Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Grossi : L’Iran a fermé ses installations nucléaires le jour de son attaque contre Israël

Le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique a fait part de ses préoccupations quand à une riposte israélienne contre des installations nucléaires iraniennes

Installation d’enrichissement nucléaire de l’Iran à Natanz, en Iran. (Crédit : AP Photo/Hasan Sarbakhshian)
Installation d’enrichissement nucléaire de l’Iran à Natanz, en Iran. (Crédit : AP Photo/Hasan Sarbakhshian)

L’Iran a fermé ses installations nucléaires dimanche, jour de son attaque contre Israël, a indiqué lundi le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi.

Lors d’une conférence de presse en marge d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU consacrée à la centrale ukrainienne de Zaporijjia, M. Grossi a été interrogé sur la possibilité d’une frappe de représailles israélienne contre des installations nucléaires iraniennes.

« Nous sommes toujours préoccupés par cette possibilité », a répondu le chef de l’AIEA.

« Ce que je peux vous dire, c’est que nos inspecteurs en Iran ont été informés par le gouvernement iranien qu’hier (dimanche, NDLR), toutes les installations nucléaires que nous inspectons chaque jour resteraient fermées pour des raisons de sécurité », a-t-il ajouté.

Selon lui, les installations iraniennes devaient rouvrir lundi. « J’ai décidé de ne pas laisser les inspecteurs revenir tant que la situation n’est pas complètement calme. Nous reprendrons demain » (mardi, NDLR), a-t-il expliqué.

Cette fermeture « n’a pas eu d’impact sur nos activités d’inspection. Mais bien sûr, nous appelons toujours à la plus grande retenue », a-t-il poursuivi.

Le directeur de l’AIEA, le général Rafael Mariano Grossi, lors d’une conférence de presse au siège de l’agence, dans le centre international de Vienne, en Autriche, le 2 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Lisa Leutner)

En 1981, Israël avait bombardé le réacteur nucléaire d’Osirak, dans l’Irak de Saddam Hussein, malgré l’opposition de Washington. Israël a également admis, en 2018, avoir lancé un raid aérien ultrasecret onze ans plus tôt contre un réacteur nucléaire dans l’est de la Syrie.

Les services secrets israéliens sont aussi accusés par Téhéran d’avoir assassiné deux physiciens nucléaires iraniens en 2010, et d’en avoir enlevé un autre l’année précédente.

Egalement en 2010, une cyberattaque très sophistiquée via le virus Stuxnet, attribuée par Téhéran à Israël et aux Etats-Unis, avait frappé le programme nucléaire iranien, entraînant une série de pannes dans son parc de centrifugeuses utilisées pour l’enrichissement de l’uranium.

Israël accuse l’Iran – qui dément – de vouloir se doter de la bombe atomique et dit chercher par tous les moyens à l’en empêcher.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.