Israël abaisse à 30 ans l’âge pour recevoir une 3e dose de vaccin
Rechercher

Israël abaisse à 30 ans l’âge pour recevoir une 3e dose de vaccin

L'Etat hébreu avait lancé il y a trois semaines une campagne pour permettre aux personnes âgées de 60 ans et plus de se faire injecter une troisième dose de vaccin

Une femme israélienne reçoit un troisième vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 dans la ville centrale de Ramat Hasharon, le 30 juillet 2021. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner)
Une femme israélienne reçoit un troisième vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 dans la ville centrale de Ramat Hasharon, le 30 juillet 2021. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner)

Israël a annoncé mardi abaisser à 30 ans l’âge minimal pour recevoir une troisième dose de vaccin contre le coronavirus afin de lutter contre une hausse des contaminations, liée au variant Delta.

« L’injection d’une troisième dose de vaccin est autorisée pour les personnes de 30 ans et plus à partir d’aujourd’hui », a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué.

L’Etat hébreu avait lancé il y a trois semaines une campagne pour permettre aux personnes âgées de 60 ans et plus de se faire injecter une troisième dose de vaccin, principalement du géant pharmaceutique Pfizer/BioNTech.

Il a depuis progressivement abaissé l’âge minimal, malgré l’appel de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en faveur d’un moratoire sur ces doses de rappel, afin de laisser plus de vaccins aux pays pauvres, où le taux de vaccination reste faible.

Le Premier ministre Naftali Bennett reçoit sa troisième injection de vaccin contre le COVID-19 à l’hôpital Meir de Kfar Saba, le 20 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett avait répondu que l’administration de ces doses en Israël, pays de neuf millions d’habitants, n’affecterait pas les stocks mondiaux et permettrait de tester l’efficacité d’une 3e dose.

Pas ailleurs la première personne infectée du pays, Shalva Dahan, a indiqué qu’elle souffrait toujours des symptômes du coronavirus, 18 mois plus tard. Dahan était parmi les six passagers israéliens du bateau de croisière japonais Diamond Princess à contracter le COVID en février 2020.

« J’ai des symptômes, mais je fais avec. Cela inclut la perte de cheveux, des sautes d’humeur, parfois je pleure. Vous ne vous en remettez pas complètement », a-t-elle déclaré dans une interview accordé au site d’information Ynet.

« J’étais une femme heureuse, qui riait, qui chantait et dansait tout le temps – et il y a des moments où je ne peux plus le faire. Mon corps ne me laisse pas faire. Je suis toujours anxieuse à propos de toute cette histoire, d’autant plus que nous sommes toujours dans cette pandémie », déplore-t-elle.

Des Israéliens qui étaient à bord du bateau de croisière Diamond Princess mis en quarantaine au large du Japon sont vus dans un avion qui les ramène en Israël, le 20 février 2020. (Ambassade d’Israël au Japon)

Plus de 5,4 millions de personnes ont reçu deux doses de vaccin en Israël, soit 58 % de la population, et plus d’1,5 million une troisième. Plus d’un million de citoyens en ont guéri.

L’Etat hébreu avait été l’un des premiers pays à lancer, dès la mi-décembre, une vaste campagne de vaccination à la faveur d’un accord avec Pfizer qui lui avait livré rapidement des millions de doses payantes en échange de données sur l’efficacité du vaccin sur sa population.

Cette campagne a permis de faire chuter drastiquement les infections, mais ces dernières semaines les contaminations sont reparties à la hausse avec la propagation du variant Delta chez des adultes non vaccinés mais aussi chez des personnes vaccinées il y a plus de six mois – mais dans une moindre mesure.

Lundi, 9 831 nouveaux malades ont été détectés par le ministère de la Santé, chiffre le plus élevé depuis janvier. Le pays a dépassé ce même jour la barre du million de personnes contaminées depuis le début de la pandémie.

Au total, plus de 6 800 personnes sont décédées du coronavirus en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...