Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Hongrie : un ministre critiqué pour ses éloges d’un dirigeant allié d’Hitler

Washington et des associations juives ont fustigé l'hommage rendu par un ministre à Miklos Horthy, dirigeant de l'entre-deux-guerres qui s'était rallié au régime nazi

Le Régent de Hongrie Miklós Horthy de Nagybánya avec Adolf Hitler, année non précisée. (Crédit : Wikimedia Commons)
Le Régent de Hongrie Miklós Horthy de Nagybánya avec Adolf Hitler, année non précisée. (Crédit : Wikimedia Commons)

Le gouvernement hongrois s’est défendu mercredi après les critiques d’associations juives et de Washington face à l’hommage rendu par un ministre à Miklos Horthy, dirigeant de l’entre-deux-guerres qui avait fait alliance avec le régime nazi.

A l’occasion dimanche du 30e anniversaire du rapatriement en Hongrie et de l’inhumation des restes de l’amiral, le ministre des Transports Janos Lazar avait dit son « respect » et l’importance « d’honorer sa mémoire ».

Il l’a qualifié « d’homme d’Etat exceptionnel », de « soldat héroïque » et de « vrai patriote hongrois », selon une vidéo mise en ligne sur sa page Facebook.

Dans un communiqué, la plus grande organisation juive de Hongrie, Mazsihisz, a jugé « inacceptable le travestissement de la vérité et la glorification d’auteurs de massacres ».

Dès 1920, le pays d’Europe centrale s’était doté de la première législation antisémite de l’entre-deux-guerres en Europe, à l’instigation de Horthy qui devint un allié de Hitler et demeura au pouvoir jusqu’en 1944.

Il autorisa la déportation de centaines de milliers de juifs – au total, près de 600 000 ont péri dans les camps nazis.

Miklos Horthy (Crédit : domaine public/Wikimedia commons)

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, il s’était réfugié au Portugal où il est mort en exil en 1957.

L’ambassadeur des Etats-Unis David Pressman, né dans une famille juive, a « fait part de l’inquiétude des Etats-Unis » devant la tentative de « réhabiliter et promouvoir l’héritage cruel » de Miklos Horthy, dans un message sur X (ex-Twitter).

Sur le même réseau social, le porte-parole du gouvernement Zoltan Kovacs a assuré ne pas nier la responsabilité de l’ancien régent. « Nous sommes clairs quant à ses actions pendant et avant la Seconde Guerre mondiale », a-t-il écrit, tout en saluant « son rôle dans la construction de l’Etat et de la nation hongroise après la Première guerre ».

Au pouvoir depuis 2010, le Premier ministre ultra-conservateur Viktor Orban est régulièrement accusé par l’opposition de faire du révisionnisme historique. Il avait lui-même loué « les qualités d’homme d’Etat » de Miklos Horthy en 2017.

Il lui est aussi régulièrement reproché de flirter avec l’antisémitisme. En juillet 2022, il avait été pris à partie par le comité d’Auschwitz et le grand rabbin Robert Frölich après de virulents propos contre le « mélange des races ».

Face aux critiques, il brandit une tolérance zéro pour les actes antisémites et rappelle qu’il a rénové plusieurs synagogues.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.