Hotovely : Israël a des relations diplomatiques secrètes avec l’Indonésie
Rechercher

Hotovely : Israël a des relations diplomatiques secrètes avec l’Indonésie

La vice-ministre des Affaires étrangères confirme qu’une haute diplomate de Jakarta a été empêchée de se rendre à Ramallah parce qu’elle refusait de rencontrer aussi des officiels israéliens

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

La vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely donne une conférence de presse dans une usine située dans la zone industrielle de Barkan, près d'Ariel en Cisjordanie, le 3 novembre 2015. (Crédit : AFP/Menahem Kahana)
La vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely donne une conférence de presse dans une usine située dans la zone industrielle de Barkan, près d'Ariel en Cisjordanie, le 3 novembre 2015. (Crédit : AFP/Menahem Kahana)

La vice-ministre des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely, a déclaré mercredi qu’Israël et l’Indonésie avaient des contacts diplomatiques secrets, révélant qu’un haut fonctionnaire israélien s’était récemment rendu dans le pays à majorité musulmane afin de tenter d’organiser une visite de la ministre indonésienne des Affaires étrangères dans la région et d’éviter une querelle publique.

En début de semaine, des officiels palestiniens avaient déclaré qu’Israël avait empêché la chef de la diplomatie de Jakarta de se rendre en Cisjordanie, parce qu’elle n’avait pas prévu de visiter Jérusalem. S’exprimant mercredi sur le sujet, Hotovely a confirmé que Jérusalem l’avait empêchée d’entrer, déclarant que la diplomate indonésienne avait refusé de rencontrer des officiels israéliens.

« Même s’il n’y a pas de liens officiels, il y a des contacts en cours entre nous et l’Indonésie sur un éventail de questions », a déclaré Hotovely pendant la plénière de la Knesset en réponse à une question sur la débâcle annoncée.

Au lieu d’une rencontre entre la ministre indonésienne des Affaires étrangères Retno Lestari Priansari Marsudi et le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas prévue pour se dérouler dimanche à Ramallah, le ministre de l’AP des Affaires étrangères Riyad al-Maliki se rendra en Jordanie pour rencontrer Mardusi.

Retno Lestari Priansari Marsudi (Crédit : Wikimedia Commons)
Retno Lestari Priansari Marsudi (Crédit : Wikimedia Commons)

« Il y a eu des contacts secrets avec l’Indonésie, avec qui nous n’avons pas de relations diplomatiques, et il y a eu des ententes qui ont été grossièrement rompues et nous avons bloqué donc son entrée, a déclaré Hotovely. Ce fut une violation du protocole diplomatique, et la chose la plus honorable à faire est de respecter les protocoles, donc quand vous les rompez, ne soyez pas surpris d’être empêché de visiter l'[Autorité palestinienne]. »

L’Indonésie, le pays musulman le plus peuplé du monde, n’a pas de liens diplomatiques officiels avec Jérusalem, et Marsudi aurait été la première ministre d’un gouvernement indonésien à visiter Israël.

L’objectif principal de la visite prévue de Marsudi en Cisjordanie était d’inaugurer un consulat honoraire et d’accueillir son consul, qui a été nommé par le président indonésien Joko Widodo, a annoncé le Jakarta Post indonésien.

Dans le passé, Israël a autorisé des diplomates étrangers à rendre visite aux officiels palestiniens sans rencontrer d’Israéliens, ce qui fait de cette affaire une modification du protocole établi.

Hotovely a déclaré que le directeur de la division Asie du ministère des Affaires étrangères, Mark Sofer, s’était rendu la semaine dernière en Indonésie afin de tenter d’obtenir un accord sur la visite et éviter une querelle publique.

« Malgré le fait que l’Indonésie n’engage pas de relations diplomatiques officielles avec Israël, nous avons beaucoup de respect pour le peuple indonésien et ses dirigeants », a-t-elle déclaré.

Le président de l'Indonésie Joko Widodo (à droite) serre la main au président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors de la clôture du 5e sommet de l'Organisation islamique de la coopération (OCI) sur les territoires palestiniens, le 7 mars 2016 à Jakarta. (Crédit : GARRY LOTULUNG / POOL / AFP)
Le président de l’Indonésie Joko Widodo (à droite) serre la main au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors de la clôture du 5e sommet de l’Organisation islamique de la coopération (OCI) sur les territoires palestiniens, le 7 mars 2016 à Jakarta. (Crédit : GARRY LOTULUNG / POOL / AFP)

La décision de bloquer l’entrée de Ramallah à Marsudi intervient moins d’une semaine après que l’Indonésie a accueilli le 5ème sommet de l’organisation de coopération islamique (OCI) sur la Palestine et Al-Quds Al-Sharif, qui appelait à boycotter les produits israéliens fabriqués en Cisjordanie.

Environ 75 % des Indonésiens ont une image négative d’Israël, selon un sondage de 2014 de la BBC.

Malgré l’absence de relations diplomatiques, l’Indonésie et Israël ont signé nombre d’accords commerciaux visant à encourager le flux de biens entre les deux pays.

L’Indonésie a exporté plus de 100 millions de dollars de produits en Israël en 2015 et a importé presque 80 millions de dollars de biens depuis Israël, selon le Jakarta Post.

Raphael Ahren a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...