GB : Ken Livingstone aborde – encore – la collaboration entre SS et sionistes
Rechercher

GB : Ken Livingstone aborde – encore – la collaboration entre SS et sionistes

Avant son audience disciplinaire pour avoir déclaré qu'Hitler soutenait le sionisme, l'ancien maire de Londres parle cette fois-ci de camps d'entraînement pour former les juifs allemands

C’est au cours d’une audience disciplinaire que l’ancien maire de Londres et membre du parti travailliste britannique Ken Livingstone a réaffirmé jeudi qu’Adolf Hitler était un sympathisant du sionisme et qu’il y avait une « vraie collaboration » entre les nazis et les sionistes allemands avec la Seconde Guerre mondiale.

Livingstone, qui a déclaré l’an dernier qu’Hitler avait aidé les juifs allemands à immigrer vers le pré-État d’Israël « avant qu’il ne devienne fou et qu’il ne finisse par tuer 6 millions de juifs », a affirmé que les sionistes allemands ont reçu de l’aide de la part des SS et étaient des collaborateurs du régime nazi.

« Les SS ont mis en place des camps d’entrainement pour les juifs allemands, afin que ceux qui y allaient soient prêts à affronter un pays tout à fait différent », a-t-il prétendu.

« Quand le mouvement sioniste a demandé au gouvernement nazi s’il pouvait interdire aux rabbins juifs de faire leurs sermons en yiddish et ordonner qu’ils les fassent en hébreu, [Hitler] a accepté ».

Livingstone a tenu ces propos à son arrivée à une audience du parti travailliste pour déterminer son éventuel renvoi du parti, au regard de ses précédentes remarques sur Hitler et le sionisme, qui ont conduit à sa suspension du parti travailliste par le chef du parti Jeremy Corbyn l’an dernier.

Mardi, il a diffusé une lettre dans laquelle il dément avoir dit qu’Hitler était sioniste, mais a affirmé qu’il avait simplement dit que la politique nazie « a eu comme effet de soutenir » le sionisme. Il a également démenti avoir comparé le nazisme et le sionisme.

Le parlementaire Jeremy Corbyn parlant lors de l'événement «No More War» à Parliament Square en 2014 (Photo: Hej JMaill, CC-BY, via wikipedia)
Le parlementaire Jeremy Corbyn parlant lors de l’événement «No More War» à Parliament Square en 2014 (Photo: Hej JMaill, CC-BY, via wikipedia)

Mais mardi, il a semblé raviver le lien présumé entre nazis et sionistes, en déclarant que les nazis « ont adopté une loi qui disait que seul le drapeau sioniste et la croix gammée ne pouvaient être brandis en Allemagne ».

« Et puis, évidemment, ils ont commencé à vendre des pistolets Mauser à l’armée juive souterraine », a-t-il ajouté.

« Donc, jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale, il y avait une réelle collaboration. »

Il a également déclaré que « lorsque, en juillet 1937, de nombreux nazis de haut rang se sont réunis dans leurs bureaux étrangers pour dire que nous devrions cesser d’envoyer des Juifs en Palestine parce qu’ils pourraient créer un état juif, une directive d’Hitler est arrivée en pleine réunion qui disait ‘non, nous continuerons avec cette politique’ ».

« Toutes les personnes qui étudient l’histoire savent tout cela, c’est vrai », a-t-il poursuivi.

Livingstone était arrivé à l’audience pour discuter de sa suspension du parti depuis une interview d’avril 2016 sur la BBC radio dans laquelle il avait déclaré : « rappelons-nous quand Hitler a remporté son élection en 1932, sa politique était de l’époque était que les Juifs devraient être déplacés vers Israël. Il soutenait le sionisme ».

Livingstone s’est défendu à plusieurs reprises depuis.

« Je n’ai pas dit ou suggéré qu’Hitler était un sioniste. Je n’ai pas fait d’amalgame entre Hitler et le sionisme », a-t-il écrit dans une lettre publiée mardi. « Toute suggestion affirmant que mon intention était d’établir une équivalence entre le nazisme et le sionisme est entièrement fausse ».

Les commentaires de Livingstone l’année dernière ont été faits lorsqu’il a tenté de défendre la députée travailliste Naz Shah, que Corbyn a suspendu à contrecœur du parti après qu’elle a appelé au démantèlement d’Israël et comparé les Israéliens à Hitler.

Depuis qu’il est devenu le chef du Parti travailliste en 2015, Corbyn – un critique d’Israël qui a affirmé que les représentants du Hamas et du Hezbollah étaient des « amis » – a été accusé de n’avoir pas fait assez pour lutter contre l’antisémitisme au sein du parti.

En octobre, l’alliée de Corbyn, Jackie Walker, a été suspendue du parti après s’être demandée si la journée nationale de commémoration de l’Holocauste devait concerner uniquement les Juifs.

L’équipe du Times of Israel et du JTA ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...