Rechercher

Gilat Bennett et ses enfants en vacances : la classe politique s’insurge

L'épouse du Premier ministre aurait refusé d'annuler ; l'industrie touristique est frappée par des restrictions ; la coalition n'apprécierait pas la mauvaise image que cela renvoie

Le Premier ministre Naftali Bennett et son épouse Gilat assistent à une cérémonie de Hanoukka à Jérusalem, le 29 novembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90).
Le Premier ministre Naftali Bennett et son épouse Gilat assistent à une cérémonie de Hanoukka à Jérusalem, le 29 novembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90).

Certains responsables du bureau du Premier ministre Naftali Bennett auraient tenté de convaincre l’épouse du Premier ministre de ne pas partir à l’étranger pour des vacances en famille cette semaine, conscients de la mauvaise image que cela donnerait du gouvernement israélien qui a imposé des restrictions sur les voyages en réponse à la crainte d’une épidémie de coronavirus Omicron.

Bennett a fait l’objet de vives critiques de la part de l’ensemble de l’échiquier politique depuis qu’il a annoncé mercredi que sa femme et ses enfants partaient en vacances à l’étranger, quelques jours seulement après avoir exhorté les citoyens à éviter tout voyage inutile.

Le Premier ministre a tenté de défendre sa décision en faisant remarquer que la situation avait changé depuis lors et que la famille avait changé ses plans pour se rendre dans un pays non concerné par l’interdiction gouvernementale.

Selon la Douzième chaîne, au moins une personne du bureau du Premier ministre a tenté de faire annuler le voyage de Gilat Bennett, mais elle a refusé.

La chaîne n’a pas précisé la source de cette information.

Bennett lui-même serait mécontent de ce voyage – dont la destination n’a pas été divulguée – selon le reportage, qui le cite en disant que « cela ne donne pas une bonne image » et « nuit à la confiance du public », mais en vain.

Le Premier ministre Naftali Bennett, sa femme Gilat et leurs quatre enfants à la Knesset, le 13 juin 2021. (Crédit : Naftali Bennett/Instagram)

Vendredi, alors que les autorités sanitaires dans le monde entier se démenaient pour contrecarrer le variant Omicron récemment découverte en restreignant ou en fermant leurs frontières, Bennett a appelé les Israéliens à rester dans le pays alors que de nouvelles restrictions de voyage entraient en vigueur.

« Si quelqu’un me demandait, en ce moment, je ne recommanderais pas de prendre l’avion pour l’étranger étant donné le contexte incertain », a déclaré Bennett lors d’une conférence de presse vendredi.

« En ce moment, nous devons faire preuve d’une responsabilité particulière – nous en tant que gouvernement et vous en tant que citoyens. Se serrer les coudes, prendre des responsabilités les uns envers les autres, faire attention », a-t-il déclaré dans la même allocution.

Mais mercredi, son bureau a annoncé que la famille se rendrait néanmoins à l’étranger, notant « la décision du cabinet COVID de laisser le ciel ouvert pour les voyages des Israéliens ».

La famille « respectera toutes les directives et règles » liées au COVID-19, a-t-il ajouté. Au moins un membre de la famille n’est pas complètement vacciné – la semaine dernière, le fils du Premier ministre, David, âgé de 9 ans, a reçu sa première dose du vaccin Pfizer.

Le Premier ministre Naftali Bennett emmène son fils de neuf ans se faire vacciner contre la COVID le 23 novembre 2021. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Ce voyage intervient alors qu’Israël célèbre la fête de Hanoukka qui coïncide avec les vacances scolaires pour la plupart des élèves israéliens.

Selon le bureau du Premier ministre, la famille avait initialement prévu de se rendre avec les enfants dans un autre endroit, mais a changé de destination après que la destination initiale eut été marquée comme « rouge » et interdite aux Israéliens.

Tous les pays actuellement classés « rouges » se trouvent en Afrique, où Israël a imposé des restrictions de voyage en raison des inquiétudes suscitées par la nouvelle variante d’Omicron signalée pour la première fois par l’Afrique du Sud. Selon les médias israéliens, Gilat Bennett et ses enfants avaient l’intention de se rendre à l’île Maurice.

Parallèlement, la Douzième chaîne d’information a rapporté que Gilat Bennett envisageait d’annuler un voyage prévu aux Émirats arabes unis ce mois-ci en raison de l’incertitude entourant la variante Omicron.
Le radiodiffuseur public Kan a rapporté que des plaintes concernant le voyage de la famille Bennett ont été entendues au sein de la coalition.

La chaîne indique qu’un ministre anonyme a fait valoir que le Premier ministre aurait dû montrer l’exemple, tandis qu’un autre a déclaré que le voyage des Bennett pourrait donner aux citoyens le sentiment que la recommandation de ne pas voyager n’était plus valable. Une troisième source anonyme a déclaré au journal que l’incident était dommageable pour l’image du gouvernement.

Dans un discours à la Knesset l’année dernière, Bennett a déclaré : « Nous ne devons pas seulement diriger un État. Nous devons donner un exemple personnel. »

Parallèlement, un membre senior anonyme de l’industrie du voyage a déclaré à la Douzième chaîne que des milliers d’Israéliens avaient annulé leurs voyages à l’étranger à la suite de la recommandation de ne pas voyager, tandis que l’interdiction faite aux étrangers de visiter le pays avait causé « de gros dégâts à l’industrie du tourisme. »

Plusieurs législateurs du parti d’opposition Likud de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu ont critiqué Bennett après l’annonce du voyage, qui est intervenu quelques jours après que le Premier ministre a déclaré qu’il recommanderait aux Israéliens d’éviter de prendre l’avion à l’étranger pour des voyages non essentiels à cause d’Omicron.

« C’est comme ça quand les mensonges politiques deviennent la norme et que l’exemple personnel est publiquement piétiné. Tout simplement impertinent », a tweeté Israel Katz, député du Likud.

Israel Katz, député du Likud, lors d’une conférence des chefs des autorités locales, à Ramat Negev, dans le sud d’Israël, le 22 juillet 2021. (Crédit : Flash90)

Bennett a ensuite rejeté les critiques.

« Je comprends les critiques, mais depuis vendredi, nous en avons appris beaucoup plus sur le variant et dans quels pays elle se propage, et le cabinet a pris des décisions sur les pays où il est autorisé à se rendre et dans quelles conditions », a écrit le Premier ministre sur Facebook.

Il a précisé que sa famille avait choisi une nouvelle destination après avoir appris les nouvelles restrictions de voyage.

« Ils vont tous se conformer aux restrictions et, bien sûr, seront en quarantaine comme il se doit », a-t-il déclaré.

Il a également déclaré qu’il ne pensait pas qu’il y avait actuellement des raisons de fermer « hermétiquement » les frontières d’Israël aux voyages aériens.

Le hall des départs de l’aéroport Ben Gurion, le 28 novembre 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

En plus d’interdire les voyages vers de nombreux pays africains, le gouvernement a également interdit aux étrangers d’entrer en Israël et a exigé que ceux qui reviennent de l’étranger passent au moins trois jours en quarantaine.

Les restrictions de voyage, qui sont entrées en vigueur dimanche soir, sont valables pour au moins 14 jours.

Bennett a défendu les nouvelles mesures, qui incluent l’utilisation controversée du suivi téléphonique pour localiser les personnes suspectées d’être infectées par le variant Omicron, en invoquant l’incertitude entourant la nouvelle variante.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...