Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Gardiens des murs : la stratégie de communication de l’armée ne fait pas l’unanimité

À l'aide de faux comptes et de comptes déjà existants, Tsahal a cherché à stimuler la positivité du public à l'égard de l'Opération Gardien des murs à Gaza sur les réseaux sociaux

Illustration : Un soldat du Directorat des Renseignements militaires de Tsahal travaillant sur un ordinateur. (Crédit : Armée israélienne)
Illustration : Un soldat du Directorat des Renseignements militaires de Tsahal travaillant sur un ordinateur. (Crédit : Armée israélienne)

Tsahal a admis qu’elle s’était livrée à une « guerre psychologique » lors de son opération militaire de 2021 à Gaza en utilisant de faux comptes de réseaux sociaux pour tenter de sensibiliser le public à ses succès opérationnels dans la Bande de Gaza.

L’unité du porte-parole de l’armée israélienne, qui est l’organe médiatique de l’armée chargé de coordonner les campagnes médiatiques nationales et internationales, a ouvert et géré une série de faux comptes sur les réseaux sociaux au cours des premiers jours de l’Opération Gardien des murs de l’armée israélienne, selon un article publié mercredi dans le journal Haaretz.

Les faux comptes auraient été conçus pour favoriser une plus grande positivité parmi les Israéliens à l’égard des actions de Tsahal dans la Bande de Gaza, en réponse à un manque perçu d’enthousiasme de la part du public pour les réalisations opérationnelles de l’armée.

Par exemple, un faux compte au nom de Moshe Vaknin a été ouvert le 12 mai 2021, deux jours après le début de l’opération. Le compte, qui a tweeté 27 fois en trois heures, a publié des vidéos et des images de frappes israéliennes dans la Bande de Gaza, toutes accompagnées du hashtag en hébreu #Gazaregrets.

Cherchant à obtenir plus de vues, le compte de Vaknin a commenté des publications existantes de politiciens de droite, notamment un tweet du député d’extrême-droite Itamar Ben Gvir appelant à « transformer le quartier de Gaza des villas du Hamas en un parking ».

Sur ce message, qui est toujours en ligne, le soldat qui gérait le compte avait écrit : « Itamar, partagez ceci de toute urgence pour que tout Israël puisse voir [que] #Gazaregrets », à côté d’une image d’un bâtiment de Gaza qui s’était effondré.

L’Opération Gardiens des murs a duré 11 jours et a été lancée après que le groupe terroriste palestinien du Hamas a tiré des missiles sur Jérusalem à l’approche d’un défilé ultra-nationaliste qui devait se dérouler dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Au total, 4 000 roquettes ont été tirées sur Israël depuis l’enclave, notamment en direction de Tel-Aviv, tuant 14 civils ; 256 habitants de Gaza ont été tués, dont la plupart étaient membres d’organisations terroristes.

Le jour où le compte de Vaknin a été ouvert sur Twitter, un compte Facebook a été ouvert sous le nom de Dana Lock, avec une photo de profil d’une jeune fille, dos à la caméra, drapée dans un drapeau israélien.

Sur ce compte, des soldats ont posté huit vidéos montrant des frappes aériennes israéliennes sur le territoire contrôlé par le Hamas, avec la légende « Nous ne resterons pas silencieux ! Nous ne sommes pas des pigeons ! #Gazaregrets ! Partagez !!! »

Les vidéos ont souvent été partagées dans de grands groupes Facebook, en particulier ceux qui professent leur soutien à Benjamin Netanyahu.

Dans le cadre d’une autre tactique, l’unité du porte-parole de Tsahal a approché des comptes de réseaux sociaux populaires existants et leur a demandé de partager des images et des vidéos avec leurs abonnés, selon Haaretz.

Sur Instagram, les soldats auraient demandé au compte @pazam_gram, qui compte aujourd’hui 206 000 abonnés, et au compte @idftweets, qui compte aujourd’hui 264 000 sur les réseaux sociaux, de partager du contenu fourni par Tsahal. Dans les premiers jours de l’opération de Tsahal à Gaza, les deux comptes ont partagé des contenus présentant la campagne #Gazaregrets.

Haaretz a déclaré qu’il n’était pas en mesure d’établir si les propriétaires de ces comptes avaient été rémunérés par l’armée pour leurs services.

Mission accomplie ?

L’opération de guerre psychologique s’est finalement soldée par un échec, la quasi-totalité des messages envoyés par les faux comptes n’ayant reçu que peu ou pas d’attention en ligne. Seuls six « vrais » comptes ont utilisé le hashtag #Gazaregrets.

Malgré l’échec de sa campagne en ligne, l’unité a apparemment reçu un prix interne après l’Opération Gardien des murs pour la « meilleure campagne opérationnelle », décerné par le chef du Département des médias de l’unité du porte-parole de Tsahal.

Le système anti-missile Dôme de fer tirant des missiles d’interception vers des roquettes lancées par des groupes terroristes depuis la Bande de Gaza vers Israël, au-dessus de la ville d’Ashkelon, dans le sud d’Israël, pendant l’Opération Gardiens des murs, le 16 mai 2021. (Crédit : Avi Roccah/Flash90)

En réponse à l’article de Haaretz, Tsahal a admis avoir « ouvert un certain nombre de comptes afin d’augmenter la visibilité ».

« Avec le recul, l’utilisation de ces comptes était une erreur, qui s’est limitée à une période de 24 heures. Il convient de souligner que cette approche n’a pas été déployée au cours des deux années précédentes. L’unité du porte-parole est attachée à la vérité et veille autant que possible à n’utiliser que des informations fiables et précises », précise le communiqué.

Lors de l’opération de 2021 à Gaza, Tsahal a été fortement critiquée pour avoir délibérément induit en erreur la presse étrangère après avoir déclaré aux journalistes que les soldats entraient dans la Bande de Gaza à pied.

Cette tactique visait à forcer les terroristes du Hamas à se réfugier dans des tunnels souterrains, qui ont ensuite été bombardés par l’armée de l’Air israélienne.

Le général de brigade Hidaï Zilberman, porte-parole entrant, lors d’une cérémonie pour son successeur et homologue Ronen Manelis, le 15 septembre 2019. (Crédit : Armée israélienne)

Dans la foulée, le porte-parole de Tsahal de l’époque, le général de division Hidaï Zilberman, a écrit aux journalistes étrangers. « Je m’excuse pour l’erreur. Le porte-parole de Tsahal n’est pas engagé dans une guerre psychologique ; son rôle est de rapporter au public rien d’autre que la vérité. »

En vertu de la loi israélienne, il est interdit à Tsahal d’utiliser des tactiques de guerre psychologique contre des civils, bien qu’elle soit autorisée à les utiliser contre des cibles ennemies à l’étranger.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.