Hanegbi : les détecteurs de métaux et les caméras maintenus au mont du Temple
Rechercher

Hanegbi : les détecteurs de métaux et les caméras maintenus au mont du Temple

"Nous ne les laisserons pas utiliser le mont du Temple comme un lieu où ils peuvent tuer des policiers", a déclaré le ministre du Likud

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Tzahi Hanegbi en 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Tzahi Hanegbi en 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Israël ne capitulera pas face à la violence et à l’incitation, et ne laissera pas des policiers être assassinés au mont du Temple, a déclaré un ministre du gouvernement israélien vendredi soir, défendant la politique gouvernementale après que trois Palestiniens ont été tués lors de manifestations contre l’installation de détecteurs de métaux au mont du Temple après une attaque terroriste survenue le 14 juillet.

Le ministre du Likud, Tzachi Hanegbi, a déclaré que le gouvernement avait décidé vendredi soir de ne pas retirer les détecteurs de métaux parce qu’il était dans l’obligation de protéger les musulmans qui prient au mont et ceux qui les protègent. La plupart des ministres ont soutenu la décision. Deux s’y sont opposés, a déclaré la Deuxième chaîne

Hanegbi a affirmé que des efforts continus étaient faits pour « apaiser les flammes » de la confrontation et que les résultats étaient déjà ressentis.

Il a déclaré qu’Israël était en contact avec des gouvernements non spécifiés et d’autres personnes au sujet de cette question. Il a cité le relatif « calme surprenant » en Cisjordanie.

Cette intervention du ministre est survenue avant l’attentat au couteau à Halamish où 3 Israéliens ont été poignardés à mort à leur domicile. Une autre personne est à l’hôpital dans un état modéré.

Une photo de la cuisine du domicile où a été perpétré une sanglante attaque au couteau faisant 3 morts, le 21 juillet 2017, à Halamish (Crédit : armée israélienne)
Une photo de la cuisine du domicile où a été perpétré une sanglante attaque au couteau faisant 3 morts, le 21 juillet 2017, à Halamish (Crédit : armée israélienne)

La chaîne de télévision a déclaré que la police s’était préparée à un « scénario cauchemardesque » dans lequel des centaines de milliers de musulmans tentaient de converger sur le mont du Temple et de piétiner les détecteurs de métaux.

Ce scénario a été détourné, notamment en empêchant les bus remplis d’Arabes israéliens d’atteindre Jérusalem.

Seulement 150 musulmans ont traversé les détecteurs de métaux pour prier au mont du Temple vendredi, a déclaré la Deuxième chaîne.

Dans une mesure extrêmement rare, l’artère principale de la Route 1 reliant Tel Aviv à Jérusalem a été fermée par intermittence vendredi, ainsi que d’autres routes, selon le rapport télévisé.

« La discussion était sur la façon de sortir de cette confrontation en tant que gagnants – pas dans une victoire pour l’ego, mais une victoire de la sécurité sur le terrorisme, sur la responsabilité de l’incitation, pour examiner attentivement les efforts visant à nous entraîner dans une guerre religieuse », a déclaré Hanegbi. La politique d’Israël, a-t-il dit, « ne consiste pas à capituler face à l’incitation et à la violence ».

La politique du gouvernement israélien, a-t-il ajouté, est la suivante: « nous ne nuiront pas aux droits des musulmans et de tous les fidèles à prier au mont du Temple. Bien au contraire. Afin d’assurer la sécurité de ceux qui prient, et ceux qui les protègent, nous ne capituleront pas face à ceux qui veulent nous entraîner dans le sang ».

Hanegbi a indiqué que les plaintes au sujet des détecteurs de métaux étaient un prétexte. « Il y a des détecteurs de métaux au Vatican », a-t-il noté, précisant qu’il les avait récemment observés lors de sa rencontre avec le pape. « Personne ne s’en inquiète. » Il y a des détecteurs de métaux depuis des années au mur Occidental, a-t-il rappelé.

Ce qui est vraiment en jeu, c’est qu’ « il y a ceux qui n’aiment pas le fait qu’Israël soit souverain à Jérusalem et au mont du Temple », a déclaré le ministre.

Les forces de sécurité israéliennes arrêtent un émeutier palestinien à Wadi Joz, près de la Vieille Ville de Jérusalem, le 21 juillet 2017 (Crédit : Judah Ari Gross / Times of Israel)
Les forces de sécurité israéliennes arrêtent un émeutier palestinien à Wadi Joz, près de la Vieille Ville de Jérusalem, le 21 juillet 2017 (Crédit : Judah Ari Gross / Times of Israël)

Il a cité le Hamas et la branche Nord du Mouvement islamique israélien. Mais « nous ne les laisserons pas utiliser le mont du Temple comme un lieu où ils tuent des policiers », a déclaré Hanegbi, en se référant au meurtre des deux policiers survenue le 14 juillet dernier.

Après l’attaque mortelle de vendredi dernier, Israël avait d’abord fermé le site, à la recherche de plus d’armes.

Les responsables palestiniens ont dénoncé la sécurité accrue sur le site comme un changement dans le statu quo délicat qui régit le site.

Israël a nié cela, disant que les nouvelles mesures ont été rendues nécessaires à cause de l’attaque de vendredi dernier, dans laquelle trois Arabes-Israéliens sont venus armés au complexe et ont abattu deux policiers israéliens stationnés juste à l’extérieur.

L'adjudant Kamil Shnaan, à gauche, et l'adjudant Haiel Sitawe, à droite, les deux policiers morts dans l'attentat terroriste perpétré sur le mont du Temple à Jérusalem, le 14 juillet 2017. (Crédit : Police israélienne)
L’adjudant Kamil Shnaan, à gauche, et l’adjudant Haiel Sitawe, à droite, les deux policiers morts dans l’attentat terroriste perpétré sur le mont du Temple à Jérusalem, le 14 juillet 2017. (Crédit : Police israélienne)

Jeudi, la police israélienne a publié des images vidéo montrant que les armes ont été introduites clandestinement sur le mont du Temple.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...