GB: Le prince héritier saoudien déjeune avec la reine alors que la rue proteste
Rechercher

GB: Le prince héritier saoudien déjeune avec la reine alors que la rue proteste

Mohammed ben Salmane s'entretiendra aussi avec la Première ministre Theresa May pour des discussions bilatérales, sur le Yémen et les droits de l'Homme

Mohamed ben Salmane Al Saoud, prince héritier d'Arabie saoudite. (Crédit : AFP)
Mohamed ben Salmane Al Saoud, prince héritier d'Arabie saoudite. (Crédit : AFP)

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a entamé par un déjeuner avec la reine Elizabeth II au palais de Buckingham une visite de trois jours au Royaume-Uni, marquée par des manifestations.

Après cet accueil royal, le prince héritier est attendu au 10, Downing Street, la résidence de la Première ministre Theresa May, pour des discussions bilatérales sur les relations économiques, la défense et les réformes entamées par le régime saoudien, a déclaré le porte-parole de May.

La Première ministre a affirmé devant les députés britanniques mercredi qu’elle évoquerait avec lui la situation humanitaire au Yémen alors que l’organisation Stop the War a appelé à une manifestation devant Downing Street pour dénoncer les « bombardements brutaux et illégaux » et le soutien apporté par Londres.

Dans la matinée, l’ONG Save The Children a installé une statue d’un enfant levant les yeux au ciel devant le Parlement britannique pour « attirer l’attention sur la violence alimentée, en partie, par les bombes fabriquées au Royaume-Uni ». Selon l’organisation Avaaz, la valeur des exportations d’armes britannique vers l’Arabie Saoudite s’élevait à 1,22 milliard d’euros pour le seul premier semestre 2017.

La visite sera aussi largement consacrée aux questions économiques. Londres espère tirer des bénéfices économiques des réformes entamées par Mohammed ben Salmane dans le cadre de son plan « Vision 2030 » destiné à diversifier une économie saoudienne très dépendante de ses revenus pétroliers.

« Cela inaugurera une nouvelle ère dans nos relations bilatérales, axées sur un partenariat qui offre de larges bénéfices pour nos deux pays, incluant la création et le maintien d’emplois britanniques », a déclaré le porte-parole de May.

Il devrait aussi être question de l’introduction en bourse d’une petite partie d’Aramco, le géant public saoudien du pétrole, prévue au deuxième semestre 2018.

Présentée comme la plus importante de l’histoire, les places boursières de New York et Londres sont sur les rangs pour l’accueillir.

Selon le porte-parole britannique, May évoquera également les réformes entamées sous la houlette de Mohammed ben Salmane, comme le droit de conduire pour les femmes ou l’ouverture des cinémas, que Londres compte « aider à accélérer ».

Soucieux de son image de réformateur, le prince héritier a fait précéder sa visite de pleines pages de publicité dans les journaux britanniques avec la phrase « Il amène le changement en Arabie saoudite » inscrite sous sa photo.

Plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme, dont Amnesty International, ont toutefois dénoncé l’augmentation du nombre d’exécutions depuis son arrivée en juin 2017. « Derrière cette image publique séduisante, Mohammed ben Salmane est l’un des dirigeants les plus brutaux de l’histoire récente du Royaume », a estimé la directrice de l’ONG britannique Reprieve Maya Foa dans un commniqué.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères avait défendu mardi une « guerre juste » menée par Ryad au Yémen, à la veille de la visite du prince héritier Mohammed ben Salmane au Royaume-Uni, où sont prévues des manifestations à l’appel de Stop the War.

« Ils nous critiquent pour une guerre dont nous ne voulions pas, qui nous a été imposée », a dit Adel Al-Jubeir sur la radio BBC 4. Evoquant « une guerre juste, qui est soutenue par la loi internationale », il a rendu les rebelles Houthis responsables des victimes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...