Plus d’un million d’Israéliens ont contracté le COVID ; 9 800 cas confirmés hier
Rechercher

Plus d’un million d’Israéliens ont contracté le COVID ; 9 800 cas confirmés hier

Sur le million d'Israéliens qui n'ont toujours pas été vaccinés, 31 % appartiennent à la population arabe et 16 % à la communauté 'haredi

Des travailleurs médicaux portent des équipements de protection dans l'unité COVID de l'hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 23 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des travailleurs médicaux portent des équipements de protection dans l'unité COVID de l'hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 23 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Plus de 9 800 Israéliens ont été testés positifs au COVID-19 lundi, un chiffre proche du record absolu de nouveaux cas quotidiens enregistrés depuis le début de la pandémie. Le taux de positivité des personnes testées lundi s’est élevé à 6,63 %, soit un taux jamais atteint depuis février.

En incluant les nouveaux chiffres de mardi matin, ce sont désormais plus d’un million d’Israéliens au total qui ont été testés positifs au COVID depuis le début de l’épidémie, au début de 2020.

Lors du pic de la troisième vague à la mi-janvier, plus de 10 000 cas avaient été enregistrés en une journée, mais ce chiffre n’a pas été reproduit depuis. Le 16 août, 8 772 nouveaux cas de COVID ont été signalés, ce qui constitue le chiffre le plus élevé en une journée dans la quatrième vague jusqu’à présent.

Mardi matin, il y avait 72 572 cas actifs de COVID en Israël, avec 1 124 personnes hospitalisées, 678 dans un état grave et 123 d’entre elles sous respirateur. Sur les 141 472 tests COVID effectués lundi, 9 831 se sont révélés positifs.

Selon le ministère, 12 personnes sont décédées lundi et 30 dimanche.

Malgré une vaste campagne gouvernementale, plus d’un million d’Israéliens éligibles n’ont pas encore reçu le vaccin contre le COVID-19.

Selon les statistiques publiées lundi par le ministère de la Santé, les quelque 1 080 000 personnes qui n’ont reçu aucune dose du vaccin sont le plus souvent âgées de 12 à 39 ans et proviennent d’un milieu défavorisé.

Des Israéliens font la queue pour recevoir le vaccin COVID-19 dans une unité mobile de vaccination du Magen David Adom dans la ville de Kafr Qasim, le 23 août 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Selon le ministère, 31 % d’entre elles sont issues de la population arabe et 16 % de la communauté ‘haredi. Les Arabes et les ‘haredim sont donc surreprésentés dans la population des réfractaires au vaccin, puisqu’ils représentent respectivement environ 21 % et 12 % de la population totale.

Dans l’ensemble, les Israéliens les plus âgés sont les plus susceptibles d’être vaccinés, puisque plus de 90 % des personnes des plus de 60 ans ont reçu deux doses du vaccin Pfizer contre le COVID. En revanche, seuls 29 % des jeunes de 12 à 15 ans sont complètement vaccinés, et 69 % des jeunes de 16 à 19 ans.

Selon le ministère de la Santé, les parents qui refusent de faire vacciner leurs adolescents sont susceptibles d’être moins instruits, d’avoir un revenu inférieur à la moyenne, d’être âgés de 34 à 45 ans et de vivre à Jérusalem ou dans le sud. Les raisons invoquées par les parents de la population générale pour ne pas faire vacciner leurs enfants sont les suivantes : 24 % s’inquiètent des effets secondaires, 17 % disent qu’il n’y a pas assez d’informations sur les effets à long-terme du vaccin et 13 % disent que le virus n’est pas dangereux pour les enfants.

Selon le ministère, parmi la population arabe, la communauté bédouine est la moins vaccinée et celle qui a le moins accès aux centres de vaccination. Parmi les parents de la communauté arabe qui n’ont pas fait vacciner leurs enfants, 19 % ont déclaré être préoccupés par les effets à long-terme du vaccin et 19 % ont déclaré ne pas avoir confiance en son efficacité.

Des officiers et des soldats de Tsahal du Commandement de la défense passive effectuent des tests sérologiques pour détecter des anticorps chez des enfants âgés de 3 à 12 ans à Katzrin, sur le plateau du Golan, le 22 août 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

Et dans la population ‘haredi, une majorité de parents qui ont refusé de vacciner leurs enfants – 34,4 % – pensent qu’ils ont déjà contracté le coronavirus et sont donc naturellement protégés.

Alors qu’Israël se prépare à rouvrir les écoles dans tout le pays le 1er septembre, environ 37 000 enseignants et membres du personnel éducatif doivent encore être vaccinés. Les éducateurs qui ne sont pas vaccinés devront présenter un test COVID négatif toutes les 72 heures, et devront payer eux-mêmes les tests et les effectuer sur leur temps libre, a rapporté la Douzième chaîne.

Selon le radiodiffuseur public Kan, les employés des écoles qui refusent de se faire vacciner ou de se soumettre à des tests se verront refuser l’accès à l’école et seront placés en congé sans solde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...