Gardien nazi ou juif persécuté : un rabbin porte plainte contre le jeu vidéo
Rechercher

Gardien nazi ou juif persécuté : un rabbin porte plainte contre le jeu vidéo

Les trailers sur YouTube ont suscité tellement de réactions que les créateurs ukrainiens ont suspendu son lancement. Un rabbin a déposé une plainte

Capture d'écran du "Cost of freedom" dans lequel le joueur peut incarner un Nazi ou un  prisonnier juif (Crédit: AliensGame)
Capture d'écran du "Cost of freedom" dans lequel le joueur peut incarner un Nazi ou un prisonnier juif (Crédit: AliensGame)

Les vidéos de lancement du jeu vidéo « Cost of freedom » ont suscité tant de réactions négatives que le développeur ukrainien a suspendu sa production et évoqué une version ultérieure « moins offensante, » affirme le site du tabloïd anglais The Sun.

Et pour cause, le trailer du jeu s’ouvre sur la descente d’un wagon à bestiaux de Juifs en pyjama rayé, tête baissée et leur entrée dans un camp.

Là, le joueur peut choisir d’incarner un juif ou un gardien nazi. S’il fait ce dernier choisi, il pourra sélectionner des prisonniers et au choix « les mettre à genoux » leur faire « manger de l’herbe » les envoyer « dans une fosse mortuaire » ou à la « désinfection »…

S’il choisit d’incarner « un prisonnier, » le joueur devra organiser la fuite de ses co-détenus au camp de concentration.

Le jeu qui fait référence au « camp de la mort polonais » fait l’objet d’une enquête des autorités polonaises.

Le grand rabbin de Moscou, Pinchas Goldschmidt a porté plainte via le Centre de la mémoire nationale de Varsovie, selon le journal israélien Mako. La procédure est en cours.

« Quelque 700 rabbins sont venus cette semaine à la Conférence des rabbins européens, dirigée par le rabbin Goldschmidt, pour tenter de combattre les jeux antisémites avec le gouvernement israélien, » rapporte Mako: « J’ai eu l’impression que le monde oublie le passé », y a expliqué le rabbin de Moscou.

« Le monde veut oublier ce qui s’est passé et cela devient un jeu, la mémoire s’estompe. »

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...