Israël en guerre - Jour 262

Rechercher

Herzog demande aux députés de calmer les débats sur la réforme judiciaire

Soucieux de préserver les valeurs de la Déclaration d'Indépendance, le président aurait demandé au ministre de la Justice d'« assouplir » le projet de réforme judiciaire

Le président Isaac Herzog présentant au chef du Likud, Benjamin Netanyahu, le mandat pour former le prochain gouvernement, à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 13 novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le président Isaac Herzog présentant au chef du Likud, Benjamin Netanyahu, le mandat pour former le prochain gouvernement, à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 13 novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le président Isaac Herzog a demandé, mardi, aux députés de « calmer le jeu », alors que les propos virulents et alarmistes sur le projet de réforme du système judiciaire israélien creusent le fossé entre la coalition majoritaire à la Knesset et l’opposition, sur fond de menace de guerre civile et d’appels à emprisonner les principaux détracteurs du gouvernement.

Selon une information de la chaîne publique Kan, Herzog aurait également demandé au ministre de la Justice, Yariv Levin, d' »assouplir » son projet de réforme du système judiciaire, se proposant d’organiser une réunion sur la question.

Le ministre des Communications, Shlomo Karhi, a pris part à la réunion de mardi avec Herzog.

« Je me tourne vers vous, élus des deux camps, pour vous demander de faire preuve de retenue et de responsabilité », a écrit Herzog sur Twitter mardi.

« Nous n’avons pas d’autre pays. »

Le président a rappelé son engagement à protéger les valeurs énoncées dans la Déclaration d’indépendance d’Israël, qu’il a qualifiée de « boussole de notre pays ».

« C’est une période sensible et instable pour Israël. J’entends ce qui se dit de part et d’autre, la peine, la préoccupation et l’angoisse du peuple. Rien de tout cela ne passe inaperçu. Je ne suis pas aveugle et cela me tient constamment en souci », a-t-il déclaré.

Le discours d’Herzog aux députés a eu lieu suite aux propos de la députée d’extrême droite, Zvika Fogel, du parti Otzma Yehudit, qui a demandé l’arrestation de responsables de l’opposition et de deux ex-députés, qu’elle a accusés de « trahison contre l’État » avant d’assurer qu’ils « étaient les personnages les plus dangereux en ce moment ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.