Rechercher

Hamas : Israël utilise le tunnel pour détourner l’attention de ses « crimes » à Gaza

Après l'annonce par Tsahal de la découverte et de la destruction du tunnel, le Hamas a déclaré que les Palestiniens avaient "tous les droits de renforcer leurs capacités"

Une vue aérienne montre les forces de sécurité découvrant un tunnel du Hamas le long de la frontière nord de Gaza. La clôture de gauche est l'ancienne barrière d'Israël le long de la frontière internationalement reconnue, et la clôture de droite est la nouvelle, avec la barrière souterraine. Image publiée par Tsahal le 15 août 2022 (Armée israélienne)
Une vue aérienne montre les forces de sécurité découvrant un tunnel du Hamas le long de la frontière nord de Gaza. La clôture de gauche est l'ancienne barrière d'Israël le long de la frontière internationalement reconnue, et la clôture de droite est la nouvelle, avec la barrière souterraine. Image publiée par Tsahal le 15 août 2022 (Armée israélienne)

Le Hamas a réagi lundi à l’annonce faite par Israël de la localisation et de la destruction d’un tunnel d’attaque exploité par le groupe terroriste, accusant l’État juif d’utiliser cette affaire à l’approche des élections de novembre, comme une diversion pour détourner l’attention des « crimes » qu’il a commis dans la bande de Gaza.

« Ces allégations sont destinées à dissimuler les crimes de l’occupation contre les résidents de Gaza, dans le but de faire croire à la population israélienne à ses exploits fabriqués et à ses victoires factices en vue des élections », a déclaré Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas.

Il a ajouté que « les groupes de la bande de Gaza ont le droit d’agir comme ils l’entendent pour renforcer et développer leurs capacités face aux crimes de l’ennemi et au massacre qu’il commet contre notre peuple ».

Cette déclaration faisait apparemment référence aux combats menés pendant trois jours contre le groupe terroriste palestinien du Jihad islamique au début du mois, au cours desquels les terroristes ont tiré plus de 1 000 roquettes sur des villes israéliennes et les avions israéliens ont bombardé le territoire. Les autorités du Hamas ont déclaré que 49 Palestiniens avaient été tués – dont certains, selon Israël, par des roquettes du Jihad mal tirées qui ont atterri à Gaza.

Dans une déclaration séparée, plus tard dans la journée, le Hamas a déclaré : « La résistance palestinienne a le droit d’utiliser tous les moyens pour renforcer ses capacités contre l’arrogance et la criminalité » d’Israël.

Plus tôt dans la journée de lundi, l’armée israélienne a révélé avoir découvert et démantelé un tunnel creusé par le Hamas dans le nord de la bande de Gaza, qui pénétrait en territoire israélien, sans toutefois franchir la barrière frontalière d’Israël.

Selon Tsahal, le « tunnel du terrorisme », qui avait deux branches, ne représentait pas un danger pour les villes israéliennes situées le long de la frontière, car Israël dispose d’une barrière souterraine high-tech qui protège ses villes du sud contre les tunnels d’attaque de Gaza, qui représentaient autrefois une menace importante.

Le général de brigade Nimrod Aloni, commandant sortant de la division de Gaza de Tsahal, a expliqué qu’une partie du tunnel avait été détruite pendant la guerre de 11 jours entre Israël et le Hamas en mai 2021, mais qu’elle avait depuis été réparée et reconstruite, y compris les deux nouvelles branches qui s’étendaient en Israël.

Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, à droite, assiste à une conférence de presse avec un haut responsable de l’organisation, Khalil al-Hayya, dans la ville de Gaza, le 27 novembre 2017. (Crédit : Mohammad Abed/AFP)

« Récemment, nous avons identifié des efforts pour restaurer le tracé de l’ancien tunnel, et après avoir effectué des scans, nous avons localisé le tunnel avec les deux branches », a déclaré Aloni.

Tsahal n’a pas précisé la profondeur exacte du tunnel, mais a indiqué que son entrée se trouvait dans la région de la ville de Gaza.

Au cours des combats de la semaine dernière, Tsahal a frappé un autre tunnel d’attaque, provenant cette fois du sud de Gaza. Lui non plus n’a pas pu pénétrer en Israël grâce à la barrière souterraine.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...