Hier, héros des Juifs américains, les Refuseniks oubliés ? Plus pour longtemps
Rechercher

Hier, héros des Juifs américains, les Refuseniks oubliés ? Plus pour longtemps

Anat Zalmanson-Kutznetsov, dont les parents ont tenté de détourner un avion pour échapper au rideau de fer, lance une initiative éducative bipartite pour libérer les Juifs d'URSS

  • Une lutte étudiante des années 1960 pour la défense des Juifs soviétiques. (Avec l'aimable autorisation de la Yeshiva University Archives, collection Student Struggle for Soviet Jewry)
    Une lutte étudiante des années 1960 pour la défense des Juifs soviétiques. (Avec l'aimable autorisation de la Yeshiva University Archives, collection Student Struggle for Soviet Jewry)
  • Des femmes refuseniks et leurs enfants, Moscou, Ovrazhki, 1979. (Avec l'aimable autorisation de Remember & Save)
    Des femmes refuseniks et leurs enfants, Moscou, Ovrazhki, 1979. (Avec l'aimable autorisation de Remember & Save)
  • Extrait de la collection de Morey Schapira sur la lutte pour les Juifs soviétiques. (Sam Berzin)
    Extrait de la collection de Morey Schapira sur la lutte pour les Juifs soviétiques. (Sam Berzin)
  • Des rabbins lors d'un sit-in de l'Union des conseils pour les Juifs soviétiques. (Avec l'aimable autorisation de l'American Jewish Historical Society)
    Des rabbins lors d'un sit-in de l'Union des conseils pour les Juifs soviétiques. (Avec l'aimable autorisation de l'American Jewish Historical Society)

En tournée avec son film « Operation Wedding », sur la tentative ratée de ses parents en 1970 de détourner un avion vide pour fuir l’Union soviétique à destination d’Israël, la cinéaste israélienne Anat Zalmanson-Kutznetsov a remarqué que des adolescents venaient régulièrement la voir après les projections. Ils lui ont dit qu’ils n’avaient pas entendu parler de la lutte pour les Juifs soviétiques et qu’ils voulaient en savoir plus.

Cette lutte a été un grand événement dans l’histoire juive du XXe siècle et l’une des plus remarquables victoires jamais remportées pour les droits de l’homme. Pendant deux décennies – des années 1960 au début des années 1990 – une génération de Juifs, principalement américains, a travaillé avec ténacité pour libérer leurs compatriotes juifs de la poigne de fer de l’URSS. Pourtant, si vous demandiez aujourd’hui à un jeune juif de vous parler de ce succès durement remporté qui a finalement permis à deux millions de juifs soviétiques d’émigrer vers Israël et d’autres pays, il est probable qu’il vous fixerait du regard sans comprendre.

« J’ai réalisé qu’après avoir terminé mon documentaire, mon travail n’était pas terminé », a déclaré Zalmanson-Kuznetsov au Times of Israel.

Au cours des dernières décennies, la lutte pour les Juifs soviétiques a été pour la plupart oubliée, et elle a rarement été inscrite dans les programmes des écoles, des camps et des groupes de jeunes de la Journée juive et des synagogues.

Le mouvement pour la libération des Juifs soviétiques était lui-même plus un mouvement d’activisme que d’éducation. Par conséquent, une fois la bataille gagnée, le sujet est tombé hors du radar des institutions éducatives juives.

« Il doit être remis à l’ordre du jour de l’éducation », a déclaré David Waksberg, qui a été actif dans la lutte de 1981 à 1995 en tant que directeur exécutif du Bay Area Council for Soviet Jews et vice-président de l’Union of Councils for Soviet Jews.

La majorité des Juifs soviétiques ont quitté leur terre natale et se sont installés principalement en Israël (plus d’un million ont déménagé vers l’État juif entre 1990 et 2015), aux États-Unis et en Allemagne. La vie a évolué pour ces émigrés, et les Juifs américains n’ont pas réussi à maintenir la lutte pour les Juifs soviétiques sous les feux de la rampe.

Néanmoins, il y a ceux qui, comme Waksberg, croient que ce chapitre de l’histoire juive américaine, avec son témoignage de la puissance de la protestation pacifique et du lobbying politique, doit être transmis aux générations futures.

Des femmes refuseniks et leurs enfants, Moscou, Ovrazhki, 1979. (Avec l’aimable autorisation de Remember & Save)

De même, il y a beaucoup à apprendre de la force spirituelle, mentale et morale des Refuseniks, ces Juifs soviétiques à l’avant-garde des dangereux efforts pour quitter l’Union soviétique et les pays du bloc de l’Est. Alors que beaucoup souhaitaient émigrer, ce sont des Refuseniks (également connus sous le nom de Prisonniers de Sion) tels que Sylva Zalmanson et Eduard Kuznetsov qui ont en fait demandé des visas de sortie, et ont donc subi de dures conséquences pour avoir simplement fait la demande et avoir voulu vivre librement en tant que Juifs.

Shofar de la liberté pour la manifestation des juifs soviétiques, USA, 1979. (Avec l’aimable autorisation de Remember & Save)

Encouragée par la réponse des jeunes à son film, Zalmanson-Kuznetsov a réuni un petit groupe d’individus et d’institutions en Israël et aux Etats-Unis pour créer le Refusenik Project, une nouvelle initiative promouvant l’éducation sur la lutte pour les Juifs soviétiques.

Hébergé sur le site Web du Lookstein Center for Jewish Education de l’Université Bar Ilan, le projet fournit des plans de cours et des ressources gratuites et prêtes à l’emploi pour les enseignants, les animateurs de groupes de jeunes et d’autres personnes afin de les mettre en œuvre avec des élèves du primaire au secondaire. Les leçons interactives (actuellement en anglais seulement) couvrent un large éventail de sujets, notamment l’identité juive, l’activisme, les organismes individuels et communautaires et l’histoire juive soviétique.

Bob Hirsch s’est déguisé en Staline lors d’une manifestation du Bay Area Council for Soviet Jews. (Avec l’aimable autorisation de Karen Hirsch et Gina Waldman)

Jewish LearningWorks, l’organisation centrale pour l’éducation juive dans la région de la baie de San Francisco, aide à promouvoir la connaissance et l’utilisation des ressources du Refusenik Project en servant d’agent fiscal pour un don de subventions aux éducateurs qui utilisent les plans de cours du projet.

Pour être pris en considération pour une subvention, les éducateurs doivent utiliser au moins un des quelque 30 plans de cours disponibles.

La cinéaste de 39 ans a recueilli des fonds auprès de contacts personnels et de fondations et s’est associée au Lookstein Center, qui a consacré du personnel et des ressources à la recherche, à l’élaboration de matériel pédagogique, au soutien technique et à la promotion.

« Ça m’a vraiment dérangée qu’il n’y ait pas quelque chose de moderne que les éducateurs puissent utiliser. Il n’y a pas non plus beaucoup, voire pas du tout, de fiction historique sur le sujet », a déclaré Chana German, directrice exécutive du Lookstein Center.

« Nous reconnaissons que les enseignants doivent toujours établir des priorités, et que cela ne sera pas central. Néanmoins, nous voulons que les enseignants trouvent une place pour cela, et qu’ils leur donnent les outils pour l’enseigner correctement. Le projet se veut une ressource incontournable sur ce sujet et nous nous attendons à en voir les effets au fil du temps », a-t-elle déclaré.

Morey Schapira prend la parole lors d’un rassemblement devant le consulat soviétique à San Francisco. (Avec l’aimable autorisation de l’American Jewish Historical Society)

Morey Schapira, cadre supérieur de la Silicon Valley à la retraite, a accepté de participer à la collecte de fonds et aux relations publiques afin de maintenir le projet Refusenik et tous les efforts futurs qui s’y rattachent. Schapira s’est joint à la lutte étudiante pour les Juifs soviétiques en 1969 alors qu’il fréquentait la Case Western Reserve University. Il resta impliqué en tant que leader du mouvement – notamment en tant que président national de l’Union des conseils pour les Juifs soviétiques de 1984 à 1986 – jusqu’à ce que le rideau de fer s’effondre.

« Les années où j’ai été président national ont été les plus sombres, quand ils ne laissaient sortir que 1 000 personnes. Nous nous sommes enchaînés aux barrières des consulats et des ambassades soviétiques. Les rabbins étaient arrêtés », a dit Schapira.

Schapira a dit que ce serait une perte pour les jeunes générations de ne pas apprendre et transmettre les leçons positives de la lutte pour les Juifs soviétiques. Selon Schapira, le concept d’unité a imprégné le mouvement.

Des rabbins lors d’un sit-in de l’Union des conseils pour les Juifs soviétiques. (Avec l’aimable autorisation de l’American Jewish Historical Society)

« Les Juifs et les dirigeants rabbiniques de tous les courants ont travaillé ensemble, il y a eu un soutien bipartite des politiciens américains, et des Gentils sincères et vertueux qui voyaient cela comme une question de droits de l’homme ont travaillé avec nous », a-t-il dit.

« C’était le sommet du sentiment d’autonomisation des Juifs américains en tant que Juifs américains », a déclaré le Dr Shaul Kelner, professeur agrégé de sociologie et d’études juives à l’Université Vanderbilt.

Kelner, qui écrit un livre sur la façon dont l’activisme en faveur des Juifs soviétiques a façonné la culture juive américaine des années 1960 aux années 1980, a déclaré que ce mouvement a appris aux Juifs américains à se défendre et à défendre les autres, et à le faire efficacement.

Extrait de la collection de Morey Schapira sur la lutte pour les Juifs soviétiques. (Sam Berzin)

Citant des exemples tels que les programmes de jumelage de bnei mitzvah, les seders de la liberté et le tourisme en URSS pour rendre visite aux Refuseniks et leur apporter secrètement des objets religieux et des documents en hébreu, Kelner a déclaré que le mouvement avait mobilisé toutes les parties de la communauté juive américaine – en entrant dans les maisons, en participant à des événements du cycle de vie et en s’adonnant à des loisirs.

« Les Juifs américains se sont dressés contre les gouvernements de l’URSS, d’Israël et des USA dans cette lutte. Ils ont utilisé beaucoup de stratégies qui peuvent inspirer les militants d’aujourd’hui », a dit Kelner.

Réunion d’information au Congrès de 1985 par l’Union of Councils for Soviet Jews avec des photos du membre républicain du Congrès Jack Kemp et du sénateur démocrate Edward Kennedy démontrant un soutien bipartite à la question. (Avec l’aimable autorisation de Morey Schapira)

Waksberg, directeur exécutif de Jewish LearningWorks, a fait remarquer que les jeunes Juifs peuvent s’inspirer de la façon dont l’apprentissage juif a contribué à renforcer la résilience – et même le bonheur – des Juifs soviétiques qui ont fait face à l’oppression.

« S’engager dans la vie juive – que ce soit par la tradition, la religion, la culture ou la langue – c’est ce qui les a aidés à continuer. Pour eux, cela valait la peine de prendre tous les risques et de lutter pour récupérer la part qui leur avait été enlevée », a dit M. Waksberg.

De plus, avec la montée actuelle de l’antisémitisme, les Juifs peuvent s’inspirer et s’instruire auprès des Refuseniks, qui ont fait face à ce phénomène dans des conditions encore plus difficiles.

Waksberg souligna également qu’au moment de la lutte, les Juifs américains avaient également tiré profit de leurs propres efforts en faveur de leurs frères soviétiques.

« Les Juifs américains en ont tiré autant qu’ils y ont mis. Leur propre sens de l’identité et de la fierté juives en a été profondément et positivement affecté. Ils ont été inspirés par ce que faisaient les Juifs soviétiques et par leur propre activisme », a déclaré M. Waksberg.

Selon Kelner, la lutte pour les Juifs soviétiques a été victime de son propre succès. Il a façonné la culture juive américaine et a amené les Juifs américains à comprendre le sens de la notion de peuple juif. Mais une fois la lutte gagnée, les bénéfices accumulés ont largement disparu.

Rassemblement pour les Juifs soviétiques à Washington, DC. (Avec l’aimable autorisation de Morey Schapira)

« Je crains que les Juifs américains ne se prennent pas assez au sérieux en tant que forces politiques et historiques. Cela pourrait être la raison pour laquelle la lutte et ses acteurs centraux – les Juifs américains eux-mêmes – ont été oubliés », a dit M. Kelner.

En tant que fille de Refuseniks qui a réalisé l’acte incroyablement risqué et courageux qui a fait passer la lutte pour les Juifs soviétiques à la vitesse supérieure en 1970, Zalmanson-Kuznetsov aborde la question sous un autre angle. Pourtant, pour elle, tous les aspects du mouvement sont importants et c’est ce qui l’a motivée à travailler si dur pour faire du Refusenik Project une réalité.

« Les histoires de la lutte sont si fascinantes, et je cherchais un moyen de les raconter », a-t-elle dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...