Heurts à Jérusalem : « J’ai cru que j’allais mourir », dit l’automobiliste agressé
Rechercher

Heurts à Jérusalem : « J’ai cru que j’allais mourir », dit l’automobiliste agressé

Yahya Jardi, résident de Beit Shemesh, a été attaqué par plusieurs personnes ; dans un 2e incident, un gardien du ministère de la Justice a tiré en l'air pour écarter les émeutiers

Yahya Jardi parle depuis son lit d'hôpital à l'hôpital Hadassah Mont Scopus à Jérusalem après avoir été agressé par de multiples assaillants au cours d'émeutes violentes à Jérusalem, le 23 avril 2021. (Capture d'écran)
Yahya Jardi parle depuis son lit d'hôpital à l'hôpital Hadassah Mont Scopus à Jérusalem après avoir été agressé par de multiples assaillants au cours d'émeutes violentes à Jérusalem, le 23 avril 2021. (Capture d'écran)

Un automobiliste juif israélien qui a été agressé et frappé par de multiples assaillants au cours des émeutes violentes qui ont eu lieu à Jérusalem, dans la nuit de jeudi, opposant la police et des manifestants juifs et arabes a raconté ce qu’il a vécu depuis son lit d’hôpital, vendredi.

« J’étais pris dans les embouteillages et on a commencé à jeter des pierres sur ma vitre », a déclaré Yahya Jardi, un habitant de Beit Shemesh âgé de 46 ans, au site Ynet.

Ce religieux, père de neuf enfants, qui est conducteur de minibus, venait d’emmener des enfants à Jérusalem et il avait décidé de profiter de l’occasion pour aller prier au mur Occidental. Il a indiqué ne pas avoir eu connaissance des heurts qui avaient lieu dans la ville au même moment.

Il a précisé avoir tenté de fuir à pied, ajoutant qu’il avait été rattrapé avant d’être violemment frappé. Les émeutiers ont ensuite incendié son véhicule.

« Ils m’ont attrapé et les coups ont commencé à pleuvoir. Je leur ai
demandé : ‘Pourquoi est-ce que vous faites ça ? Qu’est-ce que je vous ai
fait ? », a-t-il continué.

Des vidéos partagées sur les réseaux sociaux le montrent au sol, essuyant des coups de pied répétés.

« J’ai pensé que j’allais mourir », a-t-il dit à Kan News. « J’ai pensé que je ne rentrerais jamais chez moi, j’ai cru que j’étais mort… J’ai été projeté au sol et battu. Je ne pouvais plus seulement respirer. Tout mon corps a été frappé. »

Il a été évacué à l’hôpital Hadassah sur le mont Scopus et il était encore hospitalisé ce week-end.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...