Ilan Shor, un escroc israélien élu au Parlement moldave
Rechercher

Ilan Shor, un escroc israélien élu au Parlement moldave

L'homme d'affaires israélo-moldave avait été condamné à 7 ans et demi de prison en 2017, pour blanchiment d'argent, fraude et abus de confiance

Le candidat israélo-moldave Ilan Shor, businessman, chef de son parti et maire de la ville d'Orhei, durant un meeting de campagne à Comrat, le 15 février 2019. (Crédit : Daniel Mihailescu/AFP)
Le candidat israélo-moldave Ilan Shor, businessman, chef de son parti et maire de la ville d'Orhei, durant un meeting de campagne à Comrat, le 15 février 2019. (Crédit : Daniel Mihailescu/AFP)

A l’issue des élections législatives en Moldavie lundi, l’homme d’affaires moldave, né en Israël et condamné en 2017 pour blanchiment d’argent, fraude et abus de confiance Ilan Shor, a été élu au Parlement moldave.

Durant les élections, le parti d’opposition socialiste pro-russe a remporté 31,5 % des voix, et le groupe pro-Européen ACUM a remporté 25,9 % des suffrages. Le parti démocratique, actuellement au pouvoir, a décroché la troisième place avec 24,1 % des voix.

La Commission centrale électorale a signalé qu’après dépouillement de 99 % des bulletins, le parti de Shor avait remporté 8,35 % des suffrages.

Plus de 3 millions de personne ont voté pour leurs députés pour un mandat de quatre ans au Parlement moldave, composé de 101 sièges. Le seuil électoral, qu’il faut dépasser pour entrer au Parlement, a été fixé à 6 %.

Le candidat israélo-moldave Ilan Shor, businessman, chef de son parti et maire de la ville d’Orhei, durant un meeting de campagne à Comrat, le 15 février 2019. (Crédit : Daniel Mihailescu/AFP)

Avant l’élection, Shor avait insisté que la corruption était un problème crucial en Moldavie, et ce malgré sa propre condamnation dans une affaire de fraude, surnommée « la fraude du siècle » par la presse locale.

Shor, 31 ans, avait été condamné à 7 ans et demi de prison en 2017, pour blanchiment d’argent, fraude et abus de confiance. Mais il est libre dans l’attente de son procès d’appel, et était en droit de se présenter aux élections parlementaires.

Ses détracteurs ont déclaré que le fait qu’il ait le droit de se présenter, malgré une condamnation, est accablant pour le système politique moldave.

Dans le cadre d’un nouveau système de vote, Shor n’avait aucune garantie de gagner un siège dans sa circonscription, la ville d’Orhein, dans le centre du pays, où il est maire depuis 2015.

Shor est né à Tel Aviv, de parents Juifs moldaves. Sa famille est revenue en Moldavie quand il était enfant, et il y a grandi.

En juillet 2018, le ministre moldave des Sports, Octavian Ticu, a taxé Shor de « voleur » et la communauté juive a pris sa défense.

En 2015, il avait été brièvement assigné à résidence dans le cadre d’une enquête sur une escroquerie bancaire, qui s’est soldée par une condamnation.

Les procureurs avaient décrit une arnaque impliquant des transactions frauduleuses pour un milliard de dollars impliquant trois banques moldaves. Shor était alors président du conseil d’administration de l’une de ces banques.

Un rapport de l’agence de sécurité internationale Kroll, mandaté par les autorités moldaves, avait déterminé que Shor était au centre des organisations impliquées dans les transactions frauduleuses.

Plusieurs politiciens auraient touché de l’argent, et les fonds n’ont jamais été restitués.

La cheffe du parti ACUM Maia Sandu a déclaré à l’Associated Press que cette élection était « la moins démocratique » de l’histoire de la Moldavie.

« Un gang de voleurs… s’est emparé des institutions d’Etat » et « effrayent… menacent, et nous appauvrissent », a déclaré Sandu dimanche, appelant les Moldaves à se rendre aux urnes.

L’an dernier, le Parlement européen avait déclaré que la Moldavie était « un pays capturé par les intérêts oligarchiques ». L’Union européenne avait également gelé son aide à la Moldavie après qu’un tribunal local avait invalidé l’élection municipale de Chisinau en 2018 pour un vice de forme, apparemment pour contrecarrer la victoire d’un candidat pro-Europe.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...