Greenblatt ne voit « aucune raison » de critiquer Netanyahu et son gouvernement
Rechercher

Greenblatt ne voit « aucune raison » de critiquer Netanyahu et son gouvernement

L'envoyé américain a insisté qu'Israël n'a pris aucune mesure qui aille à l'encontre du futur plan de paix et a rejeté les critiques sur des déclarations à propos de l'AP

L'envoyé spécial des États-Unis Jason Greenblatt prend la parole lors d'une conférence à New York, le 16 juin 2019. (Marc Israel Sellem/POOL)
L'envoyé spécial des États-Unis Jason Greenblatt prend la parole lors d'une conférence à New York, le 16 juin 2019. (Marc Israel Sellem/POOL)

L’envoyé spécial du président américain Donald Trump au Moyen-Orient Jason Greenblatt a déclaré mercredi qu’il n’avait aucune raison de critiquer le Premier ministre Benjamin Netanyahu ni le gouvernement israélien sur leurs politiques à l’égard des Palestiniens.

« Je n’ai rien trouvé à critiquer qui dépasse les bornes », a déclaré Greenblatt au micro de CNN à Bahreïn.

L’administration Trump a bouclé sa conférence économique à Manama mercredi, espérant récolter des milliards de dollars pour soutenir leur vision d’une économie palestinienne florissante en cas de conclusion d’un accord de paix.

Interrogé sur la promesse faite par Netanyahu avant les élections du 9 avril au sujet de l’annexion d’implantations en Cisjordanie, Greenblatt a déclaré qu’il espérait que le Premier ministre ne prenne pas de décision unilatérale avant qu’un plan de paix complet ne soit dévoilé, mais a ajouté qu’il ne savait pas comment les Etats-Unis réagiraient si Israël passait à l’action.

Jared Kushner, conseiller principal de la Maison Blanche, s’adresse à l’auditoire lors de la séance d’ouverture de l’atelier « De la paix à la prospérité » à Manama, Bahreïn, le 25 juin 2019. (Bahrain News Agency via AP)

« Nous n’avons rien déterminé à ce sujet. Nous ne traitons pas de ce qui pourrait se passer en cours de route. Je pense qu’à ce stade, c’est une conversation théorique », a déclaré Greenblatt.

Au début du mois, Greenblatt s’est fait l’écho de l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël David Friedman, qui avait affirmé que l’Etat juif avait le droit de conserver une partie de la Cisjordanie.

Mercredi, Greenblatt a également rejeté toute comparaison de ses propos sur les responsables israéliens et palestiniens, et évoqué la politique de l’Autorité palestinienne consistant à verser des allocations aux terroristes et à leurs familles. Il a déclaré qu’Israël n’avait pris aucune mesure qui aille à l’encontre du futur plan de paix et a rejeté les critiques sur des déclaration à propos de l’AP pour son discours sur ledit plan.

« Quand je condamne l’AP pour ce genre de déclarations – quand ils disent que notre plan de paix est mort-né -, c’est très différent », a expliqué Greenblatt. « L’Autorité palestinienne ne condamne pas notre plan de paix, ils prennent des mesures pour le saboter, le contrecarrer, l’empêcher de se concrétiser. Ils ne sont pas là. Ils n’ont pas juste dit qu’ils ne venaient pas, ils ne sont techniquement pas venus. C’est bien plus qu’une déclaration politique. »

Trump a pris une série de mesures favorables à Israël, notamment la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël en 2017 et qui a conduit à la rupture de tout contact formel avec l’Autorité palestinienne.

Jared Kushner, conseiller à la Maison Blanche, a déclaré mercredi que la porte restait ouverte aux Palestiniens pour qu’ils prennent part au plan de paix, alors qu’il accusait les dirigeants de l’AP de faillir à son peuple.

Le secrétaire d’Etat américain Steven Mnuchin (d) arrive au sommet de Manama,le 25 juin 2019. (Crédit : Shaun TANDON / AFP)

Greenblatt a également soutenu des propos tenus en mai par Kushner, qui semblait se distancer de la solution à deux Etats comme moyen de régler le conflit israélo-palestinien, la position qu’adoptaient les précédentes administrations américaines.

« Je pense que quand il disait cela, il parlait du point de départ jusqu’à ce qu’un plan de paix soit révélé », a déclaré Greenblatt. « Nous n’allons pas utiliser de terminologie et slogans qui veulent dire des choses différentes pour chaque peuple. »

« Je pense que c’est le président Trump qui l’a dit de la meilleure façon, quand il a dit qu’il soutiendra ce sur quoi les peuples se mettent d’accord. Nous présentons un plan qui, nous le pensons, a du sens. Nous espérons que les deux parties seront d’accord, mais nous ne pourrons pas résumer ce conflit en trois mois », a ajouté Greenblatt.

L’Autorité palestinienne a déclaré que le plan de 50 milliards de dollars de Kushner était un prétexte de l’administration Trump pour imposer une solution politique qui s’alignera avec les positions israéliennes.

Si des ministres des Finances arabes, des directeurs d’organisations financières internationales, des directeurs de business du secteurs privés et investisseurs d’une dizaine de pays étaient présents, les délégations israéliennes et palestiniennes ont brillé par leur absence, et de nombreuses autres délégations n’étaient pas emmenées par des ministres haut-placés

En plus de l’opposition des bénéficiaires de la proposition, le plan a été vivement critiqué par d’anciens diplomates et autres personnes autrefois impliquées dans les efforts de paix. Ils l’ont jugé peu réaliste et imprécis sur l’origine du financement.

Trump, Kushner et le secrétaire d’Etat américain au Trésor Steven Mnuchin affirment que cette nouvelle approche est précisément nécessaire parce que toutes les initiatives précédentes ont échoué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...