Rechercher

Google lance la « School of High-Tech » à l’université Reichman d’Herzliya

Fruit de l’initiative Google de 25 M de $ le programme proposera des cours en technologies reconnus académiquement, et privilégiera les communautés sous-représentées

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Un bâtiment de Google sur le campus de l'entreprise à Mountain View, en Californie, le 24 septembre 2019. (Crédit : AP/Jeff Chiu)
Un bâtiment de Google sur le campus de l'entreprise à Mountain View, en Californie, le 24 septembre 2019. (Crédit : AP/Jeff Chiu)

Google s’associe à l’Université Reichman d’Israël (anciennement connue sous le nom de Centre interdisciplinaire d’Herzliya ou IDC) pour lancer un nouveau programme qui offrira des cours supervisés et reconnus sur le plan académique aux étudiants désireux d’affiner leurs compétences en haute technologies en vue d’une éventuelle carrière dans l’industrie la plus célèbre d’Israël.

Dans l’annonce faite lundi, Google et l’université Reichman ont déclaré qu’ils établissaient une « école de high-tech » qui proposera des cours sur les technologies et le commerce, tels que la programmation, les tests de logiciels, le développement commercial et l’analyse de données, « afin de préparer les étudiants à des professions très demandées sur le marché israélien du high-tech ».

Contrairement aux autres facultés de l’université qui portent le nom de personnalités importantes et bénéficient de leur soutien financier, comme la Lauder School of Government (du nom du milliardaire et philanthrope juif américain Ronald S. Lauder), la Dr. Miriam and Sheldon G. Adelson School of Entrepreneurship ou la Sammy Ofer School of Communications, qui proposent toutes des diplômes de licence (et parfois de master), la nouvelle « école » ressemble davantage à un camp d’entraînement universitaire, un programme de formation court mais intensif.

Le programme fournira également un soutien pour le placement et l’intégration dans le secteur de la tech, a déclaré l’université dans un communiqué.

L’admission au programme sera fondée sur les capacités, les qualifications et les compétences interpersonnelles des candidats, l’accent étant mis sur les étudiants issus de communautés dont la sous-représentation est flagrante dans le secteur technologique. Ces communautés comprennent les professionnels ultra-orthodoxes et arabes, les femmes et ceux qui vivent en dehors des zones centrales d’Israël, également appelées « périphéries ».

Google prévoit d’accorder des bourses aux participants au programme, qui partageront leur temps entre le campus Google de Tel Aviv et le campus Herzliya de l’université Reichman. L’université a indiqué que certains des cours se dérouleront à l’avenir dans le nord et dans le sud du pays, en « périphérie ».

Le campus de l’université Reichman (Crédit : Autorisation )

Le programme fait partie d’une initiative de Google, à hauteur de 25 millions de dollars, annoncée plus tôt cette année pour financer des programmes de formation professionnelle au cours des cinq prochaines années pour les membres des communautés sous-représentées d’Israël.

« Google mène depuis plusieurs années le mouvement visant à diversifier la haute technologie israélienne », a déclaré Barak Regev, directeur général de Google Israël, dans un communiqué lundi, soulignant le soutien du géant de la technologie à des programmes tels que SheCodes, qui offre des programmes de codage pour les femmes, et KamaTech, un accélérateur israélien pour les startups fondées par des entrepreneurs ultra-orthodoxes. Ces deux programmes ont vu le jour au Campus Google, qui offre un soutien et un encadrement à de telles initiatives.

« Nous pensons que la diversification des voix, des opinions et des perspectives contribuera à enrichir le secteur high-tech israélien et ses développements », a déclaré Regev. Le programme « nous permettra d’élargir le cercle des employés de la high-tech et, en même temps, de le diversifier grâce à des employés qualifiés et de grande qualité issus de toutes les couches de la population israélienne. »

De droite à gauche : Barak Regev, directeur général de Google Israël, Gali Shahar Efrat, directeur général de la formation externe et exécutive de l’université Reichman, le professeur Uriel Reichman, président fondateur et président du conseil d’administration de l’université Reichman, et le professeur Yossi Matias, vice-président de Google et directeur du centre de R&D d’Israël. (Crédit : Gilad Kavalerchik)

Bien que l’industrie technologique israélienne soit le joyau de l’économie et qu’elle cimente la réputation du pays comme le pays de la haute technologie, elle est confrontée à de graves problèmes tels que le manque de diversité et la pénurie aiguë de talents. Selon le dernier rapport Human Capital in Tech 2021-2022 publié cet été par le Start-Up Nation Policy Institute et l’Autorité israélienne de l’innovation (AII), Israël compte environ 20 000 postes vacants dans le secteur de la technologie.

La pénurie de talents dans le domaine des technologies de pointe, où les candidats recherchés ont généralement une formation en ingénierie et en développement ou sortent des unités d’élite de renseignement de l’armée israélienne, est liée à un manque de diversité.

La main-d’œuvre du secteur tech est dominée depuis des années par une majorité d’hommes juifs, et le manque de diversité et d’inclusion est considéré comme un risque pour la high tech et son potentiel de croissance.

« Moins de 20 % de ses salariés sont arabes, la plupart de ses employés sont des hommes non ultra-orthodoxes, les femmes représentent moins d’un tiers de l’ensemble des salariés du secteur, et les hommes et les femmes ultra-orthodoxes ne représentent que 3 % », selon le rapport annuel « The State of High-Tech 2022 » publié par l’IIA en mai.

Ces dernières années, le gouvernement israélien a tenté de remédier à la pénurie et au manque de diversité dans le secteur en promouvant divers programmes et initiatives visant à intégrer les membres des communautés sous-représentées dans l’industrie.

Lorsque Google a annoncé l’initiative en février, il a déclaré qu’elle soutiendrait le plan du gouvernement visant à faire passer la part des employés du secteur des technologies d’environ 10 % actuellement à 15 % d’ici 2025, et qu’elle s’inscrirait dans le cadre de ses programmes et partenariats existants qui « équipent les groupes sous-représentés avec les compétences et les outils nécessaires pour réussir dans la technologie ».

Le professeur Uriel Reichman, président fondateur et président du conseil d’administration de l’université Reichman, a déclaré que le nouveau programme technologique en collaboration avec Google « a été établi en raison de nos responsabilités envers le pays et de notre conviction que seule l’éducation permettra la mobilité sociale « .

Reichman a fondé l’IDC en 1994. L’institution académique a été officiellement reconnue comme une université privée – la première en Israël – l’année dernière et a été rebaptisée Université Reichman.

En tant qu’établissement privé, ses frais de scolarité annuels commencent à environ 53 000 shekels, alors que les universités publiques israéliennes appliquent un tarif forfaitaire de 10 200 shekels pour une licence. L’université compte un grand nombre d’étudiants étrangers et a la réputation de s’adresser aux étudiants israéliens issus de familles aisées, bien qu’elle offre de généreuses bourses aux candidats qualifiés. Selon l’institution, l’université comptait quelque 8 000 étudiants en 2021 et, depuis sa création, au moins 32 000 ont obtenu un diplôme de l’institut.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...