GB : Le parti travailliste prolonge d’un an la suspension de Ken Livingstone
Rechercher

GB : Le parti travailliste prolonge d’un an la suspension de Ken Livingstone

L’ancien maire de Londres avait déclaré qu’Hitler avait soutenu le sionisme ; une enquête interne doit déterminer si ces commentaires sont antisémites

Ken Livingstone, ancien maire de Londres et haut fonctionnaire du Parti travailliste, le 30 mars 2017. (Crédit : capture d'écran/YouTube)
Ken Livingstone, ancien maire de Londres et haut fonctionnaire du Parti travailliste, le 30 mars 2017. (Crédit : capture d'écran/YouTube)

Le parti travailliste britannique a prolongé sa suspension de l’ancien maire de Londres, Ken Livingstone, qui a été sanctionné pour avoir affirmé en 2016 qu’Adolf Hitler avait soutenu le sionisme dans les années 1930.

Le Comité exécutif national du parti a décidé de prolonger la suspension d’un an de Livingstone après l’expiration de la suspension initiale qui doit prendre fin le 27 avril, a annoncé jeudi la BBC, jusqu’à la conclusion d’une enquête interne sur ses propos pour déterminer s’ils étaient antisémites ou blessants pour les Juifs.

Cette mesure est la deuxième mesure appliquée ces dernières semaines contre un responsable du parti travailliste accusé d’antisémitisme. Cela fait suite aux accusations portées par les dirigeants de la communauté juive britannique qui affirment que le parti travailliste dirigé par son dirigeant de gauche, Jeremy Corbyn, disculpe et ne parvient pas à affronter une prolifération de discours haineux sur Israël et les juifs dans les rangs du parti.

Le mois dernier, Tony Greenstein, un anti-sioniste juif qui soutient Corbyn, a été expulsé du parti travailliste pour avoir enfreint trois des règles du parti : « des commentaires offensants en ligne ; des messages et des commentaires insultants sur son blog et un courriel dans lequel il se moquait de l’expression ‘solution finale’ ».

Parmi les commentaires insultants, il y avait l’utilisation du terme « Zio », un terme antisémite utilisé pour décrire les partisans de l’Israël moderne. Greenstein a d’abord été suspendu du parti en 2016.

Des dizaines de membres travaillistes ont été expulsés en raison de l’utilisation d’une rhétorique jugée antisémite, mais beaucoup d’autres ont été autorisés à rester ou ont été réadmis.

Sous Corbyn, qui a déclaré en 2009 que le Hamas et le Hezbollah étaient ses « amis », des milliers de personnes, dont beaucoup d’extrême gauche, ont rejoint le parti travailliste ce qui, selon les dirigeants de la communauté juive britannique, a engendré un problème d’antisémitisme dans les rangs du parti.

Cela signifie que « la plupart des gens de la communauté juive ne peuvent pas faire confiance au parti travailliste », a déclaré Jonathan Arkush, président du Conseil des députés juifs britanniques en 2016. Une commission d’enquête parlementaire britannique en 2016 a confirmé les allégations selon lesquelles la direction du parti échouait à sérieusement faire face à l’antisémitisme dans ses rangs.

Le chef du Conseil des députés Jonathan Arkush comparaît devant une enquête parlementaire sur l’antisémitisme à Londres le 14 juin 2016 (Crédit : Capture d’écran: parliamentlive.tv)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...