des persona non grata pour de nombreux partis de la Knesset.

Malgré ses divergences avec la coalition, Orbach a expliqué pourquoi il ne voterait pas la dispersion de la Knesset, du moins pas dans les prochains jours. « Je ne pense pas qu’aller aux urnes soit l’alternative privilégiée. Les tours d’élections ne servent pas la stabilité nécessaire à un gouvernement dans ce pays. »

La coalition a été à l’agonie à plusieurs reprises au cours des derniers mois, étant donné le taux alarmant de démissions de ses membres. Mais jusqu’à présent, à chaque fois, Bennett et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid ont réussi à stopper l’hémorragie et à poursuivre leur route. Le mois dernier, Rinawie Zoabi, membre du Meretz, a annoncé qu’elle quittait la coalition – la laissant temporairement avec 59 députés – avant de revenir sur sa décision quelques jours plus tard, à la suite d’intenses discussions avec Lapid, Mansour Abbas, président de Raam, et d’autres. Cependant, cette épreuve a révélé un autre point faible de la coalition, qui a été mis en évidence la semaine dernière lorsque la députée rebelle du Meretz a refusé de voter pour le projet de loi étendant les dispositions légales aux Israéliens en Cisjordanie.

Ghanayem de Raam et Rinawie Zoabi ont tous deux juré de voter à nouveau contre cette loi si elle devait faire l’objet d’un nouveau vote, ce qui a peut-être conduit Orbach à prendre la décision de démissionner. Toutefois, son bureau a précisé qu’il voterait toujours en faveur du projet de loi par « responsabilité nationale ».

Le député de Yesh Atid, Boaz Toporovsky, a cherché à minimiser l’éventualité d’élections anticipées, déclarant à la radio de l’armée, après l’annonce d’Orbach, que le gouvernement pouvait toujours fonctionner sans majorité à la Knesset.

« Si nous voyons que nous ne sommes là que pour gouverner [et non pour voter des lois], nous ferons ce qu’il faut », a déclaré Toporovsky, l’actuel chef de la coalition. Il a fait valoir que l’alternative – un gouvernement dirigé par Netanyahu, qui fait l’objet d’une mise en examen – est bien pire.

La décision d’Orbach a relancé le débat sur la question de savoir qui serait le Premier ministre intérimaire en cas d’élections et jusqu’à la formation du prochain gouvernement. Selon l’accord de coalition, Bennett est autorisé à rester Premier ministre si un membre du bloc dirigé par Lapid, composé de Yesh Atid, Kakhol lavan, le Parti travailliste, Meretz et Raam, donne à l’opposition la voix décisive pour faire tomber le gouvernement, tandis que Lapid prendrait le poste de Premier ministre si cette voix venait du bloc de Bennett, Yamina et Tikva Hadasha. Si le gouvernement parvient à survivre, l’accord de coalition permettra à Lapid d’occuper le siège de Premier ministre en août 2023, bien que peu d’analystes prévoient que le bloc survivra à l’adoption du budget en mars prochain, et encore moins à cinq mois supplémentaires.

Le Premier ministre Naftali Bennett, au centre, et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, à gauche, lors de la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 12 juin 2022. (Crédit: Maya Alleruzzo / POOL / AFP)

Interrogé, peu avant qu’Orbach n’annonce sa décision, sur sa crainte que Bennett ne cherche à l’empêcher d’occuper le poste de Premier ministre, Lapid s’est montré insensible. « Je n’ai pas peur que Bennett m’empêche d’occuper le poste de Premier ministre. Je le connais et nous avons une trop bonne relation basée sur la confiance pour que j’écoute tous les ragots », a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une réunion de faction de son parti Yesh Atid.

Pour sa part, Bennett, après ce dernier coup dur, a insisté sur le fait qu’il continuerait à se battre pour maintenir le gouvernement à flot.

« Nous nous battons pour ce gouvernement – c’est la vérité. Ce gouvernement est excellent [même s’il] s’appuie sur une coalition compliquée », a-t-il déclaré dans des remarques à la Knesset.

Il a toutefois admis qu’il ne restait peut-être qu’une semaine ou deux avant que la coalition ne s’effondre, à moins que des députés renégats ne reviennent au gouvernement et ne ramènent l’alliance à la majorité.

« Certains membres de la coalition n’ont toujours pas compris l’importance du moment », a-t-il déclaré. « J’appelle les membres de la coalition qui sont déterminés à voter contre le gouvernement – nous avons une semaine ou deux pour mettre les choses au clair, et ensuite nous pourrons continuer longtemps. Si ce n’est pas le cas – alors nous ne pouvons pas [continuer] ».

Il a ensuite fustigé l’opposition pour avoir rendu son gouvernement impuissant. « Au cours de toutes les années de la Knesset, il n’y a pas eu d’opposition aussi indigne, aussi déterminée à appliquer le principe de la terre brûlée que vous ».

Le principal député du Likud, Yariv Levin, a déclaré dans un communiqué qu’il fallait mettre fin au « scandale » que constitue le gouvernement actuel.

« Imaginez [la réaction des gens] si Benjamin Netanyahu et le Likud s’étaient accrochés aussi fermement » au pouvoir que Bennett et les autres membres du gouvernement le font maintenant, a-t-il dit.

« Il est temps pour tous les partenaires de la coalition de desserrer leur étreinte sur la gorge du pays. Il est nécessaire et possible de former immédiatement un gouvernement de droite – ou de rendre le mandat à l’électorat » en convoquant de nouvelles élections.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...