HaBayit HaYehudi s’oppose au projet de loi sur l’immunité du Premier ministre
Rechercher

HaBayit HaYehudi s’oppose au projet de loi sur l’immunité du Premier ministre

"La discussion a révélé des désaccords significatifs entre les membres de la faction et aucun accord n'a été trouvé", selon Shuli Moalem-Refaeli

Shuli Moalem-Refaeli, députée du parti nationaliste orthodoxe HaBayit HaYehudi, devant la Knesset, le 31 octobre 2016. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)
Shuli Moalem-Refaeli, députée du parti nationaliste orthodoxe HaBayit HaYehudi, devant la Knesset, le 31 octobre 2016. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)

Le parti HaBayit HaYehudi a fait savoir qu’il ne soutiendra pas la dénommée « loi française » qui accorderait l’immunité aux Premiers ministres en exercice jusqu’à la fin de leurs mandats face à d’éventuelles enquêtes de corruption.

Cette décision vient pratiquement mettre un terme aux chances du texte au Parlement même si elle pourrait aussi causer un conflit avec le parti du Likud au pouvoir, qui a menacé au début de la semaine de geler les mesures avancées par HaBayit HaYehudi si la formation refusait de soutenir cette législation.

Un courrier envoyé mercredi par la présidente de la faction de HaBayit HaYehudi à la Knesset, la législatrice Shuli Moalem-Refaeli, au chef de la coalition David Bitan explique que l’opposition de la formation suit « un débat substantiel et détaillé » qui a eu lieu entre des membres lors d’une réunion lundi.

« La discussion a révélé des désaccords significatifs entre les membres de la faction et aucun accord n’a été trouvé » au sein du parti.

Au vu de ce désaccord, HaBayit HaYehudi a pris la décision de s’opposer officiellement à l’adoption de ce projet de loi, a écrit Shuli Moalem-Refaeli.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...